AccueilAccueil   Portail  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Izaya Gilliam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we're watching you
Izaya Gilliam

Messages : 14



MessageSujet: Izaya Gilliam   Mar 24 Aoû - 6:55

Nom : Gilliam
Métier : Dealer / Indic'
Prénom : Izaya
Lieu de Vie : Raimyo
Âge : 22
Lieu de Travail : Raimyo
Surnom :
Loge : Ios



"Là où il y a de bonnes lois, il y a des bonnes armes" [Machiavel]


    QUI ÊTES-VOUS ?





  • "Control the people, you control the world" :

    Alors, il n'est pas facile de cadrer un énergumène comme l'est Izaya. Il se compose de plusieurs personnalités bien distinctes, elle qu'il explose au public ainsi que celle qu'il garde pour lui et ses amis proches. Voire même celle qu'il ne dévoile à personne. A force de jouer certains rôles pour les autres, il en revient à ne plus se comprendre lui même, ainsi que ne plus comprendre du tout les autres. Il ne compte plus ses relations, voila bien son problème. Sa pharaonique mémoire engrange les connaissances, toujours plus, ainsi que les informations, mais ne les retiens pas toujours. Envers ce genre de problèmes, il reste d'une fierté et d'une inventivité inépuisables. Car s'il a souvent des problèmes, il sait les affronter la tête haute, même si ils finissent toujours un peu plus mal. Il ne pense jamais au lendemain, enfin, seulement dans le nécessaire. Qu'on ne lui parle pas d'avenir, il s'en fiche ! Son passé ne l'intéresse pas non plus, pourquoi se retourner alors qu'il est en bon chemin ? A savoir aussi qu'il est d'un optimisme sans bornes, même s'il le cache un peu. L'optimisme est rares dans les downtowns. Il a une estime de lui même plutôt... extrêmement haute. Il ne se remet presque jamais en question, sauf quelques rares fois ou le manque vient à faire son petit come back. C'est cette épée de Damoclès constamment suspendue au dessus de lui qui est un de ses rares points faibles.

    Parlons-en d'ailleurs, de ce défaut. Il est professionnel dirons-nous, étant dealer, Izaya n'a pas pu résister bien longtemps à l'envie d'essayer quelque peu de deux ou trois de ce qu'il revendait. Il s'était dit "j'essaie", pour voir en quelque sorte. Aujourd'hui il s dit simplement avec un air amer qu'il n'aurai jamais du faire cette connerie. Il n'y pense généralement pas du tout, étant beaucoup trop occupé à vérifier ses stocks et revendre sa came. Il réserve une face légèrement moins pro à ses connaissances les plus proches, notamment celles avec qui il n'a aucun problèmes. Il n'en compte qu'une ou deux malheureusement. Possédant une vie instable au possible, Izaya ne s'embarrasse jamais de relations durables. Seulement, l'Uros étant plus petit qu'on ne le pense, il reconnait souvent (et surtout se fait reconnaitre) par des personnes qu'il avait quasiment oubliées. Ayant une propension à inventer des plans louches à exponentielle et extrêmement complets, il est toujours sûr de s'en tirer. Seulement, lorsque cela n'arrive pas, il se comporte tel qu'il est : lâchement.

    En manque, il ne pense qu'à ce qui le guérira, ce qu'il vend et qui le tue petit à petit. Il cherchera à s'en procurer à tout pris s'il se trouve à court de stock. Il ne lui est jamais arrivé de se retrouver en manque, pour le moment, sauf lorsqu'il le teste lui même. Il en est arrivé à tenir à sa maxima à une semaine et des poussières sans rien. Mais bien sur, dans cet état il n'est rien d'autre qu'un paquet de nerfs saigné à blanc et complètement insupportable, instable ainsi que capable de tout. Il peut éclater de rire et fondre en larmes dans la seconde qui suit. C'est pour cela qu'il évite de rester sans shoot à portée, les conséquences seraient... fortement ennuyeuses s'il venait à se retrouver à sec.



  • "Why are you looking me like that?" :
    Izaya est quelqu'un que l'on remarque à peine alors qu'il travaille. Généralement se trimballant dans les coins de Raimyo, uptown ou dowtown, -il en connait le moindre recoin- il passe à peu près partout. Ce n'est pas le cas de son physique.

    De taille moyenne, environ 1m75 pour quelques soixante kilos, ce n'est pas une masse. Il est souvent amené à courir et à sauter nombre de repas, son corps s'y est habitué, il ne maigrit pas ni ne grossit, son corps fin et longiligne est entièrement de muscles. Souple comme une anguille, il est versé en art de la fuite bien entendu. S'échapper de quelque part ? Il maîtrise comme personne. Sa silhouette est de loin bien normale cependant, c'est ça qui lui permet de s'infiltrer dans n'importe quel milieu et faire autant de bénéfices que possible. Cependant, il est remarquable par son visage. Qu'il cache sous une capuche le plus souvent. Il porte toujours un blouson de cuir ou de tissu tout simple, ainsi qu'un ample pantalon qui ressemble plus à un treillis et des rangers qui sont en somme la panoplie la plus passe-partout, le tout est délavé, sale et passé de mode mais, s'en occupe-t-il? Non, pas du tout. Il est rare que pendant la belle saison il porte quelque chose dessous sa veste, lorsque le temps se rafraichit, il rajoute un top ou un maillot tout simple. Son corps se fragilisant petit à petit, il limite ses conneries, mais jamais longtemps.

    Comme je disait tout à l'heure, ce qui se remarque chez Izaya, c'est avant tout son visage. A priori, de loin il parait normal. Sa peau est basanée, indiquant peut être une origine orientale -s'il existait encore des pays ou des ethnies sur l'Uros du moins-. Son visage est fin, grave quoique légèrement efféminé. Ses cheveux sont bruns, depuis longtemps ternes, tirant un peu sur le noir. Il les coupes pas souvent, alors ils tombent sur son front ainsi que ses yeux. Ses qui yeux ont la couleur la plus proche de l'ambre, injectés de sang parfois, encadrés de lourdes cernes. Son œil gauche reste ce qui est le plus voyant, brûlé par une de ses premières rencontres avec une descente d'agents du NSS. Ça lui rappelle toujours combien une seule connerie peu lui donner autant de difficultés pour le reste de ses jours.. et de ses affaires par la même occasion. La marque qu'il arbore sur son visage est indélébile, et plutôt remarquable. (Il a depuis ce temps horreur de toute autorité, mention spéciale pour le NSS). On remarque également sur son corps nombre de cicatrices, ainsi que nombre de traces de piqures, coupures, et traces de ses shoots successifs. Sur ses poignets et son cou, ses veines apparaissent, la peau devenant diaphane par endroits.

  • "Fucked NSS"

      Le bruit de ses pas résonnant dans les rues vides, son souffle brûlant irradiant sa gorge, Izaya taillait son chemin à travers les rues décaties du Dowtown. Il quittait les milieux colorés de l'uptown pour passer par les rues du Rêves, grises de l'inconscience des junkies, pour terminer contre le sol brun des bas fonds. Il était né dans ce trou, et y vivait encore. Retrouvant l'endroit où il habitait ces temps-ci, un immeuble encore en bon état, il se jeta sans grâce sur la porte et l'ouvrit à la volée, la refermant immédiatement derrière lui. Soupirant et s'étalant de tout son long contre le mur le plus proche, il ferma les yeux tenta de retrouver son souffle, ce qu'il fit après quelques dizaines de secondes, toutes passées dans le silence le plus complet. Bientôt vinrent les insultes, injures et autres mots doux que le jeune homme gardait en réserve pour ses poursuivants.

      "Bande de connards, je vous ferai la peau" jurait-il sans discontinuer.

      Le ballet classique. Cela faisait un bon mois que les membres du NSS ratissaient les downtowns et Izaya avait vu nombre de ses relations et amis partir dans la cage pour une durée indéterminée. Revendeurs, espions, hackers, prostituées, tous allaient dans le ventre sans fond de l'état, voir les geôles de près. A cause de l'Empereur ? Oh lui, il coffrait tout ce qui dépassait les bornes, il ne savait pas ce qu'il faisait. Pauvre type, désemparé et dépassé par la situation ! Mais le jeune homme enrageait surtout parce qu'en plus d'avoir perdu tout son stock, il en avait à peine vendu. Les quelques korunas qu'il s'était fait ne suffiraient jamais à s'acheter quoi que ce soit. La vie n'avait déjà plus aucun goût pour lui, il y avait juste deux ou trois choses qui la pimentaient un peu, deux ou trois choses qu'il était le seul à pouvoir faire, lui et quelques autres bien sûr. Reprenant quelque peu son souffle et regagnant son sourire satisfait collé au visage, il se dit simplement qu'il fera beaucoup mieux la prochaine fois, il faisait toujours mieux que rien ! Il se leva et grimpa l'escalier délabré d'une démarche souple jusqu'à ce qu'il considérait comme son lieu de vie. Quelques mètres carrés gris et sales dans lequel il y avait un matelas au sol ainsi qu'une douche pour seul ameublement, trois pièces ayant sans doute appartenu un temps à une famille banale. Avant l'avènement des Van Aalbrück, c'est à dire il y a bien, bien longtemps.

      Il retira sa veste et s'affala dans un coin, bordel, c'était pas si attirant mais il aimait bien cet endroit quand même. Une table basse ronde était installée au centre de la pièce, remplie d'affaires banales telles que des dossiers, des documents vidéos, des vieux bouquins qu'il revendait après les avoir soutirés quelque part. Histoire d'arrondir les fins de mois quoi ! Il revérifia un peu les plans qu'il avait installés sur un pan de la table et se demanda si les tarés du NSS qui l'avaient poursuivi avaient pu le courser jusqu'à l'endroit où il était céans. Cela lui paraissait complètement impossible. Sans plus de cérémonie il retira tous ses vêtements et fit part à son corps de la douche à l'eau froide dont il rêvait depuis le début de la soirée. Il laissa doucement l'eau se réchauffer et attendit longtemps, bien longtemps sans plus avoir ni conscience de ce qu'il faisait ici, ni ce pourquoi il était ici. Le mur en face de lui avait beau être sommairement carrelé, il était apaisant à regarder. La buée humidifiant le mur, il ut bientôt apercevoir son reflet Il tirait un air maussade, comme d'habitude.

      Mais la soif vint vite tenailler son ventre, la faim également, mais pas la faim commune. Celle qu'il connaissait était toute autre. Il soupira et s'étala avec tout la grâce possible, lâchement contre le mur. Le contraste du froid et du chaud le faisant frissonner, il se rendit compte que ses tremblements n'arrêtaient plus, ça urgeait de toute évidence. Il dut malheureusement écourter sa douche et prit à peine le temps d'enfiler son pantalon et de sortir. Il eut beau fouiller, retourner les caisses, cartons et foutre le peu de mobilier en l'air : Izaya ne trouva rien. Niet. Nada : le vide.

      Dieu que cette journée était mauvaise.

      Inutile de dire que la porte faillit s'arracher de ses gonds sous l'impact d'un Izaya en manque qui se ruait vers le premier type de sa connaissance qui avait ce qui lui manquait. Triste à voir, triste à dire, mais tel était ce qui le rongeait depuis au moins cinq ans. Dès la cour du St Adrian's au moins, à sa souvenance, il avait juste fait ça pour tester. Pour essayer en quelque sorte, mais le jeu avait vite évolué en quotidien, quotidien qui avait viré à la dépendance la plus simple à dire et à expliquer. Accro. Le mot qui résumait tout, en langage poli. Junkie. Également. Douce litanie de synonymes n'est-ce pas ? Pourtant, la réalité état tout autre.

      Son shoot fut vite trouvé chez une voisine, revendeuse également. Elle lui fit payer le prix fort mais, quel était le prix pour ça ? Oh, rien de plus qu'une banale descente du NSS. Ils arrivaient toujours à temps ceux là, oui, toujours. Aux meilleurs moments des affaires, dégueulasses. Venaient ils croquer un bout, nein. Armés comme ils étaient ils venaient remplir leur quota de délinquants dans leurs geôles pour le mois. Izaya ne put que prendre deux ou trois affaires et se taille vite fait. N'aurait pu, en fait, car il se fit vite attraper. Le souvenir qu'il garde de cet incident, en plus de sa haine envers tout corps de police, est ce qui fait de lui un type peu recommandable, cette jolie marque sur un quart de son visage. Viendra un jour où il pourra se venger mais, en attendant, son carnet d'adresses est ouvert, venez, il y en a pour tout le monde !




    ORIENTATION POLITIQUE :





    Quand on sait tout, on est obligé de s'y intéresser, à la politique (oui)
    L'empereur ? Et bien, il ne me connaît pas, je ne le connait pas : on s'ignore ! (neutre)


    Et vous ~




    Code du guide du joueur : [CODE VALIDE - MEI]
    Parrainage ? Oui [ ] Non [X]
    Avez vous été pris en charge ? oui [ ] non [X]


Dernière édition par Izaya Gilliam le Lun 27 Sep - 2:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Izaya Gilliam

Messages : 14



MessageSujet: Re: Izaya Gilliam   Lun 27 Sep - 0:30

Fini ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
MEI
IA
[Eats muffins]

Messages : 486



MessageSujet: Re: Izaya Gilliam   Mer 29 Sep - 23:03

Difficile la dépendance à la drogue, ses ennemis risquent de s'en servir… Une petite cure de désintoxication, mon p'tit monsieur ? Par contre, je me demande quel genre de plans, il est capable de monter. Va falloir nous montrer ça :) !
Sinon j'adore l'idée du quota de délinquants XD ! Mais bon, c'est plus facile de mettre la main sur les dealers que sur ceux qui sont plus haut placés ~
Je suis sure qu'il aura des coups de fil. Surtout qu'un indic peut être très utile, peut-être qu'il bossera pour ou avec des mecs du NSS - si ça paie bien XD ? -.
( Attention aux quelques fautes et oublis, mais c'est un sacré bonsaï Izaya hein ;p ! )

VALIDÉ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaceship.forumactif.org


we're watching you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Izaya Gilliam   

Revenir en haut Aller en bas
 

Izaya Gilliam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIENVENUE À BORD :: INTERFACE VOCALE :: Etat civil :: Fiches :: IOS-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit