AccueilAccueil   Portail  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Artifcial Keepsake Intellect [Mihael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we're watching you
Crista Povlski
c r i s t aTequilaholic'
Messages : 36



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Artifcial Keepsake Intellect [Mihael]   Jeu 11 Mar - 21:15

Welcome to your dream nigthmare.

- Habituée - C'est le mot qui illustre parfaitement ma fréquentation de cet établissement que je qualifierais de...bordélique pour jouer avec les mots. C'est du propre. Le tyrannique professeur Povlski s'abaisse à fréquenter les ruelles sombres de Raimyo et à se prélasser quelques instants dans ce club aux activités...hem, disons illégales pour faire simple. Mes chers élèves adorés se plairont à colporter des ragots à vous hérisser les cheveux sur la tête, et quand il se seront bien marré et que leurs mères auront le dos tournés, et bien je m'occuperais personnellement d'eux. Ils riront bien mes p'tits choux, quand ils croiseront le chien en mode ON. Mais pour le moment, rien de tout cela n'est important. Les seules informations valables et de source sûre dont vous avez besoin pour me lire, c'est de savoir que je me nomme Crista Povlski, que je ne tire pas plus vite que mon ombre, et que mes yeux ont une option sabres lasers pour les récalcitrants aux lois en vigueurs. Je ne consomme pas de drogue, je ne me paye pas de Callboys et je ne suis pas ici en mission top secrète, comme cet espion très prisé des humains primitifs de la période "Terra" qu'ils se plaisaient à nomme James Bond ou un truc de la sorte. Non, je suis ici dans le seul but de reprendre un peu d'oxygène après les longues semaines à enchainer les formules de politesses et à appliquer le protocole avec assiduité face aux supérieurs de la Lux qui dégoulinent de frics et exigent de vous un langage soutenu et parlé avec un débit moyen et fluide, modulé de préférence en une formulation douce et plaisante. Puis-je vous dire un mot monsieur le dealer-médium -qui-a-besoin-de-vitamine-C ? Fuck. Oui, c'est ce qui me vient naturellement quand je pense à cette bande de bourges savamment manucurés et qui arborent -pour la gent féminine- des brushings à plus de 200 ¢. Fuck. C'est pour ces différentes raisons les enfants, qu'il est inutile de vous monter le bourrichon et de vous faire des films à mon sujet. Je suis née ici, j'ai grandi ici, dans ces rues mal fréquentées. Je suis pareille à cette racaille que l'on dénigre, c'est dans les gênes il faut croire. Alors pas d'inquiétude, je gère la situation, encore une trentaine de minutes et je rentre au best place. Pour l'heure, je suis accoudée à l'un de ces comptoirs graisseux qui ont vu défiler des milliers de substances différentes, de feuilles, de poudres, de couleurs et tout le toutim. Don't worry, be happy. La plupart des clients à l'air hagard qui déambulent entre le dépôt -lieu des sévisses- et le bar qui ne sert que des cocktails mal dosés sont dans la même situation que tant d'autres de la Haute. Seulement, pour une histoire de sang et de Up'n Down, ils ne se mélangent pas, et du coup c'est chacun sa drogue, chacun son verre.

Ain't got no cash, ain't got no style
Ain't got no gal to make you smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Mihael Dickinson
Haste makes Waste
Messages : 18



MessageSujet: Re: Artifcial Keepsake Intellect [Mihael]   Lun 26 Avr - 2:33

Mihael s’y est rapidement fait. Qu’importent le goût et les effleurements de la misère, son cœur, à lui, n’est pas disposé à s’appesantir de considérations scrupuleuses.
Il se tient debout, dans l’encadrement de la porte qui mène à l’arrière-salle, nonchalamment appuyé au chambranle, et ses yeux, battus par de trop longues heures de veille, chancellent d’une table à l’autre. A sa ceinture pend un torchon humide de boissons précédemment renversées. Il attend qu’on le hèle, prêt à servir le monde, le rêve, l’évasion. Et il sourit ; sur le velours de ses lèvres étirées, il est possible de voir la blancheur du bienêtre se mêler au carmin de l’ingratitude. Eh ! Qui donc peut lui en vouloir ?

Il s’écarte pour laisser une danseuse rejoindre les coulisses de fortune, échange avec elle un regard complice et lui jette, comme ça, qu’elle a « fait un super show », mais sans invitation dans la voix. La danseuse ne le remarque probablement pas, pourtant moi je peux le dire : Mihael affecte du début à la fin le détachement provocant de celui qui n’a pas regardé.
Quand il reprend sa place, le bout du nez légèrement relevé et railleur, il ne remarque d’abord pas ce qui le gêne. Une impression vague de déséquilibre. Il en cherche la cause un instant, spontanément, dans les nuées blafardes dont la douce errance a été perturbée. Et puis il distingue, parmi les ombres du comptoir, une nouvelle arrivante qu’il ne connait pas, semble-t-il, en tant que serveur fraichement embauché. Et cependant, en y regardant un peu mieux…
Il incline le visage, intrigué, plisse lentement les yeux en croyant épier une figure familière. La fermeté qu’il y décèle, songe-t-il, ne lui est décidément pas étrangère. Et il en oublie son devoir de serveur.

Mais… Bien sûr. Cet ajout imprévu au tableau, cette composition de noirceurs symboliques… dont personne n’a jamais voulu comprendre les subtilités, du temps, si proche encore, où il sillonnait les couloirs lustrés de l’Himmel.

« Ah bah putain. », ne peut-il s’empêcher de laisser tomber en haussant les sourcils. Pour lui-même. Histoire de se confirmer officiellement qu’il vient… bel et bien de remettre Mademoiselle Povlski. L’un de ses anciens professeurs. Accessoirement, un genre de squale de la discipline, très peu commode, aux trois rangées de dents acérées – en haut et en bas – qui n’admettent aucune muselière, et broient… ma foi, tout ce qui dépasse.
Mihael détourne la tête – c’est un instinct fugitif qui l’y pousse. Un malaise ? Non. Lui n’a jamais eu de problème avec Mademoiselle Povlski. Elle est simplement la dernière personne qu’il s’attendait à voir
ici.

… Et, paradoxe attendu, c’est précisément ce qui l’incite, à la fin, à se rendre auprès d’elle. Plus que son travail, plus que l’envie d’être agréable avec les nouveaux venus. Il a pourtant l’habitude de fuir ceux qui l’ont accompagné dans sa vie, un peu plus prometteuse autrefois, et qui semble maintenant vouloir cesser de l’être. Il n’est pas pilote. Est-ce grave ? C’est ce qu’il souhaite savoir – quand son cœur est déjà au courant de tout.

Lente approche. Il ne s’accoude pas au comptoir, ne s’affale pas devant Mademoiselle Povlski. C’est sans doute que des réminiscences le prennent au ventre ; bonnes manières, bonnes manières. Il lui fait face et lui sourit, très naturellement. Va-t-on le reconnaître ? Un bonsoir. Mais pas vraiment de soin dans la parole – mignonne provocation, peut-être.


« Qu’est-c’que j’vous sers ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Artifcial Keepsake Intellect [Mihael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIENVENUE À BORD :: WELCOME TO RAIMYO :: Downtown :: Rêves-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit