AccueilAccueil   Portail  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Highway to the dangerzone (Pv Elliot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Highway to the dangerzone (Pv Elliot)   Jeu 13 Mai - 1:44

    C'était une mauvaise journée. Même le rythme des tirs qui rythmait la salle de tirs ne l'arrangeait d'aucune sorte. Il y avait des journées comme ça voila tout, et elles passeraient coûte que coûte... Vaille que vaille, car lorsqu'une de ces journées se profilaient... Il n'y avait d'autre choix que de l'endurer, en se changeant les idées. Et quelles idées! Natalia n'en avait aucune autre depuis quelques jours. Elle voulait bouger. Aller quelque part où il se passerait quelque chose, où il y aurait quelqu'un. Elle avait eu vent des actions perpétrées par le "R- un numéro précis dont elle ne se souvenait pas". Contre la Lux, contre l'Empereur aussi. Mh, qu'avaient-ils donc tous contre ce type? Bah, il était sans scrupules mais, ne l'étaient-ils pas non plus? Tout le monde, Lus Pooja ou Ios confondus. Personne ne se faisait confiance, en apparence si mais, qu'en était-il de l'intérieur ? Que pensaient-ils les uns des autres? Ça, c'était de la pure question...

    Mais les questions ce n'était pas la tasse de thé du pilote en train de ramper dans la fange à l'heure présente. Arme au poing, semi automatique à la ceinture et fusil d'assaut dans le dos, la nuit blanche qu'elle venait de faire avait servi. Les cartes mémoires récupérées aux archives, contenant les données d'un veux jeu FPS, "Black OPS" était son nom. Natalia en avait entendu parler, un très bon jeu pour son temps? Et même encore de nos jours. Les graphismes reboostés, les armes améliorées, le tout dans le simulateur de la salle de tir, c'était le pied total.

    *Niveau 8 - Spetriniv Gulag* pensa-t-elle alors qu'elle avançait vers la zone de béton armé à moitié décrochée.

    Ah les souvenirs de cette bonne vielle Terre qu'elle n'avait pas connue. Cette fiction dans laquelle elle s'entrainait n'avait rien à voir avec ce qui devait être la terre des hommes auparavant. Non. Il n'y avait pas de vent. Pas d'odeurs. Le sensations étaient celles que l'on ressentait en mission au sol. Ce n'était pas ses missions mais elle aimait s'entraîner ainsi. Son domaine était l'air. La gravité ne l'atteignait pas et lorsqu'elle pilotait son appareil, les soucis du sol ne l'inquiétaient pas outre mesure. L'Uros lui semblait moins présent, bien moins présent. Mais il fallait bien qu'elle revienne sur terre, la RV avait ses limites. Mêmes si elles n'étaient pas si proches et permettaient le rêve... Un rêve de béton bien sûr, car l'esprit de la polonaise était étriqué lorsqu'elle avait une arme à la main. Munitions du socom en rade, elle avait préféré le garder à la main, par le canon. Un coup de crosse faisait mal, même à un ennemi virtuel. Elle gardait le fusil d'assaut pour... Plus tard. Connaissant le niveau à moitié par cœur -n'ayant jamais été plus loin que la sortie d'un tunnel obscur et rempli de russes- elle ne savait pas encore se qui se cachait derrière. Et grand Dieu ce qu'elle avait hâte de le découvrir.

    Elle courut pendant quelques mètres, descendit une volée d'escaliers et s'arrête. Pas âme qui vive apparemment. Gentils popovs, venez vous faire trouer la cervelle, gentiiiils. Se disait-elle alors avec un sourire mauvais. Seulement, à popov, popovs derrière. Et la jeune fille qui ne fut pas si tôt retournée se retrouva à courir à moitié à quatre pattes, jurant comme un charretier saoul, une escouade aux fesses. Son salut, elle ne le dut qu'à un rempli providentiel dans un bâtiment, rempli à ras bord d'explosifs. Avec un regard vaguement blasé du à son cri de surprise et aux bruits des rangers de ses anciennes cibles qui étaient devenus ses traqueurs. Ils tirèrent. Les conteneurs explosa. "Séquence terminée" aurait ou dire la boite vocale de la salle en guise de félicitations. Mais il n'y avait pas de boite vocale ici, c'était légèrement trop cher payé pour des simples soldats. Ahlala... Pour simple remerciement de l'utilisation, un "biiiip" sonore grilla les oreilles de Natalia et acheva sa transformation en un être visiblement démoniaque, dont la seule utilité était de pourrir la vie de quiconque l'approchait. Les yeux lançant des éclairs, elle se releva et s'étira, vérifiant si tout son corps était bien là. Ok, tout allait bien. Changeant de bloc, elle prit un simple fusil, quoique longue portée, ce qui était inhabituel pour elle, et le chargea avec dextérité, quoiqu'un peu lentement pour un militaire. Trop lentement, si disait-elle. Il ne fallait pas qu'elle perde la main, même si elle avait plus à apprécier les mitrailleuses et missiles de son bébé qu'elle pilotait.

    Un tir, puis deux, et trois, cinq se succédèrent ainsi avant que Natalia ne sente un courant d'air gelé derrière elle. Ce genre de courant d'air qui signifiait que quelqu'un venait de rentrer là où elle était actuellement. Elle se retourna et vit: l'horreur. Elle griffa la crosse de son fusil, si bien qu'elle sentit ses ongles coupé ras crisser contre son métal dur et froid. Aussi, elle voyait une tignasse blonde désordonnée, un air blasé, Elliot Sholme. Le poison national du Basha, devant-elle. Mais que lui valait cet honneur ?


    _Tiens, bonjour... dit-elle sans une once de bonheur dans sa voix.

    Quiconque les aurait connus à cet instant aurait perçu le profond dégout dans la voix de la jeune pilote. Et aussi capter sa pensée. Elle se disait précisément à cet instant que si son chargeur avait été plein, il aurait été vidé sur le petit blondinet en face d'elle.

    *Oh toi mon petit, tu vas pas faire long feu, fait gaffe avant de te retrouver du plomb au fesses...*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
avatar

we're watching you
Elliot Sholme
The Game is OVER !
Messages : 112



MessageSujet: Re: Highway to the dangerzone (Pv Elliot)   Ven 14 Mai - 3:52

Et pan, encore une journée en moins, mine de rien, ça commençait à faire longtemps que le très sympathique Elliot avait intégré la Basha, ainsi que la Sayeh. 4 ans pour une personne de son âge étant une bonne partie de son existence. Encore une fois, le biologiste s'était échappé de son laboratoire afin de se distraire ailleurs. Problème: comment se distraire lorsqu'on est une personne totalement blasé ? Bonne question, et le blondinet ne savait pas encore quel était la réponse à cette question. Echappant donc à la surveillance de sa patronne, Elliot se mit en tête de se rendre à la salle de tir. Pourquoi me direz-vous, et bien le jeune homme aimait bien se défouler là-bas, de plus, il était très bon malgré son statut de scientifique, il n'était donc pas étonnant qu'il s'adonne à quelque chose où il peut, avec un plaisir non feint, agacer ses "adversaires" en mettant la pâtée à la course aux points.

En se baladant dans les différents niveaux, Elliot se disait que la sécurité était ridicule malgré la technologie mise à disposition, regardez-le se balader tranquillement au Basha alors qu'en plus d'être un pirate assez connu, il était également un rebelle. Comique, la situation l'était, du moins à ses yeux. Les collègues du jeune homme s'écartèrent tous un à un en le voyant arriver, ça alors, que c'est original... A croire qu'il allait mordre. Hum, à bien y réfléchir, c'est qu'il pourrait. Mais aujourd'hui, il n'était pas d'humeur à enquiquiner son monde à coup de traquenards perfides, non, il était plutôt dans sa passe râleur se plaignant de tout et n'importe quoi. Soupirant tout en frottant sa crinière doré, Elliot finit par arriver là où il le voulait. Entrant dans la salle des simulateurs virtuels, il était plus à l'aise qu'à son habitude: ici, pas de risque de se faire repérer: il n'y avait rien à pirater.

Enclenchant une mission aléatoire, sa partie commença dans un scénario catastrophe. Guerre civile dans l'Uros, ni ami ni ennemi, chacun pour sa pomme, et bien, ça n'allait pas être une partie facile. Comme chaque début de partie dans le module qu'il utilisait, pas question de choisir son arme, ici, c'était le rayon hardcore gamer, tu commences avec une daube pas possible, tu survis, et avec de la chance, tu tombes sur mieux. Sinon, tu meurs, ou tu fuis une fois les munitions épuisées. Se retrouvant donc avec un un couteau de combattant et un simple flingue datant d'il y a des milliers d'années, le jeune homme entreprit d'avancer. D'après lui, il devait se trouver dans un Downtown en ruine, hum, en plus d'un mode de jeu difficile, le lieu de départ n'était pas le plus simple.

A peine le jeune homme commençait à courir qu'une slave de balles le frôla de peu. Se collant au mur, Elliot observa les alentours, hum, le hunter était bien planqué, mais vu la trajectoire des balles, Elliot avait déjà compris où son ennemi s'était planqué. Problème: il n'avait rien pour distraire l'attention, pas même un fumigène. Il lui restait au choix: contourner les ruines, ou foncer dans le tas en priant pour ne pas se faire toucher dans son assaut suicide. Pas le temps de jouer à chat, c'est avec un sourire vicieux que le jeune homme sortie de sa cachette avant de courir comme un dératé, se jetant en avant et dérapant au sol afin d'esquiver les projectiles. Pfff, adversaire cheaté, comme de par hasard, ce que Elliot pouvait haïr les snipers.

Arrivant au bas de l'immeuble où résidait sa proie, Elliot vérifia rapidement son état. Epaule gauche touchée, ça risquait d'affecter son degrés de précision... Pénétrant dans l'immeuble avec prudence, le scientifique n'était pas très étonné de voir un comité d' accueil. Deux unités en haut des escaliers et deux autres en bas, avec seulement 10 balles, Gonzora compris rapidement qu'il allait en chier sévère. Avant d'entrer, il vérifia la porte, pas de fil, elle n'était pas piégée. Se décidant à ouvrir le bal, tout se déroula rapidement. Entrée de bourrin, direction les piliers, une fois à couvert, une balle dans le crâne du premier garde. Pas glop, ils avaient tous des mitraillettes, ce n'est pas avec son pétard et son couteau de poche qu'il allait s'en sortir... Réfléchir, réfléchir...

En analysant la salle, Elliot avait remarqué le lustre et les projecteurs, de là à les atteindre, c'était autre chose. Empoignant son couteau, Elliot patienta jusqu'à ce que l'un des hommes rechargent son arme, ça ferait toujours un de moins comme danger. A découvert de nouveau, Elliot jeta avec violense son couteau en direction du dernier garde se trouvant à l'étage, manque de bol, son épaule blessée n'avait pas donné à l'arme assez de vitesse pour percer les défenses de l'ennemi. Grognant en constatant cela, Gonzora encaissa trois balles de plus en plein dans le dos. Lâchant un juron, il se retourna et constata avec fureur que le sniper avait rejoint ses amis, restant toujours au loin, bien entendu.

Pas le temps de réfléchir, se jetant droit en avant, Elliot passa au contact avec le plus proche de ses ennemis. S'abaissant pour esquiver la rafale de balles et ramasser son poignard, le blondinet chargea l'ennemi et le renversa. Durant la chute, il pivota sur lui même afin de se retrouver dos au sol avec l'ennemi au-dessus de lui. Une fois à terre, il tira dans la gorge de l'homme et par la suite, se redressa, utilisant la cible abattue comme un bouclier humain. Au passage, il rengaina son petit pistolet ainsi que son couteau et s'empara de la mitraillette, voilà qui était déjà mieux. Reculant vers le coin des escaliers, Elliot laissa son bouclier tomber à terre et le fouilla d'une main, le stress se faisant sentir au vu de ses tremblements. Bien, une grenade aveuglante, c'était toujours ça de pris.

Jetant un coup d'oeil, Elliot s'abaissa la seconde d'après, une autre balle venant caresser ses cheveux de près. Bien, il avait quand même vu la position du dernier des hommes du sniper. Lançant la grenade aveuglante en l'air, un flash incroyablement puissant éclata, rendant la pièce aussi blanche qu'une page vide. Tirant au hasard, Elliot repéra l'homme lâchant un cri de douleur alors que l'une des rafales hasardeuses l'avait touché. Dirigeant le canon vers la voix de l'homme, Gonzo' appuya sans tarder sur la gâchette. Bien, plus qu'un, cette enflure de sniper. Courant aussi vite que possible, Elliot renversa une table et se planqua derrière. Le sniper avait recouvré sa vue et ne semblait pas presser d'en finir...

Retour à la case départ, et cette fois, Gonzora n'avait qu'un petit couloir pour se mouvoir, heureusement que la table n'était pas en bois, sinon, il y serait déjà passé à cet instant. Profitant de cette protection pour recouvrir son souffle, le biologiste se demandait maintenant comment distraire le sniper. Peut-être que l'homme qu'il venait d'abattre avait lui aussi une grenade aveuglante ? Hum, non, se déplacer vers une carcasse était dangereux, et il n'était pas certain que le pantin virtuel avait bel et bien quelque chose sur lui. Reprenant son couteau, Elliot eut soudain une idée. Levant la lame en l'air et fixa le reflet, hum, trop flou pour vraiment distinguer, mais ce n'était pas le but rechercher, ce que Elliot voulait, c'est refléter la lumière du soleil sur la lame pour éblouir le sniper. Mais le vil tireur n'était pas de cet avis et expédia une balle dans la lame, elle ne se brisa pas, mais le choc l'arracha des mains d'Elliot. Tss, sale bête.

Okay, tu voulais te la jouer comme ça, raclure ? Voilà en gros ce que pensait le blondinet. Se redressant tout en portant la table et le casque bien vissé sur le crâne, Elliot fonça de nouveau dans le tas, se collant contre le mur, il s'abaissa et continua sa percée, ne laissant aucun angle mort dans sa défense. Le sniper cessa de tirer, il devait maintenant attendre que le jeune homme le rejoigne, sachant que le seul moyen d'en finir serait le face à face, étant donné que ni lui, ni sa cible, ne pouvait achever l'autre autrement. Atteignant la porte, Elliot savait que c'était le tout pour le tout.

Mitraillette dans une main et flingue dans l'autre, il donna un violent coup de pied dans la porte et jeta un coup d'oeil. Personne ?! Elliot grogna et pénétra dans la pièce dos en avant. Le sniper affichait alors une mine effaré lorsqu'il se retrouva troué de balles, pensant que se planquer en hauteur juste au-dessus de la porte serait assez original pour se faire le blondinet. Le dernier ennemi tombant lourdement à terre, Elliot lâcha un gros soupir, et posa sa main dans le vide. Un hologramme se présenta à lui. Un congragulation le félicita et un menu s'afficha, montrant ses statistiques.

Un énième soupir blasé, et Elliot sélectionna l'option "quitter la partie". Retour au monde réel. Sortant de sa cabine, le jeune homme s'étira longuement avant d'enfiler sa veste de scientifique tachée de café par-ci par-là. Place au vrai tir maintenant qu'il était plus ou moins dans le bain. Avant d'entrer dans la salle de tir, Gonzora vérifia les armes mise à disposition. Optant pour un Desert Eagle, Elliot le démonta rapidement pour vérifier si le tout était bien en place, et le remonta en quelques instants avant d'entrer dans la salle. Il y avait quelqu'un, restait à savoir qui, et la réponse ne se fît pas attendre. Natalia Łukasiewicz, une jeune femme avec un caractère bien trempé, un vrai garçon manqué, plutôt mignonne, qui avait déjà subit les remarques ô combien chaleureuses de notre bon Elliot. Quand elle remarqua la présence du blondinet, elle griffa son fusil avec tant de force que cela provoqua un son strident arrachant à Elliot un air toujours plus blasé.

La belle adressa un rapide bonjour avec une joie ressemblant à s'y méprendre à celle d'un enfant disant merci à ses parents de lui avoir offert un pull en laine à la place de son super androïde 3200-X tant désiré. Elliot se contenta d'hausser un sourcil, lâchant un petit feulement, il se dirigea sans rien dire vers le stand de tir le plus proche de Natalia. Appuyant sur le bouton lançant les pancartes destinées à se faire massacrer par les balles, il se mit en position et tira sans sourciller 5 balles dans l'affiche de carton. Une dans le crâne, une autre dans la gorge, une dans le coeur, l'avant-dernière dans la main droite tenant une arme factice et pour la fin, une dans les parties. Tournant son visage vers Natalia, Elliot lui adressa un visage angélique, mais, lorsqu'il ouvrit les yeux, son doux sourire devint carnassier tandis qu'il faisait mine de la déshabiller du regard afin de faire monter crescendo cette tension sexuelle palpable la colère de la demoiselle.


" Comment allez-vous, ma bien belle Adeline Patrosiek ? Vu votre teint me rappelant fort les cadavres de ma dernière partie de réalité virtuelle, j'imagine que vous avez encore échouée. Heureusement que vous ne faites ce genre de choses que virtuellement, tout comme trouver l'amour grâce à ce superbe site que l'on nomme Moon Love.. Tiens, d'ailleurs, si vous le désirez, je connais un vieillard du même âge que l'empereur qui serait raaa-vi de vous faire découvrir les choses de la vie, il pourrait même faire de vous le genre de femme gagnant sa vie ainsi. "

Bien entendu, Elliot savait que Adeline Patrosiek n'était pas le nom de la jolie demoiselle, pour ce qui est de Moon Love, je vous rappelle que c'est un pirate informatique à la solde des rebelles, récolter des infos n'a donc rien de surprenant. Bref, après ces dires si bienveillant, Elliot rechargea les balles de son arme tout en souriant à Natalia, mais avant qu'elle ne réagisse, il lui retira son arme des mains et la fixa (l'arme) d'un air absent, avant de diriger son regard de nouveau sur la jeune femme.

" Et ces rêves de gloire, ça avance ? Ou alors, toujours au même point ? Dur de stagner hein ? C'est ça de ne pas avoir les moyens de ses ambitions... "

Et vlan, encore une pique, décidément, savoir qu'il n'est pas aimé rendait ce cher Elliot encore plus courtois qu'à son habitude.

" Peut-être qu'en devenant l'un de mes cobayes, je pourrai faire quelque chose d'une fille comme vous... Cela dit, avec le peu qu'il y a à améliorer... Je crains fort que ce soit peine perdue. "

[ Désolé pour les fautes, je suis une bille en conjugaison... > _> ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Highway to the dangerzone (Pv Elliot)   Dim 30 Mai - 15:22

    Elliot Sholme. Comment qualifier cette aberration de la nature sans pour autant être ni vulgaire ni trop gentille ? Natalia se le demandait bien. Il était mignon, certes. Mais incroyablement poison, suffisant et légèrement antipathique sur les bords? Bref il était détestable à souhait, et il commençait en jouant bien son rôle. D'emblée il se place près d'elle. Quel était son but, l'impressionner en faisant mouche à tous ses tirs ? Tss, e rat de laboratoire avait bien des idées idiotes, pour être habile, il n'y avait pas que les armes que l'on détenait et que l'on manipulait qui suffisaient. Il souriait toujours, et viendra bien un jour ou elle lui ferait bouffer son sourire! Viendra bien le jour o combien attendu où elle lui ferait passer ses envies de sourire à coups de... Pelle, fusil, bouteille de vodka! Tout ce qui traînait même une aiguille! Juste pour arrêter qu'il ait cet air suffisant. Pour l'instant, la polonaise faisait profil bas, l'ignorant du mieux qu'elle pouvait. Tentant d'avoir le moins d'expressions faciales qui étaient autant de moyens de donner de la joie à Elliot.

    Moon… Moon Love !? Comment pouvait-il le savoir !? Ce n’était sensé être qu’un pari stupide lancé au self avec une bande de mécanos éméchés! « Si t perd tu t’inscriras direct au Moon Love, et si tu le fait pas on le fera!!! ». Pour une fois qu’ils ne mentaient pas… Enfin, là n’était que l’histoire officielle du pourquoi et du comment la jeune fille avait échoué sur le réseau social de l’Uros. La vérité, i tenté que la première option était un mensonge, elle ne la raconterait à personne, pas même devant l’Empereur.

    Toujours était-il que ce serpent d’Elliot se délectait de ses réactions, alors soit, elle garderait un air calme. Oublions le quelque secondes, c’était dur mais il le fallait. Caaaaalme Natalia, caaalme. Fat ressortir la Lux qu’il y a en toi, Lux que tu as cherché à faire disparaitre pendant des années entières, mais c’est pas grave, car chasser le naturel le fait remonter au glop, de même que chasser un naturiste et il revient au bunga… Euh, enfin, l’idée était là. Il fallait se concentrer sur quelque chose.

    Elle reprit son arme des mains d’Elliot et a rechargea avec des gestes secs et précis. Gestes laissant à peine transposer son calme (toute cette phrase n’est bien sûr qu’une pure ironie, la polonaise était en train de chercher une autre cible à abattre qu’Elliot).

    _Les moyens de ses ambitions ? C’est-à-dire une paire de seins et une libido à rendre dingue un eunuque ? demanda Natalia en visant une des cibles et tirant. Et l’Empereur n’est pas un vieillard, c’est vous qui êtes trop jeune pour comprendre sa manière de diriger. Moi non plus je ne la comprend pas comme une bonne partie de l’Uros.

    Pour une bonne partie des gens, l’Empereur était un monstre, mais il devait bien y avoir une raison derrière tous ces ordres. Sinon pourquoi gouvernerait-il avec un masquer si ce n’est pour cacher ce qu’il est vraiment ? Non. C’était faux, l’Empereur était sadique. Enfin, non…

    Il était ce qu’il était, autant qu’Elliot était un sale rat perfide.

    La balle atteignit une cible éloignée, à la naissance du cou. Un second tir finit sa course dans le bas du ventre d’une seconde cible. Il n’y eut pas d’autres tirs. Elle en avait marre des questions assommantes d’Elliot mais faisait mine de les ignorer. « Dur de stagner? » ha, quelle idiotie! Non elle ne stagnait pas, elle allait en s’améliorant. Personne n’avait dit que ça serait court ni facile d’ailleurs, mais elle avait bien progressé, et c’était sûr. En un an elle avait appris, pas à rester à sa place, ça attendra, mais les armes n’avaient presque plus aucun secret pour elle. Faute de savoir les manier, elle savait au moins s’en servir convenablement. Quel honneur à la gente féminine quand même d’avoir à s’occuper de tant de choses ignobles au sens de la Lux. Mais c’était génial, il y avait la rigueur militaire, ce danger toujours présent dans la lourdeur de l’air. Les alarmes qui se déclenchaient ou pour des exercices ou lorsque des idiots les enclenchaient par (ou pas ) mégarde.

    Chaque militaire, quel qu’il était même les scientifiques, peut-être moins eux sûrement, attendaient leur heure. Le moment où ils auraient leur gloire, les feux de la rampe tout ça. Et les occasions étaient rares, un bal au Basha était peu probable, et un bal avec l’Empereur et toute sa petite famille impossible. Un attentat, il y en avait de toutes sortes mais aucun n’aboutissait, ces fliquards de membres du NSS gardaient tout pou eux et rares étaient leurs coopérations avec le Basha. Si tenté qu’il y en avait, les pilotes n’étaient pas inclus, les missions se déroulant au sol. Enfin, tout n’était pas si noir, ces blaireaux étaient dans leur coin et basta. Quand à ces scientifiques de malheur, dont le premier exemplaire se tenait côté d’elle, Natalia ne préférait pas y penser.


    _Je pourrait dire le même chose de vous, quatre ans que vous minaudez à droit et à gauche sans rien faire d’autres, ça améliore grandement la réputation des rats de laboratoire de votre espèce. dit-elle en tout ironie.

    Se pourrait-il qu’un lien d’amour (là encore l’ironie est perceptible) unisse la section scientifique du Basha et les pilotes ? Mh, tout à fit possible. Mais n’y avait-il pas des occupations plus intelligentes ? Chasser les souris et rats de l’entrepont, vérifier les stocks d’armes, préparer une jolie check-list pour son avion avec le titre souligné en rouge. Non, tout était bien plus utile mais d’un autre côté, essayer d’emmerder le plus possible un camarade d’une section rivale était bien plus réjouissant en tous cas.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894


we're watching you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Highway to the dangerzone (Pv Elliot)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Highway to the dangerzone (Pv Elliot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIENVENUE À BORD :: LE BASHA :: Niveau 0 :: Salles de tirs-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit