AccueilAccueil   Portail  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Vis vitalis [ Nat' ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Quincey Dragonwort

we're watching you
Quincey Dragonwort
Ninjin Eater —
Messages : 44



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptySam 27 Fév - 1:58

    Dragonwort, rendez-vous au Basha. On a besoin d'intervenants pour certaines matières.

    Doux petits mots laissés sur son bureau au moment de la pause déjeuner. Cet après-midi, son emploi du temps était aussi vide que la tête de certaines personnes. Pas de cours. Pas besoin de montrer les crocs. Pas besoin de se prendre le choux. Pas besoin d'éveiller les neurones des deux moules de sa section. C'était pas très professionnel de penser ainsi mais au diable, le bon fond ! Instructeur certes, humain accessoirement. Alors si on l'envoyait se promener, le blond n'allait sûrement pas refuser. Un petit sourire satisfait aux lèvres, Quincey passa à l'administration régler les détails. Non, ils n'avaient pas les identités des personne à contacter. Débrouille-toi mon gars. Sympathique. Cependant il ne broncha pas. Ça, c'était pour après. Râler devant les personnes qui tenaient les rênes du salaire, n'était pas la chose la plus judicieuse. Les maigres informations en poche, le blond quitta l'institut sans prendre la peine de se changer, gardant sa magnifique combinaison noire. Il tenait davantage du mécano que du professeur. Pensif, l'instructeur descendit au parking.

    Cette mission l'inquiétait par un certain côté. Pourvu qu'ils n'aient pas l'intention de mettre en place des journées portes ouvertes prochainement. Ça perturbait les élèves. Surtout les garçons qui espéraient que des jolies filles rejoignent l'Himmel. En plus, ça tombait le plus souvent au mauvais moment. Résultat, il fallait être partout en même temps. Préparer les cours, ok. Préparer un discours pour expliquer à des parents sa matière, non. De toute façon, la plupart s'en moquait éperdument. Tout ce qu'ils souhaitaient, c'était que leur rejeton ait un avenir brillant ou soit encadré à la dur. L'adolescent pouvait bien étudier ce qu'il voulait. Les noms compliquées épataient la galerie. On poussait des ''oh'' admiratifs en se demandant de quoi l'interlocuteur parlait. Le dit-interlocuteur n'en savait pas plus. Son enfant lui avait balancé à la va-vite son cursus, histoire d'avoir la paix. Bon, ce n'était pas tout le temps ça mais ça arrivait. Et s'ils organisaient des rencontres parents-professeurs ? Un frisson le parcourut à cette idée.

    Allons, allons pas la peine de se faire du mal pour rien. Même s'il aimait son métier, il n'en aimait pas tous les aspects. Surtout celui de sourire poliment à un type qui était persuadé que son chérubin était le meilleur. Grimpant dans l'une des voitures de l'institut, après avoir emprunté la carte au gardien, Quincey démarra en trombe. Sa conduite sportive lui avait valu quelques problèmes par le passé. Conduire à 15 ans la voiture de papa en douce n'avait pas été une si bonne idée que ça. La première fois où Dragonwort père avait récupéré son dernier fils au poste du NSS pour cause de conduite illégale et participation à des courses l'étant tout autant, il s'était dit : il faut que jeunesse se fasse. La deuxième fois, la contrariété l'avait emporté. Au bout de la troisième fois, il s'était décidé à sévir. A 17 ans, soit deux ans passés à enchainer les courses et savourer la sensation de liberté, Boucle d'Or avait eu la chance de tenter le concours de l'institut. Concours qu'il n'avait pas intérêt à rater, s'il ne voulait pas que sa vie soit un enfer. Son père avait fait sauter toutes ses erreurs de jeunesse lui offrant un casier aussi vierge que possible. Le sale petit dernier avait malheureusement gardé son côté turbulent et aucun changement notable dans sa conduite.

    A cette heure, la route, c'était du billard. Personne à l'horizon. Les quelques voitures croisées étaient doublées parfois dangereusement. Il ne s'en vantait pas auprès de Dai, pas la peine d'entendre parler du pays. Le Basha se dressait devant lui. Ça le rajeunissait pas de se trouver là. Le blondie gara le véhicule, descendit, prit soin de le fermer correctement. D'ici à l'Himmel, ça faisait un bout ! Mains dans les poches de sa combinaison, sa carcasse fut trainée jusqu'à l'accueil où il s'acquitta des formalités. Tout était en règle, Quin pouvait circuler. Trouver de intervenants, hein ? Une solution lui venait à l'esprit. Observer les gens puis récolter des informations à leurs sujets. Au pire, il demanderait à ses connaissances. Son année civil avait été effectuée ici. Une période riche en évènements variés. Dire que s'il n'avait jamais mis les pieds dans cet endroit, il n'aurait jamais rencontré son compagnon. La demande de son établissement lui sortit de la tête. Arpenté les couloirs le faisait sourire. Se la jouer touriste était un luxe que peu de personnes pouvait s'offrir.

    Le calme régnant suggérait que tout le monde devait se trouver au réfectoire. Une aubaine ! Il aurait la joie de voir son endroit préféré vide. Le terrain de sport ne se trouvait pas très loin. Rapidement, Quin y arriva et se laissa tomber sur les gradins. Au moment du repas, il appréciait dormir dans les parages. Généralement personne ne venait le déloger. Enfin dans les premiers temps. Par la suite, il avait du chercher d'autres planques.

    Faudrait peut-être que je bosse. Ne serait-ce qu'un peu... Eventuellement.

    Ou pas.

    Comme si trouver des volontaires était une partie de plaisir, tsh !

    Se parler avait un avantage. On se contrariait rarement. Heureusement personne ne l'entendait parler tout seul. Frottant vigoureusement sa tignasse dorée, Quin se leva. On arpente les gradins dans un sens puis dans l'autre. L'inspiration montait. Un peu comme le soufflé. Il allait trouver un angle d'attaque, il le sentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Łukasiewicz

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptySam 27 Fév - 15:50

C'était comme dans les vieux films américains, une envie irrépressible conduisant immédiatement vers son but, lequel but était atteint bien évidemment au prix de nombreuses souffrances durement endurées. Et un épilogue le concluant, le bruit du réveil se tut, et le générique de fin silencieux vint couronner de succès la tête de la jeune fille sortant comme un diable de sa boite de sa couverture. Les yeux vifs bien que cernés, les cheveux partant dans un pétard digne d'un feu d'artifice, la jeune pilote se levait tant bien que mal, s'acharnant à gesticuler sous sa couette pour s'habiller. Maugréant deux où trois jurons bien sentis -sorte de mantra matinal pour se donner du courage semble-t-il- Natalia retira a couverture d'un geste sans appel, l'envoyant à deux mètres de là, sur le sol. Elle la rangerait plus tard, plus tard voulant sans doute dire jamais. Son futur colocataire s'en chargerait, si jamais la réputation naissante de la jeune fille le rebuterait. Si c'était le cas, ladite jeune fille devrait ranger ses affaires chaque jour sans avoir un sous-fifre pour l'aider (aider dans le sens faire tout à sa place bien sûr).

Mettant un peu d'ordre dans ses cheveux, elle fourra deux ou trois affaires dans les poches de son uniforme et alla se passer de l'eau sur la figure, histoire de paraître réveillée bien qu'elle ait regardé des films jusqu'à une heure pas très catholique de la nuit. Elle sortit dans le couloir gris des dortoirs qui paraissait comme celui d'un hôpital -le bruit de hurlements féminins en plus- elle nota qu'une bonne partie des filles étaient encore là, il était encore tôt. Elle parcourut ledit couloir et sortit des dortoirs d'une humeur passable, on avait vu mieux et en même temps pire. Elle n'avait tout simplement envie de ne rien faire, seulement au vu de sa situation c'était bel et bien impossible de glander toute une matinée. Elle passa donc au réfectoire en doublant deux ou trois personnes faisant la queue -elle aurait bien aimé s'excuser si elle était d'aussi faible intelligence qu'eux mais, elle était supérieure!. Se gavant en vitesse, elle sortit aussi vite qu'elle était entrée et -se demandant toujours ce qu'elle pourrait faire de sa journée- déambula dans les couloirs du Basha en marchant toujours au milieu des couloirs.


*C'est pas possible de s'emmerder comme ça! Doit bien y avoir quelque chose à faire quand même!* pensa-t-elle alors qu'elle voyait des militaires aller d'une pièce à l'autre, ayant apparemment toujours à faire.

Il était encore tôt, et elle décida sur un coup de tête d'aller faire un tour par les salles d'entraînement qu'elle trouva vides et sans vie. Avec un soupir de dépit, elle chercha quelque chose d'autre à faire, ne supportant pas de faire quelque chose seule. Pourquoi ce sursaut d'envie de communauté se surprit-elle à penser ? Pour rien, elle avait envie d'entendre des voix à d'autres endroits que parfois dans sa tête et aussi. Elle eut une idée géniale sortant tout droit de son esprit si génial également, pourquoi ne pas passer par le terrain de sport, à cette heure il devait être vide... Bah, pas pour le moment!! Elle mourrait d'envie de sortir, d'aller faire une partie de billard avec des types de la Ios et leur extorquer de l'argent, d'aller boire et glandouiller dans les downtowns de Raimyo. Mais. Mais...

Ainsi se passa la matinée de Natalia, partagée entre l'envie de faire et l'ennuie de ne rien faire. Deux choses paradoxalement liées et pourtant si proches. Deux choses qui luttaient entre elles mais qui se complétaient pour le plus grand malheur de l'esprit de la jeune fille qui ne supportait plus de ne rien faire. Elle passa les heures qui suivirent son réveil à maugréer et se demander si elle n'allait pas faire une descente dans le bureau des généraux et demander une mission suicide tiens! Quoi qu'elle paierait pour cet affront, et comme elle était fauchée, elle ne voulait rien dépenser. Mais bon -toujours des "mais"!- Il fallait qu'elle fasse quelque chose! Quelque chose d'inutile où d'insensé, mais quelque chose! Ou alors elle se pendrait haut et court par le plafonnier de sa chambre et du câble qui en pendait! Et vu que personne ne passait par sa chambre même le plus gradé et le plus courageux des officiers, son cadavre pourrirait des lustres et des lustres... Cool...

Au détour d'un couloir, elle aperçut de longs cheveux blonds qui attirèrent son attention. Ayant enfin trouvé son occupation, elle entreprit de suivre celui à qui appartenaient ce furieux système capillaire jusqu'à son but qui s'avérait être le terrain de sport après avoir entreprit la visite de presque tout le vaisseau. Ajustant les écouteurs qu'elle avait mis pendant la filature sur une musique tirée d'une OST qu'elle aimait particulièrement, la pilote entra sur le terrain, à la suite du type -car oui, c'était un homme!-.


“Faudrait peut-être que je bosse. Ne serait-ce qu'un peu... Éventuellement. ” l'entendit-elle dire tout seul.

L'avait-il entendue où alors parlait-il seul? Adorant le parler solitaire aussi, Natalia ne blâmait pas cette technique, mais la voir exécutée par un autre était étrange, aussi elle l'écouta encore pendant quelques secondes, se demanda ce qu'il disait. Il "bossait" alors... Pour qui ? Pour quoi faire également ?


“ Comme si trouver des volontaires était une partie de plaisir, tsh ! ” ajouta-t-il avec un bruit de désapprobation.

" Des volontaires pour quoi !? "

C'était parti tout sel, par pure témérité. Mais le courage n'étant pas là, la jeune blonde voulait partir à tout vitesse non sans hurler. Elle ne voulait pas entendre la réponse de l'homme même si d'en geste elle retira ses écouteurs et se rendit compte qu'ils s'entendaient clairement. L'avait-t-il entendue de loin ? Étais-ce un membre de la Sayeh ? Du Basha également ? Son air l'indiquait légèrement, mais il n'avait pas la carrure des militaires aguerris, qui était-il ? Il était vachement beau aussi, mince alors, les mecs aux cheveux longs, c'était rare, en pus blonds quoi. Ok, elle aussi était blonde mais ses cheveux étaient cours et les mecs étaient oins blonds que les filles scientifiquement parlant, leur nombre diminu... Mais pourquoi parler de ça encore!? Pourquoi ici et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
Quincey Dragonwort

we're watching you
Quincey Dragonwort
Ninjin Eater —
Messages : 44



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyDim 28 Fév - 14:54


    Ne se doutant pas qu'il avait été suivi, Quincey fut surpris lorsqu'une voix brisa son court monologue. Audacieux mais surtout risqué. C'est ce que ses élèves auraient affirmé. Mais ça signifiait que tout le monde n'était pas entrain de manger. Un bon point de pour cette petite tournée. A la première écoute, il s'agissait d'une femme. Jeune à priori. Ça promettait. Les petites dames du Basha étaient le plus souvent gratinées. Il avait toujours celles qu'il avait connues comme ses camarades de galère avant de les considérer comme des femmes. Enfin, mademoiselle, la curiosité était un vilain défaut dans certains cas. Sourire amusé aux lèvres, le blond se tourna cherchant la provenance des mots. Ses yeux se posèrent sur la silhouette de la jeune femme la scannant de la tête aux pieds avant de remonter sur son visage. Mignonne. Peu importe ce qu'elle raconterait, le blond était sur que leurs élèves masculins apprécieraient. Après tout, on ne lui avait pas demandé des intervenants censés tenir des propos intéressants. On lui avait juste demandé des intervenants. Les jeunes avaient déjà suffisamment à faire avec les discours de leurs professeurs, ce n'était pas pour avoir droit à une couche supplémentaire de la part d'une inconnue. Ils avaient besoin de se changer les idées, de chahuter un peu.

    Gardant le silence, il s'approcha d'elle. Des écouteurs à cette heure de la journée ? C'est que la miss devait s'ennuyer. Brusquement, il pivota et son bras passa autour de ses épaules la maintenant contre lui. Pas question qu'elle lui échappe. Ses doigts se saisirent d'un écouteur, le tortillant doucement. Elle devait probablement faire ça en cachette de ses supérieurs. Ses yeux se plantèrent dans les siens la fixant tranquillement.

    Enfin miss, ce n'est pas très sérieux, hm... Vous êtes là pour travailler ou vous détendre ?

    Sa voix dénotait de l'amusement. Le propre de Quin était de jouer avec les questions des autres. Leur ordre. Généralement avec les inconnus, il ne parlait que de ce qu'il voulait. Comme il voulait. Au départ, on croyait qu'il n'avait pas compris l'interrogation, qu'il n'avait pas entendu mais très vite, on se rendait compte que l'instructeur le faisait exprès. Son bras se retira et il relâcha l'écouteur pour s'éloigner de la jeune femme. Peut-être qu'il devait surveiller ses manières accessoirement même si c'était pour la bonne cause. Il fallait juste capter son intérêt. Si elle s'ennuyait, ça ne serait que plus simple de la convaincre. Mais la demoiselle lui paraissait bien jeune. Etait-elle dans son année civile ? Avant de s'avancer trop loin, il devait sécuriser son chemin. Ce qui signifiait savoir d'abord son rang et son identité.

    Vous me paraissez bien jeune, quelle est votre affectation... Mademoiselle ?

    A qui avait-il l'honneur ? Pas une seule fois, il n'avait baissé les yeux. Une sale habitude que ses élèves lui reprochaient. Quincey soutenait toujours le regard de son interlocuteur. Pendant les oraux, ça mettait mal à l'aise les jeunes qui ne savaient plus où se mettre. Bon c'était au début. Après ils s'habituaient ou du moins, ils essayaient. Le blond n'aimait pas hausser la voix alors il avait du trouver une autre approche. Son mentor lui avait répété que tout n'était que charisme. Cependant si on ne naissait pas avec, ça pouvait s'acquérir à condition de le travailler régulièrement. Pour un empêcheur de tourner en rond comme lui, ça n'était pas gênant. Plus son interlocuteur se sentait mal à l'aise, plus ça lui plaisait. Sous son air impassible, il appartenait à ces professeurs sadiques dont la nonchalance camouflait parfaitement cette facette de leur personnalité. Ça râlait dans les rangs mais au final, le blond jouait avec subtilité donnant peu d'occasion à ses élèves de se plaindre avec des preuves concrètes. Du temps s'était écoulé et il jugeait que se présenter était judicieux maintenant. Pour la plupart des personnes, il s'agissait de la première chose à faire. Cependant le blond estimait que c'était toujours ce qui devait venir après deux questions ou deux remarques. Chacun ses petites manies, celle du blond, c'était ça. Son père avait bien essayé de combattre cette façon de procéder – problème de bonnes manières – mais rien y faisait. Plus Dragonwort père avait râlé, plus son petit dernier avait continué.

    Quincey Dragonwort, Instructeur à l'Himmel.

    Son métier expliquait la présence en ses lieux. Comme tous les instructeurs de l'Himmel, il avait des facilités pour entrer dans le Basha. Il fallait juste être dans la base de l'administration. Il avait entendu des histoires de pseudo instructeurs qui avaient tenté de frauder. Depuis les consignes étaient durcies pour mieux surveiller les entrées et sorties. Quin y voyait un avantage. Celui de ne pas se prendre la tête avec les formalités et courir à droite, à gauche pour obtenir les bons documents afin de mettre le pied dans le sanctuaire des militaires. Son sourire demeurait calme. La première question de la jeune femme se trouvait encore dans son esprit même s'i n'éprouvait pas le besoin d'y répondre. Du moins pour l'instant. L'air songeur, le blond observa la jeune femme avant de s'asseoir sur une marche. Ses yeux se plissèrent. Des souvenirs remontaient à la surface. Les fantômes du passé s'agitaient. Des cris. De joie. De colère. Sous l'oeil d'un supérieur, ils apprenaient à faire en sorte que plusieurs deviennent un. L'esprit d'équipe. L'unicité à travers l'effort. Drôle de sensation. Une expression nostalgique modifia son visage. Son regard paraissait lointain. Le bleu de ses yeux, un peu plus clair. Ses lèvres légèrement entrouvertes, respiration calme. Doigts entrelacés, bras posés sur ses jambes.

    Brusquement, sa tête se tourna en direction de la demoiselle, comment voyait-elle sa vie ici ? S'y plaisait-elle ? Des questions muettes. Quincey s'interrogeait souvent sur la perception du Basha par les plus jeunes. Ce n'était pas une vie d'être enfermé mais tout le monde subissait ce sort d'une certaine façon. Ici, la discipline n'était au fond peut-être pas plus stricte qu'ailleurs. Seuls, les enfants de militaire savaient ce qu'ils les attendaient. Même s'il n'avait pas eu le choix, le blond ne regrettait pas. Ça n'avait pas tout corrigé chez lui, hélas sans doute, mais il avait appris à prendre plus de recul, à analyser davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Łukasiewicz

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptySam 6 Mar - 17:39

“ Enfin miss, ce n'est pas très sérieux, hm... Vous êtes là pour travailler ou vous détendre ? ”

La question était bel et bien gênante, et le tout posée d'une voix calme et même un peu sarcastique. Elle piquait au vif Natalia qui n'avait rien fait depuis qu'elle était levée, exception faite d'aller manger. Que répondre ? Et qui était-il, hein ? Si il était un des sbires de l'Empereur, Sa Majesté Impériale et Sérénissime (notez l'ironie à peine perceptible) elle était cuite, prête à emballer direction enfer carcéral! Mais bon, ce n'était pas comme si elle n'avait pas d'autres as dans ses manches, bien qu'elle soit plutôt portée tarot en ce moment. Elle nota que l'homme n'avait pas détaché son regard d'elle, et elle non plus. Elle n'aimait pas lâcher quelqu'un du regard car on lui avait dit que c'était une fenêtre ouverte sur l'âme de son propriétaire. C'était aussi une belle preuve de ténacité et -selon certains cas, comme devant un supérieur- c'était de l'insubordination pure et simple. Seulement elle s'en fichait, elle aimait jouer cette image de femme forte, parce qu'elle avait toujours vu ses belles mères baisser les yeux dvant son père. Un sorte de victoire personnelle menée par une fierté sans bornes lui dictait cette conduite. Mais mine de rien, tant qu'elle travaillait elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait, elle obéissait à ses supérieurs, ils la payaient, c'était la routine.

“ Vous me paraissez bien jeune, quelle est votre affectation... Mademoiselle ? ”

Cette demande lui hérissa le peu de poils sur son corps et ses cheveux se dressèrent sur sa tête. Bien jeune hein ? Et "Mademoiselle" on lui en avait servi à toutes les sauces mais jamais avec un ton aussi calme et simple. A l'accoutumée c'était des femmes empressées qui semblaient débordantes d'un amour faux pour toute chose vivante : les enfants en particulier. Quel traumatisme, des bisous pleins de rouges à lèvres, des mains crochues aux ongles carmin, de longues paires de jambes qui couraient partout et des rires aigus et faux... En un mot : l'enfer. Voila ce que symbolisait le mot "mademoiselle" à Natalia, qui s'empressait déjà de l'oublier et de le sceller aussitôt entendu dans son subconscient. Elle voulait simplement qu'on l'appelle Natalia, et c'était tout, elle n'avait pas un joli prénom pour rien! Bien qu'elle aurait préféré s'appeler autrement, quelque chose de moins féminin, de moins trompeur, il n'était pas si mal. Entendre parler d'une Natalia faisait penser à une douce jeune fille, et bien non, quoiqu'en apparence 'était aussi trompeur.

Cet homme aussi devait pas mal tromper du monde avec son physique androgyne. De longs cheveux blonds, un regard clair d'un sentiment indéfinissable, sûr qu'il devait être plutôt fort, rien qu'à son air, il devait avoir été au Basha pendant plusieurs années pour avoir cet air désabusé. Bien qu'indéfinissable, son regard devait expliquer bien des choses que Natalia ne comprenait pas tout à fait -elle n'avait jamais eu une très grande compréhension, la sienne frôlait la connerie pure et simple- des sentiments bien profonds ? Une vie difficile ? Tout à fait possible, sur l'Uros, nombreux étaient ce genre de personnes, elle en faisait partie mais elle aimait sa vie, qu'en était-il de lui ? Elle brûlait d'envie de lui rejouer l'Inquisition rien qui pour savoir où il vivait, comment il vivait mais également comment il voyait sa vie, elle se demandait de quelle couche sociale il venait, Lux ? Pooja ou Ios ? Sûrement pas de la dernière, bien trop pur pour en venir, la Lux lui conviendrait vraiment, il ressemblait à un ange. Elle, elle n'avait connu que les frasques nobliaudes de la Lux ou tout était d'argent , d'or et de diamants, de façades étincelantes pour des personnes noires de vices, elle voulait savoir comment pouvait-être une autre vision des choses. Était-il de la Sayeh depuis sa naissance ? Le fils d'un de ces généraux pansus qui n'avaient de titres que le noms et dont les médailles de bravoure menaçaient de sauter de leurs vestes hypertendues ? Non, impossible, c'était catégorique, il était le fils de deux parents magnifique à première vue.

Changeant de piste sur son lecteur pour une musique de metal bien sentie, elle se reconcentra et reprit connexion avec le monde présent, le monde passé étant bien pire que tout pour elle. Devait-elle lui répondre, lui dire qui elle était et ce qu'elle faisait dans cette base ? Probablement. L'homme se présenta ensuite comme “ Quincey Dragonwort, Instructeur à l'Himmel. ”, un membre de la Sayeh à n'en point douter évidemment. Devant tant de politesse, Natalia ne peut que répondre par une phrase du même genre. Elle brûlait désormais de se retrouver à piloter dans une quelconque situation un quelconque appareil pour être loin de lui.


“ Natalia Łukasiewicz, pilote au Basha, pour le moment bien sûr. ” lui dit-elle sans intonation particulière.

Il y avait peu de pilotes dans l'Uros, et très peu de personnes pouvaient se vanter de ce titre, aussi devant-elle en retirer une quelconque fierté, mais non, aucune envie de se montrer fièr de ce qu'elle tenait comme une réussite de base. Sa vraie fierté, elle l'aurait quand elle serait attitrée comme meilleure pilote et femme la plus forte de toute la Sayeh, et vu les phénomènes qu'il y avait, elle avait tout son temps pour y parvenir. En attendant, elle faisait des pieds et des mains pour subvenir aux demandes de ses supérieurs, le tout avec la classe qui lui incombait. Elle cherchait aussi, pile à ce moment, quelque chose à répondre à Quincey, juste histoire de meubler une conversation aussi vide que la tête d'un poisson ivre mort.

On peut dire que je ne travaille pas ni ne me détends, je cherche juste quelque chose à faire parce que sa va faire trois heures que je fiche que dalle alors si on me coince j'suis bonne pour le placard!!! ” lança-t-elle, la fin de sa phrase où les mots s'empilaient les uns sur les autres devant être incompréhensible. “Et vous ? Ça ressemble à quoi la vie là-bas, à l'Himmel ? Y'a sûrement plus de trucs à foutre qu'ici en tous cas”

Elle croisa les bras derrière sa tête et s'étira, elle n'avait pas bougé depuis qu'elle l'avait surpris, ses yeux n'avaient pas quitté les siens, il était le plus étrange des hommes qu'elle avait connu, et de loin le plus beau. Mais, comme tous le savent, le physique n'est rien, il était peut-être aussi pourri que les types de la haute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
Quincey Dragonwort

we're watching you
Quincey Dragonwort
Ninjin Eater —
Messages : 44



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyLun 15 Mar - 16:42

    Pilote au Basha ? Mais c'était qu'elle avait l'air jeune, la demoiselle. Une fille de militaire pistonnée ? A cette pensée, le blond eut un sourire fin. Tout à fait ce dont il avait besoin pour satisfaire les troupes. Une jolie jeune femme qui avait réussi à devenir pilote alors qu'eux, se trouvaient encore sur les bancs de l'école à se farcir des professeurs à longueur de journées. Deux possibilités, soit elle suscitait l'admiration, soit un vent de haine s'abattait sur elle. Dans les deux cas, ce serait intéressant à voir. En plus, les élèves filles râlaient toujours qu'il n'y avait que des hommes intervenants, qu'elles étaient sous-représentées. On embarquait vers des accusations de machisme et de manque de volonté de la part du corps enseignant. Le problème était qu'elles voulaient bien qu'on fasse venir des femmes mais pour certaines, si possible des moches. Choisir les intervenants n'était si simple que ça contrairement à ce qu'on pouvait croire. Satisfaire les étudiants, capter leur intérêt, faire plaisir au directeur. Que tout le monde soit content en somme. Si seulement, il n'y avait pas eu d'intérêts tellement différents, ça aurait été plus facile. Mais en même temps, pas la peine de trop penser, le corps enseignant ne lui en tiendrait pas rigueur. En attendant mademoiselle Łukasiewicz venait de lui tendre une perche quasiment inespérée. Il n'aurait pas fait mieux en essayant de lui faire cracher le morceau d'elle-même, en quelque sorte.

    Alors l'Himmel l'intriguait ? Pendant un instant, Quin resta sans voix, masquant son étonnement. Elle avait été formée sur le tas ? Sans avoir suivi au moins des cours à l'institut ? Ce détail le fit légèrement tiquer mais il comprenait mieux pourquoi la jeune femme ne lui disait rien, qu'il n'avait aucun souvenir de l'avoir vu. C'est que ça devenait dangereux pour lui dans ce cas. Si elle avait été un petit génie issu de l'Institut, il y avait fort à parier que ça aurait été très intéressant. Mais le fait qu'elle demande comment se passait la vie à l'Himmel montrait bien son ignorance sur l'établissement. Hors l'inviter risquait de le mettre dans une position désagréable. Avec les têtes pensantes, on ne savait jamais ce qui pouvait arriver et il tenait pas à recevoir un blâme pour avoir fait la promotion d'une autre école. Réprimant un soupir, le blond songea que, voilà, une potentielle intervenante lui passait sous le nez. Enfin il avait encore un peu de temps devant lui pour trouver des personnes. Son corps se redressa et glissant ses mains dans sa combinaison, il souffla.

    Ici ou à l'Himmel, il y a toujours à faire.

    Il fallait savoir s'occuper en fonction de son apprentissage. Ficher que dalle, comme elle disait si bien, se révélait être inconcevable pour un instructeur. Je t'en ficherais de rien foutre moi. C'était une affirmation et s'il le savait, c'était bien parce qu'il avait travaillé dans les deux endroits. Il n'avait jamais eu le temps de s'ennuyer entre les cours et les missions données par son tuteur. Rien ne tombait tout cuit dans la bouche et les supérieurs attendaient que les recrues se prennent en charge. Du moins était-ce le souvenir qu'il avait gardé de ses vieilles années au Basha. On ne grimpait que par la force de son travail et de sa détermination. Si ceux qui se trouvaient au-dessus ne voyaient pas ça, ils ne prêtaient pas tellement attention.

    Ne demande-t-on pas aux pilotes de faire preuve d'autonomie ? C'est étrange d'attendre les ordres. Après tout un entraînement régulier montre aux supérieurs, une certaine détermination.

    Ça y est, il était parti pour faire la morale. Ce n'était ni l'endroit, ni le moment pourtant. Elle n'appartenait pas à ses élèves qui plus est. Mais le blond ne pouvait s'empêcher de trouver l'attitude de Natalia quelque peu immature. Elle lui faisait penser à une enfant entrain de taper du pied. La question était de savoir dans quel but exactement. Enfin ce n'était pas son problème. Se soucier de ses élèves suffisait largement. Cependant il semblait que sa déformation professionnelle soit plus forte que tout. S'avançant, le blond arriva à la hauteur de la jeune femme. Ses yeux se plantèrent dans les siens. Inquisiteurs. Un brin perplexe.

    Vous croyez mademoiselle Łukasiewicz, que les meilleurs pilotes ont atteint leur place en attendant qu'on s'occupe d'eux ou pour leurs beaux yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Łukasiewicz

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptySam 20 Mar - 23:15

“ Ici où à l'Himmel, il y a toujours à faire. ”

Natalia tiqua à cette réplique. Soit il ne venait pas ici très souvent, soit il sous-entendait qu'elle ne fichait pas rand chose de ses journées. La seconde raison n'était pas à 100% fausse, il était bien vrai que la pilote était aux trois quarts de ses jours oisive. Mais bon! Ce n'était pas ça qui comptait après tout quand même! Elle s'occupait très bien, et en plus toute seule comme une grand en autonomie complète! Mais d'un autre côté, lorsqu'elle y repensait, il devait forcément y avoir quelque chose à faire, quelque chose de constructif, parce que, en plus de s'ennuyer elle n'améliorait pas la condition féminine de ce vaisseau, et encore moins sa petite condition personnelle qu'elle voulait reluisante et bien ronflante. Il était encore plus vrai que sa réputation descendait en flèche actuellement, les faits parlaient d'eux même : elle était dans une bien jolie impasse. Il fallait qu'elle trouve une quelconque invective à lui lancer mais, elle ne tiendrait pas bien longtemps comme cela.

“ Ne demande-t-on pas aux pilotes de faire preuve d'autonomie ? C'est étrange d'attendre les ordres. Après tout un entraînement régulier montre aux supérieurs, une certaine détermination. ”

Cette dernière remarque sonnait bien comme une remontrance. Pour qui il se prenait le blondinet là !? Pour un de ces gradés glandeurs plus qu'elle!? Non mais ho là! Mais, elle était autonome en plus! Allez aux entraînements et tout était une preuve d'obéissance, hors de question qu'elle s'abaisse à faire comme la populace! Mais, encore dans un autre sens, il avait raison et c'était insupportable que de l'admettre! Encore mois supportable que son sourire manipulateur! Ce blondinet elle se le ferait un de ces jours Dans un coin sombre, il ne pourra plus voir une fille sans pleurer! Et qu'en savait-il, du Basha? Ici ce n'était pas les belles valeurs que l'on apprenait dans son Himmel chéri! Ici c'était suit les ordres où alors ? Rien, sauf si tu as un net talent, dans ce cas là ils te gardaient de bonne grâce, et bien à contrecœur. Et ce fut ce que Natalia s'empressa de lui dire.

“ Nan mais d'où tu sors pour me faire la morale comme ça le blondinet de mes deux là !? assena-t-elle d'une voix aussi grave et directe que possible. Attends, ici c'est pas comme tu te l'imagines Non, je n'ai pas été à l'Himmel j'sais pas ce que c'est et je m'en pends! Les supérieurs d'ici, ils s'en foutent de toi, juste si t'es pistonné ils te gardent un poste bien haut placé, j'lai pas été, je fout que dalle et je l'assume!”

Ou pas.

Non, Natalia ne trouvait pas les mots, non plus elle n'approuvait ce qu'elle faisait! Nom de Dieu ce qu'il pouvait l'énerver cet homme! Il était suffisant, sûr de lui, et en plus agaçant comme ce n'était pas permis! S'il rajoutait quelque chose, la moindre petite réplique de sa voix moqueuse, elle n'assumerait plus ses actes -sauf si bien sûr ils étaient à son avantage-. C'était dur de rester avec un air calme devant lui, ses yeux donnaient l'impression de lancer des éclairs, sa bouche avait un léger sourire mais elle serrait ses poings si fort que ses ongles, bien que courts au possible, s'enfonçaient dans ses paumes, ses phalanges virant au blanc immaculé. Tout son corps était tendu, son visage d'habitude confiant était un pâle masque contenant sa fureur naissante et pourtant aussi potentiellement dévastatrice que le feu d'un volcan. Elle était en train de s'énerver et pourquoi ? Pour un homme qui s'était fichu d'elle d'une manière aussi simple que celle de lu dire ses quatre vérités, ah quelle idiote! Et quelles vérités, toutes justes et sans vraiment d'erreurs, elle se rendait compte de la chance qu'elle avait eue en étant acceptée ici sur le fil du rasoir. Il fallait qu'elle bosse, mais elle n'en avait jamais eu envie! Oui, elle était une branleuse qui 'avait rien à foutre de ses journées, une belle fille de la Lux, élevée au caviar et au champagne, d'un père lèche-cul de l'Empereur et d'une mère si belle qu'elle en était cassable par n'importe quoi y compris les poings de son mari! Lamentable, même pathétique.

“ Vous croyez mademoiselle Łukasiewicz, que les meilleurs pilotes ont atteint leur place en attendant qu'on s'occupe d'eux ou pour leurs beaux yeux ? ”

La jeune fille dut se répéter deux ou trois fois la phrase que Quincey venait de prononcer. La première fois, elle n'entendit que le son doucereux de ca voix alors qu'il posait un regard inquisiteur sur elle. La seconde, elle comprit vaguement en se rendant compte avec horreur que son regard était parti vers le sol, elle le redirigea vers l'homme qui était en face d'elle et comprit enfin lorsqu'elle se la répéta pour la troisième fois. Son coeur fit un bond désagréable dans sa poitrine, chutant ensuite sans rien pour le retenir, elle retint un cri de fureur pour se précipiter sur le blond en face d'elle, se jetant sur lui et le tenant par le col.

“ Arrête de ma causer comme à un gosse!? Ta gueule tu m'entends! Ta gueule!! J'en ai marre de ces types qui pètent plus haut que leur cul, ici c'est pas comme tu le voit! Ta gueule, ok!? ...”

Sa phrase n'eut pas réellement de suite, et oui, elle n'avait rien de plus à lui dire. C'était assez risible en effet. Elle tremblait de fureur, elle devait avoir l'air bien faible car ayant mis tout sa force lorsqu'elle s'était jetée sur lui elle n'avait pu le renverser en arrière. Il faisait en plus une bonne tête de plus qu'elle, il la regardait de haut, et elle de bas, qui était en tort ? Même en gosse l'aurait deviné. Natalia n'avait pas à faire ça et elle le savait, elle priait pour qu'il ne lui dise rien de plus : qu'il ferma sa grande gueule une fois pour toutes! Qu'il ne lui dise plus rien! Rien du tout et basta!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
Quincey Dragonwort

we're watching you
Quincey Dragonwort
Ninjin Eater —
Messages : 44



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyDim 11 Avr - 20:22


    Il ne fallait jamais exprimer clairement votre ignorance à un instructeur en le prenant qui plus est pour un débile au passage. C'était précisément à partir de ce moment-là que vous alliez vous foutre dans la merde. Il n'y avait pas d'autre mot. Cependant le dit instructeur était capable de faire preuve de calme et de ne pas s'énerver en vain. Pourtant avec l'attitude de la jeune femme, il aurait eu une bonne raison de perdre son sang-froid. Mais ce n'était pas le genre de Quincey. Les grandes démonstrations d'agacement ou d'énervement étaient rares. Il préférait la retenue et la maîtrise qui avaient qui plus est beaucoup plus d'impact sur les élèves, qu'une attitude colérique, souvent non justifié. Il fallait savoir se montrer adulte et ne pas adopter le même comportement que les adolescents. Ils n'attendaient que ça de voir leur instructeur crier, taper du point sur le bureau. Bande de petits sadiques. Malheureusement pour eux, leur jeu ne les servait pas ou pas comme ils l'auraient souhaité. Ses yeux se plantèrent dans les siens l'observant longuement. Un regard acier, presque inquisiteur qui contrastait avec le relâchement de son visage.

    “ Et bien, si vous vous étiez renseignée davantage sur notre loge au lieu de vouloir absolument piloter comme si nos avions étaient une extension d'un organe que vous n'avez pas, vous sauriez que tous les instructeurs de l'Himmel travaillent étroitement avec le Basha et savent très bien comment ça se passe ici.”

    Aucune inflexion ne changeait sa voix. Elle restait sur le même ton. Très calme, voire imperturbable, il fixait le plafond de la salle. Ses yeux glissèrent sur le matériel avant d'atterrir sur le terrain. Ses prunelles coururent sur les lignes blanches caressèrent les barres de fer se situant devant les gradins. Bon nombre de femmes voulait encore être pilote pour être vu comme meilleures que les hommes, plus fortes. Pourtant la Sayeh comptait pas mal de personnages féminins qui occupaient des places enviées par des hommes. En attendant, il ne comptait pas laisser ça comme ça. Une petite visite chez les types qui pétaient plus haut que leur cul. Au contraire, ça pouvait déboucher sur quelque chose de très amusant. Tout était une question de point de vue. La trame de sa petite idée se mit en place dans sa tête et le blond souffla tranquillement.

    “ Maintenant, nous allons nous rendre chez votre supérieur. Je suis certain qu'il sera très intéressé de savoir qu'un instructeur est un blondinet de vos deux et que accessoirement, être pilote sans formation de base est illégal.” Ses yeux se plissèrent lentement. “Sans compter, le manque de respect envers un ancien du Basha.”

    Avec ça, il avait de quoi obtenir une sanction pour mauvais comportement. En tant qu'instructeur réglo et ayant servi quelques temps, le blond savait parfaitement ce que les supérieurs n'aimaient pas. Qu'on vienne les titiller avec le comportement d'un des militaires. Encore moins vers les invités officiels en quelque sorte. Vu que les instructeurs restaient les personnes les plus libres de circuler librement dans le Basha. Heureusement que le directeur de l'Himmel n'avait pas assisté à cette scène, sinon quelques personnes étaient bonnes pour sauter. Quincey songea à la nécessité de faire un rapport. Typiquement, c'était le genre de personne qui ne pouvait pas et ne devait pas être pilote. Pas de formation. Aucune tenue. Aucun respect pour la hiérarchie exprimée clairement devant un membre de la loge. On pouvait être contre ceux qui se trouvaient au-dessus et s'exprimer avec plus de subtilité. Aucune connaissance du système militaire. Comportement trop émotionnel. Il y avait fort à parier que celui qui avait fermé les yeux sur cette erreur serait contrarié. Et lui ? Ça l'amusait. Sa sympathie pour la hiérarchie se trouvait limitée. Il avait connu des bons supérieurs, comme des très mauvais. Certains relâchaient la pression dont ils étaient victimes sur leurs officiers. Un peu comme s'ils cherchaient à se venger.

    Dépassant la jeune femme, sa main attrapa son poignet. Alors qu'il se mit en marche, Quin la tira à sa suite. Maintenant, ils allaient faire un petit tour. Pas la peine de lui indiquer la route, il connaissait le chemin. On ne changeait pas sur un coup de tête l'emplacement des bureaux. Sa poigne se resserra légèrement comme pour faire comprendre qu'il n'avait pas l'intention de la lâcher. Ses yeux fixaient droit devant lui. De temps en temps, sa tête bougeait pour saluer quelqu'un mais pas un mot ne s'envolait de ses lèvres. Pas une fois, il ne tournait la tête pour voir l'expression de Natalia. Il ne l'oubliait pas mais le blond n'aimait pas faire durer le jeu de qui parle le plus trop longtemps. C'était lassant quand votre opposant manquait de finesse et de connaissances.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Łukasiewicz

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyMer 14 Avr - 22:06

“ Et bien, si vous vous étiez renseignée davantage sur notre loge au lieu de vouloir absolument piloter comme si nos avions étaient une extension d'un organe que vous n'avez pas, vous sauriez que tous les instructeurs de l'Himmel travaillent étroitement avec le Basha et savent très bien comment ça se passe ici.”

Intéressant, très intéressant, mais inutile. Il était aussi probant de dire ça que de dire à Natalia que tout ce qu'elle venait de faire, en plus d'être inutile, était complètement déraisonné. Et au contraire de s'être tut, Quincey en rajouter, encore et encore, de sa voix sans ton parfaitement insupportable. Ressentait-il quelque chose a part un apparent ennui de toute chose !? C'était à se demander s'il n'était pas blasé de naissance ce mec! Le dit mec qui commença à admirer le terrain de sport. Alors il avait été élève ici selon toutes apparences, évidemment, tout homme de l'Himmel était destiné ou à travailler au Basha, ou alors y avait déjà travaillé. Dans son cas il fallait conjuguer la phrase au passé, et non au futur. Il n'avait pas du tout une gueule de militaire, mais plutôt d'éphèbe comme on en trouvait dans les magazines people. Un gosse de la Lux et sans plus. Et pourtant...

“ Maintenant, nous allons nous rendre chez votre supérieur. Je suis certain qu'il sera très intéressé de savoir qu'un instructeur est un blondinet de vos deux et que accessoirement, être pilote sans formation de base est illégal.” dit-il en plissant lentement les yeux et faisant durer sa phrase “Sans compter, le manque de respect envers un ancien du Basha.”

Un serpent. Ce type était un serpent, et autant dans ses gestes que ses gestes envenimés! Perfide, incroyablement salaud et d'une grande beauté sans aucune chaleur et il continuait, encore et encore! Sa remarque avait étiré un sourire sans joie sur le visage de Natalia, "un blondinet de vos deux", héhé, très drôle... Ou comment rire de ses conneries alors qu'on est dans une position peu enviable. "Il fallait toujours rire de tout et de rien, parce que sinon on ne riait pas du tout dans ce monde" avait un jour dit sa mère. I avait le dont de la réplique, cette langue de serpent... Sans un mot de plus, il commença à s'avancer et prit son poignet au vol dans une de ses mains. Déjà qu'il avait de la poigne, il serre plus pour indiquer qui était le maître ici. Déjà qu'il était inutile de l'indiquer, ça et le fait qu'il l'emmenait direct chez les têtes pensantes. Génial, comme si ils -enfin, elle plutôt- avaient besoin de ça!

Comme dans les films, il fallait s'attendre à ce que toute la petite vie de Natalia au Basha défile devant ses yeux comme un beau best-of créé par le Seigneur, et il n'en fut rien. Rien du tout même. Elle avait été baptisée, et le type du ciel ne lui faisait rien !? Il fallait qu'elle aille se faire rembourser... En même temps, ils étaient en pleine espace, qui se souciait d'eux ? Nouveau sourire sur les lèvres de Natalia. Elle ne pensait à rien en fait. Rien du tout, que dalle ne lui venait à l'esprit. Il fallait bien pourtant qu'elle trouve quelque chose bordel! Oh, si elle faisait virer et qu'elle rentrait ventre à terre chez son père, quelle tête il tirerait le vieux! Déjà qu'il ne savait pas où elle était passée pendant un an... Elle lui ferait "joyeux anniversaiiiire!" trois mois en avance... Allez, il fallait trouver une solution. Son talon pouvait miraculeusement casser et elle se propulserait dans les jambes du blondinet dans une magnifique roulé-boulé et BAM! Elle en profiterait pour se faire la belle! Mais... Elle n'avait pas de talons... Maudit soient les uniformes de la Sayeh! Enfin, qui dit talons dit plus souvent jupe et quitte à ressembler à ces pétasses de secrétaires- pardon du terme mais il est de notoriété publique que les hôtesses du Basha qui font les plantons à l'entrée ne servent pas qu'à ça, comme les domestiques de l'Aylo Imperian d'ailleurs. Quel monde de fous...

Mais, revenons à la situation présente, voulez-vous ? Toujours tirées par Quincey qui, entre deux ou trois gentils saluts à des militaires, se tournait vers Natalia. Elle haïssait son regard, moqueur et froid comme de la glace. Il ne devait pas toujours être comme ça tout de même! Il était bizarre, ce bellâtre tout de même... Mignon c'était sûr, beau aussi, froid, venimeux et visqueux empêchant toute prise, c'était également sûr... Rah quel problème ce Boucle d'Or quand même, pire qu'une équation doublée d'... Inutile de trouver un rapport mathématique, Natalia n'avait jamais rien pigé aux maths. Il resserra sa prise autour du poignet de Natalia et cette dernière sentit désagréablement qu'il était aussi fin que celui d'une donzelle de la Lux lui ne savait rien faire de ses dix doigts. Mais c'était faux!



_Vous pensez donc que je ne suis qu'une incapable qui a eu son diplôme grâce à l'aide financière de papa et maman de la Lux, hein ?
demanda-t-elle en désespoir de cause.

Cette phrase resta en suspens quelques secondes au bout de ses lèvres. Elle connaissait déjà la suite, tout allait s'enchaîner, mais oui, ce n'était pas si con finalement sa petite idée tout de même! C'était même génial!


_Et si je vous prouvais que je ne suis pas un danger pour quiconque m'approche, vous en dites quoi ?


Cette invective lui semblait déjà rembarrée avant d'être dite mais, que rajouter d'autre ? Natalia n'en avait aucune idée... Elle était dans une belle merde, dès le lundi prochain, elle se mettrait aux calmants, ça ne pouvait lui faire que du bien pour ce qu'elle avait en tous cas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
Quincey Dragonwort

we're watching you
Quincey Dragonwort
Ninjin Eater —
Messages : 44



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyMer 28 Avr - 19:56


    Finalement, il n'aurait pas perdu sa journée. Enfin son après-midi plus exactement. L'instructeur s'éloignait de son objectif mais au diable les intervenants, il avait trouvé bien plus drôle à faire. Bon Quincey ne savait pas encore quelle excuse sortirait de sa bouche en face de son supérieur. Parce qu'il faudrait bien en trouver une. Une valable qui plus est. Peut-être que Shou pourrait l'aider. Les enfants se révélaient toujours très forts dans ce domaine. En attendant qui aurait cru qu'une visite au Basha pouvait être si divertissante ? Lorsqu'il était élève, il endurait sagement le séjour ici. Même si avec le temps, il avait fini par aimer la vie militaire. La vie à la dure forgeait un homme comme disait son père. Mais dans son cas, c'était davantage la distance instaurée entre eux qui lui avait fait du bien. Plus personne ne lui montait la tête avec la Lux, encore moins avec la position de son père. Tout ce qu'il avait obtenu découlait de ses efforts, de son travail et jamais, le blond n'avait songé à abandonner l'Himmel. Rien avait changé dans l'antre militaire. Mêmes couloirs. Même décoration, si on pouvait appeler ça ainsi. Est-ce que des fois, ils avaient la sensation d'être coupés du monde ? Que les autres villes n'existaient pas ? Perdu dans ses pensées, Quin continuait à avancer. Alors qu'ils approchaient d'un carrefour de couloirs, ses doigts se refermèrent un instant avec force sur le poignet de Natalia avant de le relâcher légèrement. Un avertissement en somme. Ne comptez pas fuir jeune fille. Les fortes têtes de l'Institut ne lui faisaient pas peur alors une apprentie pilote mal élevée, encore moins. Cependant mademoiselle parla et le visage de l'homme se tourna vers le sien.

    Un sourire amusé flotta sur ses lèvres. Etait-ce une question rhétorique ou attendait-elle réellement une réponse ? En fait, il l'aimait bien cette petite. Si elle avait son élève, Quin aurait adoré déverser sa mauvaise humeur sur elle en lui réservant des coups pendables. Ça s'appelait être le chouchou du prof. Plus pour le pire que pour le meilleur. Vous resterez en classe préparer votre exposé. Pendant la pause déjeuner bien évidemment. Nourrissez d'abord votre esprit avant de penser à votre estomac. Ses yeux accrochèrent son regard et il se mit à scruter ses prunelles. Imperturbable. Son petit ton désespéré possédait un charme fou. Vraiment dommage qu'elle ne soit plus scolarisée. Quoique son profil ne correspondait pas trop à son pôle de compétence. Elle n'aurait probablement pas aimé la cybernétique. Une autre question s'envola et son corps se tourna vers celui de la jeune femme. Sa main leva son poignet, le maintenant entre eux. Parlons sérieusement, miss.

    “- Incapable, hm ? ” Il eut un vague haussement de sourcil. “ Je remplacerais incapable par inconsciente.”

    Apprendre à réfléchir avant de parler lui paraissait une bonne idée. Si elle n'avait rien à faire dans la soirée, méditer là-dessus ne serait pas du superflu. Pour le reste, c'était à espérer qu'elle sache faire quelque chose de ses mains et que son cerveau fonctionne correctement. Pour elle. Parce que fondamentalement Quin ne s'en souciait guère. On ne peut pas pleurer sur le sort de tout le monde, voyez-vous. Mais l'autre interrogation de la pilote – prétendue pilote pour le blond – résonnait dans son esprit. Lui prouver hein ? Elle cherchait à s'enfuir comme c'était mignon et d'un autre côté si triste, n'aimait-elle pas sa compagnie ? La blonde lui fendait le coeur. Sans un mot, il la repoussa contre le mur. Des regards se posèrent sur eux, visiblement intrigués. Toutefois personne ne choisit de s'arrêter. Il fallait respecter la vie privée des gens après tout. Le haut de son corps se pencha sur la demoiselle. La scène pouvait porter à confusion. C'était d'ailleurs le but. La semaine prochaine risquerait de très éprouvante dans son cas mais qu'elle ne s'inquiète pas. Il passerait la voir pour l'aider. Son visage s'approcha du sien, laissant ses yeux se planter dans les siens.

    “- Vous êtes un danger pour vous-même avant d'en être un pour les autres.”

    Il suffisait de voir dans quels beaux draps, elle se fourrait comme une grande. Mais lui, il savait être un danger pour les autres. Une qualité apprise en enseignant. Il n'y avait rien de plus appréciable que d'enquiquiner son élève bien aimé tout en faisant preuve de calme. De son point, c'était une chance pour un instructeur. Il pouvait s'amuser autant qu'il voulait à l'Himmel et se reposer à côté. Néanmoins Quin réalisait que la proximité de son corps le mettait en danger. Cette pensée ne lui resta pas longtemps en tête. Quand bien même, elle déciderait de lui offrir un coup bien placé, son identité restait bien encrée. Rien ne l'empêchait de se rendre dans le bureau du supérieur pour soumettre le cas Natalia Łukasiewicz. Ça avait un goût de conseil de classe. Libérant son poignet, Quin appuya immédiatement son avant-bras contre le métal. Juste à côté de la tête de la jeune. Tutut, ne regardez pas dans une autre direction et pour refléter cette idée. Son pouce et son index se saisirent de son menton avec une étrange délicatesse. On ne brutalise pas une femme même si son langage est digne d'un ivrogne.

    “- Alors comment allez-vous vous débrouiller mademoiselle Łukasiewicz ? ” Un sourire ourla le coin gauche de ses lèvres. “ Je suis très patient.”

    Sa voix appuya sur le ''très'' sous-entendant un certain niveau de difficulté à passer. Ses doigts se retirèrent et il se redressa, curieux. Qu'elle l'impressionne, Quin ne demandait que ça. Perdre la face ne devait pas être dans son vocabulaire. Quand on avait l'habitude de l'ouvrir, on ne devait pas spécialement aimer s'avouer vaincu. Alors oui, elle allait lui prouver qu'elle en avait. Métaphoriquement parlant. Bien sur, ce n'était qu'une supposition que le blond jugea bon de calmer. Même si la désillusion pouvait être grande, avec un tel caractère, Natalia ne pouvait pas le laisser sur sa faim. Ce serait fort ennuyeux. Surtout pour elle, car l'instructeur n'appréciait pas la déception. Par chance, son absence de rendement du jour lui donnerait l'occasion de revenir au Basha. Son supérieur tiquerait légèrement mais pour une fois, que le blond ferait preuve d'intérêt dans l'organisation des journées d'orientation, il ne lui refuserait pas.

    “ - Si aucune idée ne vous vient, je pourrais peut-être repasser tous les jours. Je suis sur qu'une visite quotidienne vous ferait extrêmement plaisir. ”

    Avec un peu de chance, sa tension allait monter en flèche. Malgré le plaisir qu'il tirait de ce petit jeu, son expression se voulait détachée. Quin imaginait déjà la semaine prochaine. Il viendrait par surprise. Histoire de voir son visage se décomposer à son apparition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Łukasiewicz

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyDim 9 Mai - 18:57

    Un poison, Quincey était un poison. Manipulateur, charmeur aussi, et le plus important : c'était un MEC! Et le genre collant si vous voulez l'avis de Natalia qui ne voulait pas l'avoir dans es pattes du matin au soir et chaque jour de la semaine. Il était insupportable déjà en deux minutes, qu'en serait-il en... une semaine... un mois... an... dizaine d'années... Beurk. Pour s'en référer à des bestioles aussi collantes, araignées, serpents, tiques, taons, et d'autres trucs des livres de géo et d'histoire dans lesquels on noyait l'ex membre de la LUX. Mais, à sa manière de parler, c'était une chimère, monstre à visage humain, ou alors Narcisse, si encore il s'admirait lui même. Cependant, ce n'était pas parce que môssieur avait décidé de jouer au Mâle (et accentuez le "a" avec une intonation virile suffisante, et rajoutez-y quelque musique de film depuis longtemps centenaires) que Natalia allait se soumettre comme une bonniche! Oh que non!

    _Un danger ? Voyez-vous ça. dit-elle avec un haussement de sourcils hautain. Et pour moi même qui plus est ? Peu me chaut que ce soit pour moi même, mais pour les autres, cela devient un problème...

    D'où lui venait ce langage ? Mhh, souvenirs de la LUX ? Probablement, ou alors un moyen de faire enrager Quincey ? Cela semblait impossible. Pourtant Dieu qu'elle essayait! Elle se souvenait que son père haïssait ses manières lorsqu'elle rentrait pleine de terre pendant ses diners d'affaires et qu'elle lui faisait un gentil salut. Peut-être est-ce que ça allait marcher ? Non, sûrement pas, mais c'était fait. Mais voila que le blondinet repartait à l'attaque. Il lui fallait une idée, rien que pour le faire enrager elle se serait bien mise à le gifler devant tout le monde, ou l'embrasser et ensuite le finir avec un coup entre les jambes. Mais il fallait une méthode un peu plus... Intelligente ? Oui, c'était ça. Il fallait de la raison, de la logique et de la méthode. Mais comment obtenir en quelque secondes ce que l'on a pas eu en presque vingt ans de vie ? Un cadeau divin ? Ouais, c'était ça, mais plutôt que de l'attendre autant réfléchir même si cela ne servait à rien... A la longue, Natalia commençait à croire qu'elle était incapable de raison et qu'elle devait avoir l'air d'une idiote à ne rien dire comme ça, un air stupide au visage. Il fallait qu'elle trouve quelque chose, elle n'avait pas fait tout ça pour rien quand même!? Sa mère devait rire d'elle là haut... Et ce type aussi devait bien se fendre la poire tiens! Quelle bande de porcs, tous les mêmes, les hommes...


    _J'ai rien à prouver, encore moins en talents. dit-elle en haussant les épaules, adoptant cette fois l'air qui lui allait mieux, un regard noir serti d'un sourire sardonique. Sauf ce pourquoi je suis ici, je suis une pilote et prouver mon talent par la rhétorique ne sert à rien.

    Là était la véritable Natalia, et cet acte lui fit un grand plaisir. Depuis longtemps elle était une main de fer dans un gant de velours. Une jeune fille belle mais forte, de toutes façons, ce ne serait pas quitter la SAYEH qui la démonterait, non, elle trouverait quelque chose d'autre. Il y avait tant à faire! Mais bon... Sûr que ça lui plairait encore longtemps d'être au Basha, et être renvoyée ne serait que maléfique pour son joli CV à peine commencé. Elle n'avait encore que si peu de réputation! Il fallait qu'elle se fasse connaître, comme une ex de la LUX qui n'était pas une idiote qui ne savait pas frapper! Être respectée comme un membre de la SAYEH, et pas juste parce qu'elle tabassait ceux qui lui manquaient de respect, juste qu'on lui parle gentiment, sans situation hautaine, de rabaissement ou de peur. Comme quand elle était plus jeune, dans les rues, tout le monde, entre mômes, étaient égaux et ne cherchaient pas à savoir avec qui ils jouaient. Mais là, elle ne pouvait pas se comporter comme avec n'importe qui. Sa voix n'avait plus la même portée que dans les ruelles de Raimyo. Elle était frêle, féminine. Jolie, certes, mais bon... Elle allait de pair avec son visage, pâle, fin, faible pour résumer. Elle avait enfin pallié à ce problème, car en exerçant son métier de pilote, et en y excellant, elle avait enfin réussi à faire passer autre chose que son joli visage en avant.

    Et ce type était-il là pour détruire toi ça ? N'avait-il rien d'autre à faire de ses journées ? Venir tous les jours, quelle chiotte, elle n'avait pas que ça à faire. C'était bien ce qu'elle pensait: à l'Himmel, tous des désœuvrés. Quin paraissait toujours aussi zen, cela devait l'amuser et il devait s'attendre à ce que Natalia s'énerve. Il ne fallait pas qu'elle rentre dans son jeu mais, elle ne pouvait pas savoir qu'il se fichait ouvertement d'elle! Voila le problème. Et elle y fonçait à demi tête baissée, du Natalia tout créché, quoiqu'à une époque lointaine elle fut légèrement plus réfléchie... Rah, ce mec quand même! Toute une équation à lui tout seul! C'était à croire qu'il venait spécialement pour elle! Et non, en fait c'était elle qui était partie lui adresser la parole et s'était emportée. Ah, nerfs à fleur de peau, comme peu de personnes vous aiment! Elle ne pouvait se reprocher la faute qu'à elle même en fait, et c'était tout. Donc elle ne devait se demander qu'à elle même comment s'en sortir, et ce n'était pas en forçant la chaudière que cela marcherait Car la chaudière n'allait pas flancher et...

    Pourquoi elle parlait de chaudière ? Cela n'avait... Aucun sens.

    Elle secoua vivement la tête pour chasser toutes ces idées idiots. Il fallait se concentrer sur le blondinet! Et elle avait un second plan, un plan B en quelque sorte. Le chemin détourné derrière la montagne que l'on utilise uniquement en déviation... Bien que sur le plan exact ce soit plutôt un parallèle car ce qu'il fallait faire, c'était exactement la même chose mais.. Il n'y avait pas de mais, c'était la même chose, il fallait filer droit. Mais filer droit, en expression, elle s'imaginait mal piquer un sprint dans les couloirs du Basha en hurlant poursuivie par Quincey... Oh, et si qu'elle se l'imaginait, c'était plutôt marrant. Un sourire apparut au coin de ses lèvres et le rose lui monta aux joues. Un rose de pucelle, elle ne valait pas grand chose, mais c'était drôle à imaginer!


    _Or donc, comment vous montrer mes qualités dans l'immédiat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
Quincey Dragonwort

we're watching you
Quincey Dragonwort
Ninjin Eater —
Messages : 44



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyDim 6 Juin - 22:05


“ - J'attendais que vous me proposiez un moyen de le faire, mademoiselle. ”

Pas de sous-entendu évidemment. Ils parlaient de qualités. Mais pourquoi devait-il penser à tout en plus ? Il faisait face à une grande fille, intelligente.. Capable... Ok, il exagérait sur ce dernier point. Elle était pire que ses élèves. Eux, avaient toujours un plan de secours. Une carte qu'ils posaient sur table pour se sortir d'un mauvais pas. Ses sourcils se froncèrent. Les airs de pucelle ne fonctionnaient pas sur lui. Le contraire se serait su. La blond s'interrogeait ? Est-ce que Natalia se moquait de lui ? Il se demandait sincèrement. Cependant quelqu'un observait la scène depuis un moment. Qui était ce type avec la jeune femme ? Il ne l'avait jamais vu ici et il la collait comme pas permis ! Les idées les plus folles traversaient l'esprit de l'observateur. Un peu de distraction ne pouvait pas faire de mal ! Après avoir passé des heures à nettoyer et vérifier les armes de la salle de tir, il estimait avoir le droit de se détendre. La pilote était connue dans les parages et voir un homme aussi près d'elle, ça en était terrifiant ! Elle parlait plus fort qu'un homme et là, le rose lui montait aux joues ! Non mais tout s'expliquait d'un coup. Le grand blond se trouvait être son petit ami. Ou son fiancé ! Alors là, il tiendrait le scoop du Basha. Elle ne venait pas de la Lux, la p'tite ? Et puis si l'inconnu avait pu entrer, ça signifiait qu'il appartenait à la Sayeh, non ? On entrait pas si facilement dans leur petite forteresse. Alpaguant un jeune mécano, il lui fit faire un petit demi-tour sur lui-même et lui indiqua Natalia et Quincey.

« - Hey, tu l'connais ce type ? Le chevelu là ! »

Non, il le connaissait pas et il voulait qu'on lui fiche la paix. Franchement, Simon ferait mieux d'aller travailler au lieu de s'occuper des autres ! L'intéressé, Simon, 45 ans, faisait parti des petits curieux. Il en fallait bien parce que les jeunes ne savaient plus s'amuser. Ça devenait d'un ennui mortel le Basha ! Chacun dans sa bulle, on parlait que du boulot et on gardait le reste pour soi. Un soupir agacé quitta ses lèvres quand le mécanicien le laissa. Seul avec ses interrogations. Maintenant, il n'avait pas le choix. S'il voulait éclaircir le mystère caché derrière l'expression de la pilote, Simon devait se mouiller. Sans hésiter, les mains dans les poches, il glissa en direction du duo apparaissant comme par magie devant eux. Un large sourire lui barrait le visage. Fallait être gentil pour glaner des informations. Sauf que dès que le militaire ouvrit la bouche, ses suppositions s'envolèrent immédiatement. Réfléchir avant de parler n'aurait pas été de trop, sauf que pourquoi ? Ça paraissait tellement évident qu'ils étaient intimes ! Quel mec se penchait ainsi sur une femme ? Ses yeux lancèrent un regard malicieux à la jeune femme.

« - Mad'moiselle Łukasiewicz, je savais pas que votre fiancé était des nôtres...» Il tourna la tête en direction de Quincey. « Faut pas vous en faire, mon p'tit gars ! Les mecs la fuient comme la peste ici ! Personne vous la piquera ! »

Simon sortit une main de ses poches et tapa amicalement l'épaule de Quin. Courage mon gars ! Non mais non, ils n'étaient pas potes et Dragonwort fils cadet le fixa silencieusement. Il essayait de raccrocher les wagons. D'une qui était ce type qui mettait son grain de sel dans leur affaire. De deux, qu'est-ce qu'il racontait ? Immédiatement, le corps de l'instructeur s'écarta de celui la Natalia. Le nouvel arrivant ne pensait pas qu'elle et lui... Non, sincèrement.... C'était... si stupide ? Un rire nerveux se fit entendre. Il aurait pu trouver cette intervention réellement drôle dans un autre contexte. Quin se passa une main dans les cheveux. Il pointa la jeune femme puis son corps, comme pour s'assurer de que le message était bien compris.

“- Non mais vous êtes pas bien ? Sauf votre respect, Natalia hein... Mais qu'est-ce que je ficherais avec elle ?! ”

Le ton de sa voix trahissait clairement son choc. On venait de lui débiter la pire bêtise du mois et il ne savait pas comment réagir. Non mais il était pas bien ce type ? Débiter de telles inepties à des inconnus ! Croisant les bras, Quincey plissa les yeux. L'homme était légèrement plus petit que lui et maigre comparé à certaines armoires à glace du Basha. Il devait être de ceux qui restent à la base quand les autres sont envoyés au front.

“ - Et pourquoi on serait ensemble ? Y a des tas d'hommes qui parlent avec des femmes, ça veut pas dire qu'ils ont des intentions envers elles ! ”

Simon eut un sourire compréhensif. Ils voulaient garder cette histoire secrète, hein ? Il comprenait ! S'ils n'étaient pas engagés officiellement, ça pourrait faire du bruit. L'homme agita ses mains comme pour apaiser le blond. Son énervement n'avait rien d'anormal. Lui, aussi aurait été agacé que quelqu'un réalise qu'il parlait avec sa petite amie.

« - Je sais, je sais mais Miss Łukasiewicz est pas du genre à rougir devant n'importe quel homme hein ! »

Quin ouvrit la bouche pour la refermer aussitôt. Massant l'arrête de son nez, le blond cherchait la meilleure façon d'expliquer au militaire qu'il avait tout faux. Il s'en fichait éperdument que la pilote rougisse aux hommes. Qu'elle minaude autant qu'elle veut ! Seulement l'autre comprenait tout de travers. Plus l'instructeur s'énervait, plus Simon croyait dans son hypothèse. Ses yeux cherchèrent ceux de Natalia. Une lueur suppliante passa un instant dans son regard. Qu'elle dise quelque chose ! Qu'elle plaide en leur faveur. Enfin qu'elle démente les propos de l'homme. Il était calme, très calme. Vilain mensonge auquel il s'accrochait pour le moment. Ça ne dura pas longtemps et d'un coup, tout en observant, la jeune femme, il lança.

“ - Bon qui est ce taré ? ”

Et encore, le blond restait poli. Toutefois le ton tranchant de Quin dissuada le concerné de répondre. Pourquoi tant de haine ? Il n'allait pas lui piquer sa fiancée, elle avait l'âge d'être sa fille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalia Łukasiewicz

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptyDim 27 Juin - 0:35

    Comment reconnaitre une situation qui va mal, hein? Oh, c'est bien bête, il n'y a aucune solution à cette question. On devrait la mettre au tests d'entrée du Maegna, là, on peut être sûr que leur réputation indépassables ne serait escomptée. Ce genre du situation, Natalia se retrouvait piégée dedans, elle venait tout juste de s'en rendre compte. Son visage restant avec un doux sourire penchant vers le cynisme tandis que son esprit bouillonnait. Prendre Quincey par les cheveux, le plaquer par terre et lui faire rendre gorge, oh oui que ce serait génial. Si jouissif... Mais là n'était pas le moment de tergiverser! Il était toujours à et son sourire rivalisait avec celui de Natalia version cynisme

    « - Mad'moiselle Lukasiewicz, je savais pas que votre fiancé était des nôtres...»il tourna ensuite la tête en direction de Quincey. « Faut pas vous en faire, mon p'tit gars ! Les mecs la fuient comme la peste ici ! Personne vous la piquera ! »

    Un instant de réflexion je vous prie. Il a dit quoi le vieux là ? « fiancé » !? Ca aurait peut être fait avancer ses plans machiavéliques quelques minutes plus tôt, mais là il était trop tard mon p’tit père! Ouais, trop tard de quelques foutues minutes! T’aurait pas pu arriver plus tôt non ? Non, évidemment. L’Uros était si petit que tout le monde la trouvait au Moon Love, mais le Basha trop grand pour pas qu’on les remarque plus tôt ? Ah quelle malédiction… Il y avait de quoi en vomir. Que faire ? Faire croire qu’ils étaient ensembles ? Non, Quincey démentirait l’info, et ce serait Natalia qui en pâtirait, la part de risque était bien trop élevée et si ça la remontait, ce serait une trop grande chance pour qu’elle avise correctement la suite. Donc, on réfléchit encore, retour au point de merde qui sert de départ…

    Partons avec l’analyse mathématiques : Natalia, petit point a dans le plan Basha, rencontre Quincey alias petit point b, et le mécano inconnu qui vient d’apparaître comme par enchantement devant eux, petit point c. C comme connard évidemment. Un point c que le petit a rêvait de passer au mixeur pour voir ressortir des petits bouts de machins rouges et sanguinolents. Oh oui que ce serait jouissif. Comme disait les philosophes, la douce liberté de penser n’était perçue que de son utilisateur. Alors elle pouvait se dire ce qu’elle voulait, en restant dans les limites du possible…

    Attendeeeez! Quincey avait déjà répondu, bien avant que Natalia ne démente ou n’accord la réflexion du type inconnu surnommé petit c. Ah petit b est bien vache « sauf votre respect » ouh que c’est sexy venant de lui.. Bref, passons « qu’est-ce que je ficherait avec elle » salopard va… Enfin… c.. comment a rougit devant un homme !? Mais il veut vraiment mourir ce type!


     - Bon qui est ce taré ? ” demanda môssieur l’instructeur à l’Himmel Institut au combien surdiplômé qui brasse de l’air comme un bac à foin.

    -Genre, allez savoir, des types comme ça y’en a plein le Basha. lui répondit simplement Natalia.

    Ce fut avec un vague air blasé qu’elle répondit. Elle ne choisit pas d’expliquer sa réputation qui variait d’un extrême à l’autre, de montre à la section scientifique, de folle chez les mécanos et de furie chez les pilotes ainsi que d tout un tas d’autres choses. Ah, sa réputation, il fallait qu’elle la change par un fait d’armes. Peut-être un attaque ? Qui savait lorsque ce genre de choses arriverait ? Non… Cela n’arrivait plus depuis des années, les guerres étaient politiques, des guerres de vioques! Heureusement qu’on ne les payait pas au nombre de vaisseaux ennemis « descendus » au Basha! Sûr que ce ne serait pas très confortable pour les fins de mois.


    _Et toi mon vieux tu ferait mieux de te casser en vitesse si tu veux pas finir les fesses dans le mur! Allez, ouste, vade retro! Casse toi salopard! dit-elle en haussant légèrement le ton envers le mécano.

    Comment pouvait-elle imaginer que cela marcherait ? Adrénaline ? Croyances occultes ? Oh non, Natalia commandait à son corps de ne pas trop créer de cette substance qui aliénait les sens, laissant libre cours au sixième qui était l’instinct de survie. Les croyances… Elle ne croyait en rien sinon elle même, et peut-être un peu en Dieu, auquel sa mère croyait comme pas deux. Enfin, il ne s’était montré bien actif avec elle alors pourquoi le serait-il avec sa fille ? Elle espérait juste qu’il lui donnerait un meilleur destin… Peuh, des foutaises les religions. Les religions étaient les armes et es prêtres les militaires désormais selon la croyance populaire. Quoique les dealers pouvaient aussi l’être. Mais pourquoi parler de ça ? Comme parler d’une crevette et d’un chien de battant dans de l’huile… Cela n’avait, aucun sens vraiment.


    _En parlant de fesses dans le mur, est-ce que vous auriez quelque chose à me dire ? Demanda-t-elle à Quincey en se retournant avec un air.. Normal ? Parce que mon temps libre est limité en fait.

    Quel était le rapport entre des fesses dans un mur et quelque chose à dire ? Aucun mais il fallait dire que la verve de Natalia s’épuisait comme du kérosène dans un circuit élec… Oubliez ça, assez parlé de vieilles technologies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
Quincey Dragonwort

we're watching you
Quincey Dragonwort
Ninjin Eater —
Messages : 44



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] EmptySam 28 Aoû - 12:44

D'un coup, Quin fut satisfait de ne pas avoir à bosser au Basha. Il aurait sûrement eu du mal à garder son sang-froid la plupart du temps. Mais ça ne pouvait pas être tout le temps comme ça tout de même ? Une chose était sûre, la jeune femme lui rappelait certaines élèves. Pas la sienne, parce que par chance, ce genre de langage n'était pas utilisé dans son pôle. Cependant le mécanicien fila sans demander son reste, sous l'oeil perplexe du blond. Ah ça avait bien changé depuis son affectation hein... Les aînés s'imposaient dans ce temps-là et si les jeunes n'étaient pas contents, ils se prenaient un bon coup de poing dans le ventre. À l'exception des femmes, quoique ça dépendait. Elles ne se montraient guère tendres entre elles. Des vraies harpies. En plus, elles n'allaient jamais de mains mortes pendant les entrainements physiques... D'ailleurs, on retrouvait les mêmes à l'Himmel. Mais la petite demoiselle se rappela à son bon souvenir, mentionnant une partie de l'anatomie dont il ne comprit pas le rapport avec la situation. Parlait-elle toujours de façon si... incohérente ? Alors son temps se trouvait limité ? Il n'en avait eu guère l'impression à vrai dire.

“ - … Non, je pense qu'il vaut mieux... Que non. Pour vous, mais surtout pour moi. ” Il eut d'un coup un air malicieux. “ À moins que... ”

Sa phrase resta en suspens une minute. L'idée de faire venir la jeune femme pour la porte ouverte lui traversa l'esprit un instant à nouveau. Il l'imaginait coincée avec Crista dans une pièce. Avec les caractères des deux femmes, ce serait explosif. Une situation à double tranchant. Pour sa tranquillité, il était préférable que la pilote reste là où elle était. C'est-à-dire loin de lui en somme. Néanmoins, elle pouvait probablement lui être utile.

“ - Oublions, je ne manquerais pas de me souvenir de mon passage. ” Quincey sourit poliment. “ Ah et si par hasard, on ne sait jamais, vous auriez des collègues compétents et présentables, pourriez-vous leur dire de me contacter à l'Himmel, s'il vous plait ? ”

Ce serait plus simple pour lui et il lui en serait terriblement reconnaissant de lui épargner une nouvelle rencontre. Enfin maintenant, le doute de trouver quelqu'un de recommandable se baladait dans son cerveau. Il ne demandait rien de sorcier après tout. Langage correct et minimum de tenue en public. La direction possédait un humour limité, surtout les jours où l'institut devait être mis en valeur. Combattant son manque d'envie de retourner sur son lieu de travail, Quin songea à se trouver une bonne excuse pour trainer dans les parages. Rien de mieux que d'essayer de voir une ou deux connaissances. Le Basha n'avait décemment pas pu sombrer. Cependant avant de laisser la jeune femme, l'homme se pencha gentiment sur elle soufflant doucement.

“ - Dîtes-leur de m'appeler au 03-1708, merci miss Łukasiewicz, vous êtes charmante ! ”

Juste son numéro à l'école. Enfin pas vraiment le sien, ce dernier finissait par 09 en réalité. Depuis que les assistantes s'étaient plaintes de devoir jouer le rôle de standardiste, les instructeurs devaient se débrouiller comme des grands. Satisfait, il se redressa alors que ses mains disparurent dans ses poches. Combien de chances y avait-il pour que la demoiselle oublie le numéro ou lui envoie des guignols ? Trop beaucoup, trop assurément. Mais ce n'était pas si grave. Avec le temps, il avait appris à passer bien des mailles de filet. Si un bras cassé tentait d'appeler, il dirait que c'est une erreur, qu'il ne le connait pas. S'il lui semblait convenable, il dirait que c'est une erreur, que la personne a du se tromper de numéro. Qui irait creuser ? Comme si ses collègues n'avaient que ça à faire. Tout en s'éloignant, Quincey réfléchit à son programme. Il devrait faire un planning d'excursion sur le Xion dans le cadre de son cours puis en profiterait pour jeter un oeil au contenu des différentes conférences. Se retournant quelques minutes, l'instructeur esquissa un sourire en coin. Dans quelques temps, il reviendrait payer une petite visite de courtoisie à Natalia. Mais il fallait qu'elle l'oublie, sinon ce ne serait pas drôle. Elle serait sur ses gardes et ça perdrait tout son charme.

Sa silhouette disparut du couloir. Ses pas le menant vers un autre niveau du Basha. L'image de la jeune femme disparaissant de son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


we're watching you
Contenu sponsorisé



Vis vitalis [ Nat' ] Vide
MessageSujet: Re: Vis vitalis [ Nat' ]   Vis vitalis [ Nat' ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Vis vitalis [ Nat' ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIENVENUE À BORD :: LE BASHA :: Niveau 1 :: Terrain de sport-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit