AccueilAccueil   Portail  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 C'est l'heure de trembler...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we're watching you
GE

Messages : 40



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: C'est l'heure de trembler...    Dim 24 Oct - 20:03

« Parc des étoiles rouges, bal d'Halloween de 19h à 4h du matin »

Voilà ce qui circule depuis plusieurs jours sur le Stardrive et vous avez sûrement du le voir !

Pendant plusieurs semaines, la ville a préparé l'organisation de cette fête si particulière qu'est Halloween. Pas de carte invitation, tout le monde peut aller et venir sans problème. Il n'y a que deux choses qui comptent : s'amuser et avoir peur. Bien sur, le service de sécurité est là. Les officiers réquisitionnés sont déguisés, eux aussi, pour se mêler facilement à la foule. Sous les regards de ces derniers, les personnes en charge commencent l'installation des préparations. Des tables sont dressées à différents endroits du parc pendant que les lumières sont installées. Quand la nuit tombera, elles serviront pour créer des jeux de lumières inquiétants. Deux bénévoles s'amusent avec essayant de s'effrayer mutuellement jusqu'à ce que leur chef apparaisse. Elle leur jette un regard sévère et ils se remettent à travailler. Tout doit être prêt à l'heure. Si des membres de la famille impériale arrivent en premier et que rien est prêt, ce serait une catastrophe !

Un groupe de jeunes déposent de la nourriture puis se relayent pour décorer l'endroit. Eux se sont transformés en zombie pour l'occasion. Ils sont d'ailleurs très fiers de leur tenue. Elle fait tellement vrai qu'on pourrait croire que les zombies existent vraiment. Des bouts de chair semblent être visibles sous une peau en décomposition. Quant à leurs vêtements, ils sont déchirés. Plus loin, une jeune femme brune aux canines longues discute avec un officier du NSS. Juste pour l'occasion, elle s'est fait poser des implants. Ne ressemble-t-elle pas à un vampire ainsi ? Ah quelle fantaisie peut-on se refuser de nos jours ? Aucune ! En attendant, ça n'avance pas très vite et la chef fait nerveusement le tour des équipes pour presser ses troupes. Ça râle, histoire de protester un peu mais ils donnent un sacré coup de collier. On installe un vestiaire pour celles et ceux qui auraient besoin de se changer. Des bonbons sont placés dans des sculptures en formes de citrouilles. Cependant, elles ont une petite spécificité.. Quand une main s'approche, leur bouche a tendance à s'animer... Attention à ne pas se faire mordre !

Aaah la technologie et Halloween, il y a de tout ! Et méfiez-vous des bonbons, si certains sont tout à fait inoffensifs, d'autres ont des effets inattendus sur le comportement. Ce ne sont pas des drogues hein ! Pas de risques d'addiction et vous risquez de ne vous rappeler de rien, de toute façon. Quelques attractions sont montées rapidement comme celle où une diseuse de bonne aventure qui prédit la date de la mort. De quoi vous donner des frissons supplémentaires ! Quelques-uns ont envie d'essayer mais il faudra attendre que la fête soit officiellement ouverte. Cependant déjà des groupes s'approchent. Des cris et des rires émanent de la foule. Tout le monde a rivalisé d'imagination et les sueurs risquent d'être garantie. Les membres du NSS ajustent leur oreillette et en vérifient la réception. Tout est ok de ce côté-là. Le chef de la sécurité esquisse un hochement de tête à l'attention de l'organisatrice. La marche funèbre s'élève avant d'être changée immédiatement pour une musique beaucoup plus rythmée. Des crânes éclairent le bord du chemin menant à la fête...

le bal d'Halloween peut commencer !

[ note HJ : il n'y a pas d'ordre de passage ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Melissa Zwölle
Mi wanna stamina daddy. Or naa ?
Messages : 87



MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Lun 25 Oct - 17:12

Juste pour l'occasion, Mel était partie en vitesse du boulot. Pour une fois, elle n'avait même pas eu besoin de supplier ou de trouver une bonne excuse. Avec le monde qui allait sûrement être présent, son boss avait du estimer, qu'il y aurait probablement des clients potentiels. Alors elle pouvait bien partir s'amuser. Du moins, c'était ce que pensait la jeune femme. Difficile de savoir réellement ce qui se passait dans la tête d'Ewald. Cependant en marchant, elle l'oublia très vite. Son cerveau se concentrait sur sa future tenue mais elle regrettait de n'avoir rien prévu avant. Il fallait quelque chose simple, de facile à trouver... Sorcière ? Pourquoi pas après tout ? Et partant sur cette idée, elle se mit à courir de boutique en boutique dans Dillen town pour finir une bonne heure après dans une longue robe noire, une large ceinture à la taille et un chapeau pointu. Pour le maquillage, elle avait opté pour un rouge à lèvres qui virait rouge sang si la luminosité baissait. Elle avait aussi acheté des lentilles qui lui donnait des yeux de chat. Les vêtements trouvés, Melissa hésitait entre se trimballer ses autres affaires ou tout envoyer à l'agence et ne garder que le strict nécessaire. Soulevant sa robe, la métisse glissa son iNomad ainsi que sa carte de paiement dans une jarretière après avoir appelé l'un des coursiers de l'agence. Elle lui avait envoyé l'adresse où ses affaires se trouvaient. Un petit magasin qui acceptait souvent de garder ce qui encombrait les filles de l'After Eight et les filer aux coursiers contre quelques korunas tout de même.

Sur le chemin, elle acheta à boire puis suivit pensivement la foule qui s'égrenait en direction du parc. Normalement, elle songeait voir quelques-unes de ses collègues plus tard. Si elles ne croisaient pas durant la nuit, ça tiendrait du miracle. Elles avaient toute l'optique du boulot caché dans un coin de leur cerveau. Même si elle désirait s'amuser et oublier, Melissa avait l'impression que c'était impossible. À moins qu'il ne soit là. Depuis sa soirée, ils ne s'étaient pas vus et elle n'avait même pas demandé de ses nouvelles non plus. Qu'il aille se faire voir ! Il ne faisait que semer le bazar dans sa vie lorsqu'il apparaissait. Ses sourcils se froncèrent. Sa tête se secoua de droite à gauche alors qu'elle se maudissait de penser à lui. Il était lâche, idiot et prétentieux et la jeune femme répéta mentalement ces adjectifs tout en accélérant le pas. Dépassant des adolescents, elle leur adressa un coup d'oeil intrigué. À côté des costumes élaborés, un sentiment de gêne la gagna. Certains paraissaient si réalistes. Elle avait envie de tendre la main, de passer ses doigts sur leur peau, se dire qu'ils étaient encore des humains... Des frissons parcoururent sa peau. Le vaisseau prenait vraiment un autre visage. Et si dans le futur, ils étaient tous ainsi ? Une moue de dégoût anima sur ses lèvres en imaginant un monde de zombies, vampires et autres créatures pour le moins peu charmantes. Il ne manquait plus que les fantômes des défunts afin de compléter le tableau.

Heureusement les voix, qui perçaient la musique, possédaient quelque chose de rassurant. La peur avait une dimension plaisante si bien que toutes ses sombres pensées s'envolèrent. Se glissant parmi la foule, elle se contenta d'en suivre le mouvement un moment avant de s'approcher d'une table. Meli manqua de bousculer un couple qui tenaient leur tête sous leur bras ce qui lui arracha un petit cri au passage. Hallucinait-elle ? Préférant ne pas y penser davantage, la jeune femme lorgna sur des friandises que des enfants engouffraient avec plaisir. Elle avait plus l'âge de terrifier des petits pour leur voler des bonbons. Si ? Non ? Si … ? Non... C'était vraiment ridicule, vraiment pitoyable.... Mais ça avait l'air super bon ce qu'ils mangeaient. Attrapant une mèche de cheveux, elle l'entortilla autour de son index et piocha dans un plat, un bout de gâteau entièrement orange. Tout en grignotant, elle marcha jusqu'à la diseuse de bonne aventure et s'y arrêta, écoutant avec attention ce qui était au fond des mensonges. Son corps fit un mouvement sur le côté et elle bouscula quelqu'un, une excuse s'échappant immédiatement de ses lèvres.

 - Oh.. Pardon... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Reese Van Aalbrück
charming BADboy
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Lun 25 Oct - 19:17

Cette année encore la fête d’Halloween avait de quoi déranger les esprits, même les plus fermes. Le prince avait déjà surprit, sans grande surprise d’ailleurs ha ha, plus d’une dizaine de personne à sursauter devant les diverses décorations de la petite soirée. Il faut tout de même dire que les décorations avaient été exécutées avec brio, c’était même mieux que la petite fête qu’avait tenu un des ministres pour la Lux, l’année précédente. Ce n’était pas rien tout de même. Ce n’est pourtant pas les citrouilles animées, même si le petit garçon en lui les avait littéralement adoré, ou le brouillard formant parfois des silhouettes désincarnées qui avait surprit Reese, non c’était plutôt une présence toute humaine. Il l’avait cherché des yeux dès son arrivé à la fête et voilà qu’elle c’était elle-même mise en travers de son chemin. Melissa, Mel pour ses amis, Cherry pour ses clients ou Chérie pour lui. Un petit sourire tira le coin droit de ses lèvres, soit la seule partie clairement visible de son visage, alors qu’il baissait les yeux sur elle.

« – Une sorcière aux yeux de chat ? ... Comme c’est charmant. »

L’avait-elle reconnu ? Il ne sut pas trop, il faut dire qu’avec le masque véniticien tout simple noir qu’il portait, dissimulant ses yeux et son nez, son identité se voulait à l’abri. Un minimum du moins. Quant à ses cheveux, il les avait teint noir pour la nuit et la moitié supérieur avait été attachée en une minuscule queue de cheval à l’arrière de sa tête, ses cheveux ayant été amassés pêle-mêle dégageant maintenant son front. Même le bleu de ses yeux avait été remplacé par un rouge sang, qui aurait peut-être pu paraître angoissant pour une autre que Mel. Le prince souriait en ce moment et seul son sourire restait le même. Cette année pourtant il avait clamé haut et fort, à tous ceux qui voulaient bien l’écouter, qu’il ne participerait pas à halloween. Il n’était plus un enfant après tout et donc, personne ne savait que Reese avait enfilé un costume de vampire pour l’occasion. Il aurait pu faire mieux mais franchement, il ne tenait pas à être repéré et il c’était donc limité dans les accessoires de son costume. Que ne peut-on pas faire pour aller à une fête sans que tout le monde le sache hein.

Ça ne l’avait bien sur pas empêché d’enfiler une chemise grenat de marque, légèrement trop grande à laquelle il n’avait attaché que les trois premiers boutons, ainsi qu’un pantalon noir à la coupe impeccable mais après tout, même les vampires savent s’habiller. Et puis il avait le physique de l'emploi, ça aurait été bête de se priver. Et puis il n’avait pas non plus envie de passer pour un idiot incapable de se déguiser, encore moins quand il savait qu’il venait la rejoindre elle. Bien entendu, il avait aussi enfilé la cape officielle des buveurs de sang, la sienne décorée d’une attache en métal travaillé avec soin, qui reliait les deux pans de tissu noir. D’accord ça ne valait pas son costume d’officier militaire de l’année passée à son avis, les filles avaient bien aimé d’ailleurs, mais c’était au moins de bon goût dans le genre banal. Entrouvrant les lèvres, il lui offrit un sourire, cette fois avec crocs de vampire compris. Voyons, il était un vampire, bien sur qu’il lui fallait deux canines pour se nourrir ! Mais ne gardait-il pas le même sourire ? Au fond de lui, aussi pathétique que cela puisse paraître, il espérait sincèrement que Melissa le reconnaitrait malgré ses implants. Il se pencha donc à son oreille et effleura son lobe avec ses lèvres avant de ne laisser sa voix rauque familière l’envahir.

« – Le mal, c'est quelque chose de toujours possible. Et le bien, c'est quelque chose d'éternellement difficile… Laissons nos différents de côté ce soir chérie, j’ai envie de passer la soirée avec toi. »

Ça avait le principe d’être clair non ? Il se recula légèrement, les yeux baissés sur les siens et sourit en cachant ses dents cette fois. Il ne jouait plus, il était sérieux et malgré le rouge envahissant ses prunelles, son regard trahissait combien sa requête était précieuse pour lui. Ils ne c’étaient plus revus depuis son anniversaire et puisqu’il était venu seul, en cachette même en quelque sorte, il comptait bien profiter de sa présence. Ce soir Mel serait toute à lui et Reese serait tout à elle. C’était presque romantique non ? Il effleura sa joue de son nez recouvert de son masque froid et lui baisa le coin des lèvres. Un Reese presque suppliant avait vu le jour cette nuit et pour une fois, il n’en avait pas honte. Il ne regrettait qu’une chose; son poignet gauche vide de bijou. Parce que bien sur il n’avait pas pu prendre sa gourmette, aussi précieuse soit-elle, elle aurait trahit son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Trystan Brosca
Nss Rrenagate
Messages : 104



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Lun 25 Oct - 21:58

‘‘Avec ça, tu seras la plus belle pour aller danser’’

L’homme termina encore quelques mèches avant de ranger son fourbit. Trystan lui n’avait plus vraiment l’air d’un humain sous son déguisement. La peau plus pâle qu’a l’ordinaire avait presque l’air translucide par endroit. Des lentilles grises accentuaient un regard presque irréel et pour terminer le tableau, il venait de passer quelques heures à se faire teindre les cheveux par endroit pour qu’ils apparaissent plus blancs tout en rajoutant des mèches plus longues. La réplique d’un spectre s’il en était.

‘‘ Désolé de te faire bosser un jour pareil mais on manque vraiment de monde. La plupart des officiers sont avec leurs gamins et trouver des volontaires devient un chemin de croix chaque année. On va finir par prendre des soldats du basha si ca continue comme ça.’’

L’officier lui tendit une oreillette que Trystan prit sans trop se faire prier alors que son interlocuteur s’assit devant lui avec un sac de sport dont il commençait à sortir des vêtements.

‘‘ Au moins cette année tu es dans les équipes déguisés. Essaye de pas trop faire de grabuge, ca serait trop con de flinguer l’ambiance….’’

Regard lourd de suspicion alors que l’officier lui tend le holster contenant l’arme de poing muni d’un silencieux pour l’occasion.

‘‘ ….Evite de prendre ça au pied de la lettre Brosca. Les services administratifs n’aimeraient pas encore avoir à taper un rapport à ta gloire. Ou plutôt dénombrer tes victimes. Façon de voir les choses
‘‘Va donc roder près de la machine à café et laisse les grands bosser Hian.’’

L’officier eut un léger sourire et quitta la pièce pendant que Trystan se changeait dans la pièce. Surveiller un festival, c’était bien la dernière chose qu’il avait envie de faire. S’accoudant à la rambarde du balcon, il pianota sur son Inomad pour vérifier ses messages. Aucunes nouvelles, apparemment, même les rebelles avaient besoin de s’amuser un peu. La nuit allait être calme et ce n’était pas un mal. Il allait le ranger dans sa poche avant de hausser un sourcil. Pourquoi ne pas en profiter pour inviter Cherry ? A perdre son temps à patrouiller, autant le faire en belle compagnie.

Il pianota sur l’écran tactile, regardant la foule d’un air distrait, la tête posé sur ses bras. Il aurait lui donner les derniers informations qu’il avait découvert sur son père. Pas grand-chose mais il y avait déjà quelques avancées. Autant en profiter ? Et puis une personne attira son attention dans la foule. C’était difficile de loin à dire mais il avait bien l’impression que…Il se retourna pour prendre sa paire de micro-jumelle et mit un moment avant de retrouver la silhouette. Fausse alerte…Par contre la sorcière à côté lui disait quelque chose. Elle semblait en grande conversation avec un homme. L’agent du NSS baissa les bras en soupirant en regardant bêtement son I-Nomad qu’il jeta dans la poubelle exaspéré.

La raison pour laquelle il réagissait ainsi ? Il ne savait pas trop…A part qu’il n’aimait pas ressentir ce genre de sensation déplaisante. Il préféra de loin prendre son masque qu’il regarda un moment. Une petite merveille pour lui. Cela ressemblait à un masque d’argent vieilli par endroit lui donnant un aspect unique. Quelque chose de vivant semblait se mouvoir sur sa surface. Peut être une âme errante. C’était l’effet recherché en tout cas. Il prit une grande inspiration avant d’enfiler le masque dont les sangles s’ajustèrent automatiquement pour veiller à ne pas tomber et briser l’illusion. La tenue était complétée par une veste de laine possédant une ample capuche. Il bascula en avant pour laisser les plus longues mèches sur le devant avant de rabattre la capuche émaillée par endroit, obscurcissant le tableau.

En se regardant dans la glace, il se dit qu’il devrait peut être garder ce genre de déguisement pour son travail…

…l’espace d’un instant seulement.

‘‘Fait attention. Celui qui vit comme un fantôme finit par en devenir un ?’’

Ses doigts touchèrent le miroir avec une impression désagréable. Il secoua la tête en se dirigeant vers la porte qu’il ferma derrière lui…Avant de la rouvrir rapidement pour se diriger vers la poubelle et en extraire le précieux appareil. Sous son masque, on l’aurait vu certainement rouge de honte et serrant les dents pour ne pas admettre qu’il en aurait probablement besoin…Et qu’on ne savait jamais qui aurait peut être besoin de lui. Encore que la liste des personnes ayant ce numéro était assez réduite pour ne pas dire qu’elle tenait sur les doigts de la main.

D’une main aurait dit les mauvaises langues.

En repassant la porte, il soupira en se disant qu’il devenait peut être trop faible ou un truc du genre. Il aurait largement le temps d’y penser plus tard. En attendant, il se fondit dans la foule tel le spectre qu’il était censé incarner, cherchant ceux qui oserait briser cette magie d’une nuit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Alben Van Aalbrück

Messages : 78



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Mer 27 Oct - 21:10

Aller à cette petite sauterie serait on ne peut plus divertissant. Surtout avec le costume qu'Alben s'était procuré. Il avait eu du mal à le trouver, il avait même du faire un caprice impérial pour l'avoir mais, finalement, il l'avait. Le prince se regarda avec dégout dans la glace. Il détestait son costume, il ne voulait pas ressembler à ça. Mais pour Halloween, il se devait d'avoir un costume hors du commun.
Le jeune homme but les dernières gouttes de café qui traînaient au fond de sa tasse et sortit son iNomad et écrivit un message :

"Rendez-vous au Parc des étoiles rouges à 21h, je porterai le pire des costumes."

Il ajouta "Phoebe Johansen" comme destinataire et valida. Quelques secondes plus tard, il reçu l'accusé de réception. Bien. Alben enfila le masque, se regarda une dernière fois dans le miroir - horreur - et sortit de sa suite. Il se dirigea d'un pas lent vers le parking et pénétra dans son véhicule sur-mesure. De longues minutes de bouchons plus tard, il se trouva devant le Parc des étoiles rouges où il se gara comme il put, merde quoi, c'était le Premier Prince, il pouvait se permettre ce genre de choses de temps à autre ! Il y avait une grosse foule alors qu'il n'était que 20h45, c'était assez impressionnant, mais pas plus mal. D'un point de vue sociologique, ce genre d'évènement était plutôt positif car renforçant le lien social. Mais trêve de bavardage, Alben n'était pas là ce soir pour endosser le rôle de sociologue. Une autre fois.
A mesure que le jeune homme s'avançait dans le parc, la foule s'écartait de lui, baissant la tête, terrifiés par son costume. Personne pour le moment n'osait imaginer que c'en était un. Tous y croyaient. Puis les plus lucides, sans doute ceux de la Lux, comprirent le stratagème et ne firent pas attention à l'Alben costumé.
Un soldat se mit au garde à vous :

- Désirez-vous une escorte ?
- Allez plutôt vous occuper des voleurs de friandises ou je les envoie personnellement à l'exécution sommaire.

Sans prêter attention à sa réaction, le prince continua sa ballade. A quelques mètres de lui, il reconnut Reese, déguisé en vampire. Évidemment, il n'avait pas pu s'empêcher de jouer son beau gosse et de s'habiller le plus chic possible, malgré son masque noir. C'était tellement... banal. Mais quoi attendre de plus de la part de cet empoté de frère ? Alben costumé s'approcha de lui - et accessoirement de la jeune femme qui l'accompagnait - et se plaça dos à lui.

- Alors, on ne présente pas sa fiancée à son très cher père ?

Reese se retourna et se trouva face à Nicholas Van Aalbrück. Ah, quel beau costume !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Natalia Łukasiewicz
Don't Cry, Die !!
Messages : 150



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Mer 27 Oct - 22:31

    La fête d'Halloween, c'était une fois pas an. Alors en définitive on pouvait décaler les limite, les repousser un peu et se permettre deux ou trois excentricités que l'on n'aurai pas imaginées en temps normal. Comme le fait de voir un pilote en robe. Oui, Natalia avait osé quitter son uniforme, et faisait le planton devant le buffet en robe de satin noir. Oui, "vade retro satanas" c'est ce que pourrai dire quelqu'un qui le connaitrait bien, et c'était ce qu'elle avait dit en se maquillant un peu plus tôt dans la soirée. Le flipp total, quand elle avait déballé la toge qui allait lui servir de robe. Une serpillère de luxe ? Il lui vint aussitôt l'idée de l'Impératrice Viveka en train de faire le ménage avec ladite robe de satin. Elle avait été rendue à mourir de rire toute seule un bon quart d'heure dans sa salle de bains, dans l'exiguïté de sa chambre au Basha. Sa sortie dudit endroit avec permission signée pour ce soir si exceptionnel ? Théâtrale, il fallait dire qu'en talons personne ne s'attendait à la voir. Maquillée non plus d'ailleurs. Elle savait ce qu'elle faisait, à moitié, en fait. Elle s'attendait bien sûr à voir du beau monde mais son père fêtait Halloween en famille, alors aucune raison de le voir débarquer. Tant mieux, tant mieux, se disait-elle. Elle pourrait zoner en paix. Et durant son trajet en taxi du Basha au Parc des Étoiles Rouges, qu'elle trouva à grand peine elle jura que le conducteur la regardait bizarrement.

    Pour trouver l'endroit de la fête, c'était simple : suffisait de trouver l'amoncèlement de déguisements, facile. Dans sa grande robe, c'était difficile d'esquisse le moindre mouvement. Et si des terroristes arrivaient, hein ? Cette toile de tente pourrait faire camouflage, hein ? Peut être, ou pas. Elle avait un peu la trouille d'être sans moyens de se défendre elle n'était pas là en tant que militaire pure et dure d'ailleurs les pilotes n'avaient pas à se charger de la sécurité de qui que ce soit, mais dans son sac il y avait ses papiers d'identité, en cas de pépin administratif elle pourrait sortir sa carte... Pourquoi qu'administratif ? Nah, en cas de pépin tout court, les escarpins à talons aiguille, ils agrandiront le dèrche de ceux qui fichent la merde, se rassurait-elle depuis une demi heure.

    Détaillons la chose, voulez-vous ? N'étant pas une beauté fatale, et ayant un visage doux bien que commun, Natalia s'était bien entendu maquillée pour l'occasion. Noir, noir, toujours noir, fallait marque le coup, c'était Halloween quoi ! Alors le contour de ses yeux était du même noir que sa robe. Ses lèvres étaient un habile agencement de produits, elle en avait bavé.. littéralement. De plus en plus foncées vers les bords, elles concordaient au reste. Noir, pas entièrement. Un collier en argent pendait à son cou, un forme étrange un tourbillon peut être, léger, qui allait de pair avec les boucles d'oreilles de même matière. Se cheveux blonds qui avaient tant juré avec sa parure aux premiers essaies ? Progrès de l'industrie capillaire pas chère oblige : ils étaient devenus gris, comme de l'argent là encore, détachés, bouclant légèrement, adieu lisseur,t'étais pas utile, chiale pas. Ses yeux bleus ? Aussi gris que de la nacre, elle était pour l'occasion une femme onirique, sorcière peut être ? Vampire, non, cela aurait été trop usité. Ange ou démon sans doute. Sa robe était bien simple, un col montant, en dentelle, ainsi qu'un peu en bas également. De longues manches évasées, le tout semblait d'un strict gothisme. Et c'était voulu. Pas de fantaisies, de jupes courses bouffantes, le plus soft possible.

    Regardant les allées et venues des gens, Natalia voulait avoir le plu calme possible. Elle avait bien sûr peut-être reconnu Trystan, lui qui n'était qu'un vague souvenir embué d'alcool. Mais son visage, rien que sa forme, lui faisait savoir qu'elle n'était pas totalement la malvenue ici. Mais...

    Stop. On met en pause, c'est quoi ÇA là bas ? L'empereur... Branle-bas de combat les enfants.

    Natalia le fixait, ouais, bah c'était bien le masque de l'Empereur, pas de doutes. Bordel il fichait quoi là ? En fait, ce n'était pas lui, mais Natalia ne le savait pas. Son cœur battait vite, très vite. Fixette enfantine, hein ? Bah oui mais merde, c'était comme ça, elle l'avait trouvé vraiment classe à la réception qu'il avait faite il y a.. dix... douze ans à peu près, quand elle était gamine. Depuis, Natalia ne pouvait entendre parler de sans sentir son cœur faire des loopings de parade dans sa poitrine. Empereur d'un monde, la classe, même si le monde, c'était l'Uros. Les sorties dans l'espace en Valhöll, c'était pour lui quoi, c'était lui qui commanditait ça, la Sayeh, c'était un peu... son épée quoi ! Nicholas, c'était beau comme nom en plus... Enfiiin, là n'était pas la question ! C'était un tyran. Enfin...

    Entre deux verres d'une boisson qui ressemblait à du sang -trop bien imité quoi- elle fixait ledit dirigeant. Elle n'allait pas l'approcher, elle aviserait. Attendons déjà de voir comment évoluerai la situation et si elle prenant la tangente en sa faveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/~tsukiyo2894
avatar

we're watching you
Phoebe Johansen

Messages : 80



MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Jeu 28 Oct - 0:33

Le bal masqué, tant attendu, tant apprécié. L’année dernière ce n’était pas la Préceptrice qui y était allée-se portant malade- mais c’était la dame de la nuit, indécente et sublime. Phoebe ne pouvait plus se risquer à cela, ne voulait plus. Il y avait tellement de raisons de croire qu’Alben pouvait lui pardonner, et tant d’autres qui lui certifiaient le contraire. La jeune femme avait compté, un à un les pours puis les contres et si les premiers avaient eu raison des seconds, devant sa future tenue, elle peinait à croire qu’elle allait vraiment le faire.

Son couturier avait apprécié la demande très précise et ne laissant place à sa propre imagination, alors que d’habitude elle se plaisait à lui donner les rênes toute entière, jamais déçue du résultat. Debout devant le déguisement caché derrière de la toile, Phoebe réfléchissait encore alors qu’elle s’était promis de ne plus réfléchir en arrière.

Ce soir c’était le soir du grand bal. L’unique soir où Phoebe pouvait s’habiller à sa convenance sans paraître hors norme, sans paraître hors étiquette. Une soirée inoubliable où même ceux de la Lux s’associent à toutes les loges sous le symbole de la décadence, cachés derrière un masque.

Le bruit du zip fit frissonner son dos, agitant l’hirondelle qui s’y nichait. Phoebe crut entendre son vol, bruissement d’air dans sa suite silencieuse. La jeune femme observa le costume et le trouva sans valeur, un peu déçue elle entreprit quand même de le mettre. Le miroir lui donna une image qui la rassura et lui plu. La jeune femme était jolie, elle restait dans les limites de la sphère dorée. Son haut en cuir sombre était certes court et légèrement provoquant, il n'était pas la pire chose qu'elle n'ait mise. Quant à son shirt caché sous une jupe-robe se finissant en lannières-lambeaux, il lui donnait confort et cachait suffisament pour ne pas être trop court tout en laissant, par bribes, selon les mouvements, entrevoir ses jambes jusque ses cuisses.

La maquilleuse qu’elle avait fait venir pour l’occasion, entra. La regardant avec une certaine crainte qui la fit frémir – elle n’était pourtant pas de la famille Impériale, elle s'approcha de Phoebe. La coiffeuse la suivit et pris sans plus tarder ses cheveux, commençant à jouer de ses doigts pour former la réplique d’une image. Elle releva ses cheveux, les soulevant en une crête de quelques centimètres au milieu de son crâne et retombant comme si de rien n’était tout autour d’elle. Lâches mais liés, ils étaient le maître mot de son esprit. mot de son esprit.

La maquilleuse avait perdue de sa crainte tandis qu’elle modelait le visage de Phoebe, puis le dos, puis les bras, les jambes et tout le reste de son corps exposé à la vue. Rajoutant de son pinceau des taches d’encres fines et enlaçant les remous de son corps elle faisait d’elle une véritable œuvre d’art. Cachée l’hirondelle derrière un dessin tribal était le moins qu’elle puisse faire pour se sentir encore protégée.

Redressant la tête, la bousculant comme Sang l’aurait fait, elle observa sa crinière s’agitant comme celle d’un cheval dans le miroir et se déclara prête. Phoebe arriverait à l’heure au rendez vous d’Alben.


*Je porterais le pire des costumes.*

La phrase remuait dans son esprit alors que Phoebe conduisait sa voiture. L’angoisse monta en elle brutalement alors qu’elle avait jusqu’à lors refuser de s’y soumettre.

*Je porterais le pire des costumes.*

La voiture changea de destination, son cœur se calma déjà. Il allait lui falloir Sang ce soir, même si ce n’était que pour entrer dans la lice. Il allait lui falloir Sang. Phoebe appela au manoir Impérial et la domestique décrocha.
Parler dans le vide à quelque chose d’apaisant.


-Fait préparer Sang, la vieille selle noire. Appelle un homme qui puisse le tenir ensuite. J’irais à cheval jusqu’au parc des étoiles rouges.

Trois phrases, pas de bonjour, pas de bonsoir, rien. Il n’y a besoin de rien. Phoebe gara sa voiture dans l’allée et aussitôt monta sur son cheval, prêt, qui l’attendait. Elle esquissa un signe de tête à la femme puis un sourire. Il était temps.

La selle était confortable, le petit galop qui l’amena jusqu’au parc un luxe que peu peuvent se permettre. Sang était sage ce soir, d’humeur volage mais calme. A chacun des virages, il changeai de pied, dansant avec grace et souplesse. La ville était là, Phoebe pénétra les rues, dériva dans les places, cherchant son chemin parfois. Il faisait presque nuit et tout était calme.

Et puis peu à peu il eut un homme, deux hommes, dix hommes, une foule. Des gens à crocs et à sang, s’enrobant de cape ou de masques hideux. Le parc était proche. Caressant son cheval, Phoebe entreprit de le calmer alors que la colère de sa monture prenait forme. Un hennissement, puis deux, le calme galop devins bataille et violence. Chaque foulée à son prix, et toute la jeune femme luttait contre la bête.


*Je porterais le pire des costumes.*

Le souffle du cheval s’accéléra mais le sien resta calme. L’entrée dans le parc des étoiles rouge ne se fit pas sans être remarqué. Qui n’aurais pas vu cette amazone au corps marquée de tatouage datant d’un autre âge, chevauchant une bête sombre à travers la foule ? L’œil calme, le regard lointain, Phoebe obligea son cheval au pas, jouant de ses doigts pour qu’il ne prenne pas le dessus sur elle, fermant son esprit pour garder le contrôle.
Phoebe arrêta son cheval et descendit, tendant les rênes à l’homme qui l’attendait.


- Prends soin de lui. Essaie de le ramener calmement au manoir.

L’homme s’en alla, lui souhaitant une bonne soirée en quelques mots rapides. Celui là n’était pas un imbécile, il ne mettait pas le pied à l’étrier. Le dernier avait pris Sang pour sa monture, il avait fallu ensuite courser le cheval pendant des heures avant de le rattraper.

*je porterais le pire des costumes.*
*je suis prête.*


A l’instant où elle pensa ses mots la jeune femme en fut absolument certaine. Il lui fallait retrouver Alben désormais. Cherchant dans la foule, elle observa plus loin un vide dans la foule. Il y avait l’empereur qui se tenait là, auprès d’un vampire et d’une sorcière.
L’empereur ? Non sans doute pas : sa démarche lui rappelait une toute autre personne.


*Je porterais le pire des costumes.*
*Te voilà Alben, je t’ai trouvé.*


S’avancer vers eux ne fut pas compliquer : Phoebe ne portait pas de talons mais des spartiates noires qui remontaient jusque le haut de ses mollets. Alben avait trouvé le costume imparable : elle ne pourrait pas lire sur son visage. Phoebe songea qu’elle aurait du prendre un masque elle aussi pour lui cacher ses émotions. Mais son déguisement allait lui donner du courage. Les amazones ne se laissent jamais en faiblesses enfantines, ou en douceurs malheureuses.

Jouant de sa crinière, elle entra dans leur cercle. Avançant comme l’aurait fait une véritable panthère, elle leur laissa le temps d’observer son déguisement avant de se rapprocher d’Alben et de se mettre à ses côtés. Qu’il se cache sous un masque, tant que le prince ne l’aura pas repoussée, elle ne donnera pas l’impression d’être mal à l’aise. Phoebe n’osa tout de même pas lui prendre le bras.
La jeune femme jeta un regard sombre du haut de ses yeux verts, qui pour une fois étaient très maquillés – noircis jusqu’à lui donner un regard pénétrant et sauvage- à Reese, lui signifiant ainsi qu’elle se souvenait de son baiser insolent.


-Bonsoir, mes princes.

Phoebe l'avait dit tout bas afin que nul ne sache qui ils étaient en dehors de leur cercle restreint. Le secret devait rester tant qu'ils le décideraient.
La jeune femme à côté de Reese attira son attention. Sans doute pour ne plus penser aux deux princes, elle se mit à la détailler. Se sachant soudain quelque peu impolie, la jeune femme esquissa un sourire.


-Je m'appelle Phoebe. J'espère qu'ils ne t'ont pas trop ennuyée ...

Reese semblait avoir à l'égard de cette jeune femme, une attitude charmeuse. La jeune femme pourtant se sentait légèrement flouée, comme si, juste devant elle, il se passait quelque chose qu'elle n'avait pas encore compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Melissa Zwölle
Mi wanna stamina daddy. Or naa ?
Messages : 87



MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Jeu 28 Oct - 12:57

Melissa manqua de sursauter. Sa voix... Elle l'aurait reconnu entre toutes. Un frisson la parcourut et elle cligna des yeux tout en observant son interlocuteur. Son déguisement la laissait perplexe. Sans doute parce qu'une tenue aussi classique ne s'accordait pas avec son extravagance habituelle. Qui se moquait de tout et refusait d'être discret, si ce n'était pas Reese ? Un sourire amusé flotta sur ses lèvres. La queue de cheval, était-elle vraiment nécessaire ? Ça ne lui allait pas du tout et vu sa taille, elle paraissait ridicule. Mais son sourire disparut un instant pour faire place à une moue songeuse. Rencontrer Reese ici lui paraissait étrange. À part se rendre dans les lieux de débauches, il ne lui avait pas semblé être de ceux qui se mêlaient à la foule... S'ils ne l'avaient pas créée. Et puis ne préférait-il pas les soirées plus... endiablées ? Ses yeux parcoururent son visage. Doucement, Mel tendit une main comme pour l'effleurer avant de se reprendre. Ils ne s'étaient pas vus depuis le cadeau, malheureusement elle n'avait pas oublié ses propos. Mais qu'avait-elle attendu ? C'était Reese. Comment avait-elle pu se laisser piéger par son imagination, par les battements de son coeur ? Ses lèvres se pincèrent alors qu'un grognement s'élevait. Croisant les bras, la jeune femme redressa le menton puis décocha un regard noir au jeune homme.

 - Quand tu dis éternellement difficile, tu sais de quoi tu parles hein... 

Son ton se voulait sec, cependant ses paroles l'avaient ébranlée. Les gestes qui suivirent ne manquèrent pas de l'achever. Depuis quand Reese savait-il être aussi adorable ? Non mais elle n'allait pas craquer. Il allait et venait dans sa vie comme bon lui semblait. Est-ce qu'il s'était soucié de sa réaction en entendant certaines choses ? Non ! Pensait-il à ses envies à elle ? Non ! Il avait décidé de leur soirée alors il fallait faire comme monsieur Reese Van Aalbrück le désirait. Sauf que Melissa se refusait de jouer la gentille fille docile. Elle s'apprêtait à lui répondre lorsqu'une voix s'éleva. Deux mots retinrent son attention ''fiancée'' et ''père''. Doucement, son visage se tourna. Elle manqua de disparaître derrière Reese en voyant le masque de Nicholas Van Aalbrück. Mais en regardant autour d'eux, quelque chose clochait. On laissait l'Empereur se promener sans service de sécurité autour ? Impossible, il devait y avoir des gardes planqués discrètement. Inquiète, la jeune femme attrapa l'une des mains de Reese. Elle la serra avant de la relâcher, réalisant que le jeune homme détestait les gestes, sources de possibles scandales. Ses yeux se baissèrent. Ils n'étaient pas ensemble. Alors fiancés... Ce n'était pas prêt d'arriver un jour ! Les querelles seraient en plus fréquentes entre eux. En attendant, la métisse n'en menait pas large. Toujours silencieuse, elle préférait attendre la réaction du deuxième prince.

Sauf que l'arrivée d'une femme l'étonna. Elle les avait rejoints avec un tel naturel que Melissa ne savait plus quoi penser. Cependant ses mots la rassurèrent. Princes... Ça signifiait donc que sous le masque se trouvait un autre prince... Quelle famille... Un soupir s'échappa de ses lèvres mais un air embarrassé flotta sur son visage sous le regard de l'inconnue. Mel savait que la politesse voulait qu'elle décline son identité en retour, pourtant une petite voix lui soufflait de ne pas le faire. Elle appartenait aux choses qu'un homme cachait dans sa vie, qu'il ne montrait à personne. À cause de la honte. Ou de sa lâcheté. Elle était qu'une fille de plus et souriant doucement à Phoebe, elle souffla.

 - Non... Non, ça va... Merci... 

La situation lui parut d'un coup amusante. Elle avait la sensation d'être une petite fille en face de la nourrice de deux garçons turbulents. Toutefois, cette impression disparut bien vite face à la réalité, celle de sa place.

 - Excusez-moi...  Elle leva la tête en direction de Reese.  Bonne soirée... 

Ce soir, elle n'avait pas envie de voir ou d'entendre son mépris. Avec son métier et sa loge, Mel se doutait que les sous-entendus ne manqueraient pas. Peut-être même les comparaisons. Elle savait ce dont il était capable et préférait garder un bon souvenir de cette fête. Au même moment, son iNomad vibrait contre sa cuisse. Avec précipitation, Melissa s'éloigna pour s'arrêter près d'une table. Elle jeta un rapide regard à une jeune femme aux cheveux gris, songeant qu'elle aimait beaucoup sa robe. Sa main droite se saisit d'un verre dont elle avala le contenu d'une traite. Ça allait déjà mieux. Maintenant le iNomad... S'il s'agissait d'un message de son chef, la soirée se finissait. Après avoir récupéré l'objet sans se soucier qu'une de ses jambes pouvait être vue de tous, la surprise la gagna. Elle ne s'attendait pas à recevoir un message de Trystan. Le contenu était pour le moins énigmatique d'ailleurs. Elle commença une réponse mais s'arrêta. Il était là, elle ne pouvait pas. Attrapant un autre verre, la jeune femme soupira.

 - Je le déteste... 

Pourtant son visage se tourna en direction du petit groupe... Ses yeux s'accrochant à la silhouette de Reese. Elle n'aimait pas ce sort qu'il lui avait jeté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Reese Van Aalbrück
charming BADboy
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Jeu 28 Oct - 21:10

Le sourire de Mel, bien qu’il soit un tantinet moqueur à son goût, fit plaisir au prince. Mais bien sur, ce fut de courte durée. Bientôt elle ne lui offrait qu’une moue, ce qui ne le dérangea finalement pas vraiment. Il adorait ses lèvres là et il songea même un instant à les caresser du bout des doigts. Songea seulement hein, elle lui aurait peut-être arraché le bras et même s’il aimait bien taquiner la jeune femme, il savait se montrer raisonnable. Il comptait bien survivre à cette nuit tout de même. Puis, elle croisa les bras en grognant et il laissa filtrer un petit rire, un sourire charmé aux lèvres découvrant ses canines.

« – J’essaie de ne plus parler sans réfléchir, en effet. »

Impossible de s’ennuyer avec Melissa, ça non. Dès la première fois qu’il lui avait adressé la parole, il l’avait su. Sa dépendance à son parfum ne lui venait toutefois pas de là, autrefois deux semaines en sont absence n’avaient rien à voir avec de la torture, mais maintenant c’était autre chose. Elle ne pouvait décidément pas non plus oublier à quel point ils étaient fait l’un pour l’autre, pour peu qu’il se tienne tranquille ou avale une pastille magique. Toutefois, il avait la prétention de croire que même sans tout ça, il saurait lui plaire. Il allait bien sur la taquiner à nouveau, la séduire même, après tout il comptait passer la soirée en sa compagnie, mais voilà qu’une voix étrangement familière s’élevait derrière lui. Fronçant les sourcils, parce qu’un prince dissimulant son identité est toujours méfiant, il tourna lentement la tête jusqu’à en pivoter un peu sur lui-même afin de voir qui s’adressait à lui. Son visage se vida alors de toute expression, non pas qu’avec son masque on puisse en voir grand-chose mais voilà.

Nicholas Van Aalbrück se tenait debout devant lui et, qu’il le veuille ou non, Reese était sous le choc. Qui oserait porter un costume d’aussi mauvais goût ? Ce ne pouvait être que le vrai non ? Il en douta la seconde d’après, son trouble s’envolant au contact de la main de la sorcière. La chaleur de sa main lui fit l’effet d’un petit choc et il fronça à nouveau les sourcils pour sourire et lever un poing, toquant sur la surface du masque. Il s’attendait à rencontrer du plastique, un métal à la limite mais jamais l’alliage en fer épais de son père. Il connaissait le contact lui, il avait tellement vu et toucher ce masque par le passé.

« – Hm, l’empereur ? Joli casque- »

Sauf que ce n’en était pas un faux, c’était le vrai. La texture lisse, la matière puissante et parfaite, voir impénétrable. Il reconnut immédiatement le casque et son teint pâlit aussitôt, la petite main quitta aussi la sienne et il tenta de la reprendre, happant l’air de ses doigts avec un sentiment frôlant la panique. Reese n’était plus qu’un amas de sentiment qui s’entrecroisait au rythme de son cœur, qui commençait à s’emballer tien. La crainte se mêlait à la panique de perdre Mel, la colère aussi se mêlait de la partie alors que sa frustration naissante se débattait avec son instinct de survie. Bon dieu, il avait fait exprès de venir après avoir annoncé à tous qu’il ne le ferait pas, il avait enfilé un costume inconnu des autres et malgré tout, il fallait que sa famille débarque. Mais non, Nicholas n’aurait jamais osé mettre le nez dehors sans bonne raison, halloween n’en était pas une bonne et même si le type en face de lui portait LE masque, ça ne pouvait pas être son père non ? Si ? Non !

« – Merde, t’es qui toi hei- »

Il n’eut pas le temps de terminer qu’une femme se joignait à eux. Quel bordel ! Reese n’eut bien sur pas la délicatesse de cacher son agacement et laissa tomber un grognement grognon. La cavalerie comptait débarquer avec tout le Basha aussi peut-être ? Non mais il ne fallait pas se gêner hein ! Sauf qu’il reconnut ce regard vert là, des yeux sauvage, à demi remplis de rancœur et de noblesse; Phoebe. Le second prince se calma aussitôt puis tourna les yeux en direction de l’empereur. Prince ? Alors c’était Alben à coup sur, jamais Phoebe ne ce serait glissée au côté d’un autre de ses frères avec autant de respect et de retenue. N’ayant visiblement pas encore suffisamment apprit de ses cours avec la préceptrice royale, il faut dire que le seul qu’ils avaient eu avait mal tourné, Reese marmonna un juron sans aucun remord.

« – Bordel… Alben, bien sur. Quelle joie... »

Tournant légèrement la tête en direction de la sorcière qui l’accompagnait, Reese attrapa la main de celle-ci pour la serrer dans la sienne. Il était hors de question qu’elle file où que ce soit sans lui ! Tant pis si son frère ainé et sa fiancée se trouvait en face de lui, il avait attendu cette soirée avec beaucoup trop d’impatience pour s’en passer. Ses yeux rouges fixaient d’ailleurs la jeune femme avec le même message à l’intérieur, elle n’irait nulle part mais bien sur, il fallait que sa chère et tendre y voit là un message tout autre ; dégage et n’en parlons plus. Pour une fois qu’il ne comptait pas dissimuler leur lien, elle lui imposait ce choix. C’était pourtant lui qui lui avait imposé par le passé ce choix de vie, cette obligation, un prince qui apprécie la compagnie d’une prostituée ça pouvait encore aller quand il n’était qu’un prince à ragot mais maintenant, ça n’allait pas du tout. Il soupira donc en entendant Melissa lui dire au revoir et bien qu’elle ait choisit des paroles neutre, Reese eut l’impression qu’elles les lui enfonçaient à coup de poignard dans le dos. Ou dans le cœur ? Il ne voulait pas savoir.

Il ne la quitta dès lors plus des yeux alors qu’elle s’éloignait, la tête trop basse pour être réellement satisfaite de ce retournement de situation. Il sentit ses sourcils se froncer d’eux-mêmes, s’il n’avait pas eu son masque il serait sans aucun doute mort de honte d’afficher une expression aussi pathétique. Sa bouche était maintenant sèche et apercevant sa compagne en cavale s’arrêter près d’une table, il parla d’un ton détaché sans jeter un regard à son frère et sa petite amie.

« – Vous vous trompez de personne, je ne suis pas prince. »

Il murmura quelques mots ressemblant à un ‘pas ce soir en tout cas’ ou encore ‘pas que ce soit important’ puis s’empressa de les quitter. Sa famille n’allait quand même pas le suivre plus loin non ? Alben était bizarre et sa copine aussi mais sérieusement, ils n’avaient pas que ça à faire de leur temps libre, que de l’embêter, le soir d’halloween non ? À moins qu’ils n’essaient de le rendre dingue, furieux ou encore, que Phoebe tente de se venger… Non non, elle n’était pas si mesquine ! Enfin il l’espérait. Mais c’était le dernier de ses soucis et ce, dès qu’il vit la jambe de Melissa exposée ainsi aux regards des autres. D’accord, elle était une pute professionnellement parlant mais ça ne signifiait pas qu’elle devait dévoiler son anatomie, même par petit bout, à tous et chacun en publique. C’était bête, surtout de la part du prince qui avait fêté ses 20 ans avec une orgie mais voilà, ça ne lui plaisait pas. Au moment où elle attacha ses yeux sur lui, il l’approchait déjà. Elle aurait eu beau fuir, il ne l’aurait pas laissé faire. Dès qu’elle fut à porter de main, Reese lui vola son iNomad, son masque dissimulant à peine son mécontentement alors qu’il lisait le message qu’elle consultait quelques secondes plus tôt.

Il était plutôt facile de deviner qu’il était de mauvais poil maintenant, ses sourcils formaient un V qui dépassait à peine de la banque de plastique moulante noir. Quant à ses yeux, le rouge passait de droite à gauche rapidement alors qu’il consultait le message, le lisant sans aucun remord. Ce n’était pas ses oignons peut-être ? La bonne blague ! Il allait se gêner ! Un autre grondement s’envola dans l’air, depuis le plus profond de son torse et il lança un regard dur, possessif cette fois, à la belle sorcière.

« – Murmurer un nom dans les ombres ? Quel bouffon. »

Il ne prit pas même la peine de sourire avec son petit air supérieur cette fois, non le prince était sérieusement agacé. Reniflant avec dédain, il pivota légèrement pour dissimuler l’écran à la jeune femme alors qu’il pianotait sur l’écran. Melissa aurait beau hurler, il ne comptait pas lui rendre son appareil avant d’en avoir terminé. Peu importe qui était ce spectre admirateur monomaniaque, il allait tirer les choses au clair. Il n’était pas question qu’un type, peu importe qui c’était et ce qu’il voulait d’ailleurs, ‘garde l’œil’ sur sa copine. Parce que d’un coup bien entendu, elle était à lui. Après tout, ce n’est pas parce qu’il ne l’avait pas encore annoncé clairement à la demoiselle que c’en était moins vrai ! Elle était sienne tout comme il était sien, qu’importe ce qu’il devait faire avec les filles qu’il refourguait à Ewald et ce qu’elle faisait avec ses clients. Ils se valaient non ? En qualité de personne, il croyait que si, à titre publique, non bien entendu. Mais il comptait régler ce problème un de ses jours. Terminant son message, il rendit son téléphone à sa compagne, sa bouche ne formant qu’un pli dur, le monsieur était mécontent.

« – Voilà qui est réglé. Le premier spectre qui nous approche, il se prend mon poing sur la gueule, j’espère que c’est clair ? »

Ça avait l’intérêt à l’être parce que lui, il ne blaguait pas et ses yeux scannèrent un instant les environs en quête du fameux justicier masqué. Qu’il ramène sa gueule le petit comique et il allait avoir à faire avec lui. Cela dit, le problème était réglé pour lui et il s’approcha un peu plus de Melissa, posant un coude suivit de son bras sur la table pour baisser le visage près d’elle alors que sa main se posait contre l’un des avants bras de la charmante demoiselle. La colère venait de s’évanouir et il redevenait l’homme en quête d’attention de sa belle, allant même jusqu’à ignorer que pas très loin d’eux, Alben et Phoebe guettaient. Qu’ils aillent au diable ! Il réglerait cet autre problème une autre fois, pour le moment le bout de son index caressait la joue de la métisse.

« – Ne t’enfuis plus comme ça d’accord ? … Quand j’ai dis que je voulais passer la soirée avec toi, je le pensais vraiment… Tu m’as manqué Mel... »

Un petit sourire étira ses lèvres, presque hésitant et un iota suppliant. C’était la première fois qu’il craignait qu’une femme ne le repousse et franchement, il n’avait aucune envie que la première soit celle-là. Mel était celle qui comptait le plus, ça aurait été vraiment injuste et ce n’est pas parce qu’il avait été un goujat, et qu’il l’était accessoirement encore de temps à autre, qu’il méritait ce genre de traitement non ? Il approcha son visage jusqu’à presque effleurer son nez du sien et plissa doucement les yeux derrière son masque pour l’observer. Elle lui en voulait ? Il espérait que non et murmura quelques paroles, ultime prière pour obtenir l’absolution.

« – Laisse moi me racheter, j’ai besoin de toi Mel. Je suis sérieux… Je n’arrive pas à te sortir de ma tête et puis, tu le sens toi aussi non ? Tu as autant besoin de moi. »

Elle n'eut bien sûr pas le temps de répondre qu'il plaquait un baiser brûlant sur ses lèvres entrouvertes. Peut-être qu'elle avait besoin d'un rappel ? De se remémorer à quel point l'attraction était puissante entre eux, combien elle le désirait, combien il lui avait manqué aussi. Parce que ça, il en était convaincu; elle avait tout autant songé à lui. Il n'eut donc aucun remord à l'embrasser comme s'il s'agissait du dernier baiser qu'il aurait de son entière existence. Qu'elle le morde, le griffe, ça ne changerait rien à la situation. Pas à la sienne en tout cas, il était perdu non ? Il avait bien peur que si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Trystan Brosca
Nss Rrenagate
Messages : 104



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Jeu 28 Oct - 23:46

A lui donner le choix, il aurait préféré de loin être de patrouille avec la brigade mobile dans les rues du downtown qu’a rester ici une minute de plus. L’endroit était plein à craquer de gens qui s’amusaient. Des groupes d’amis avec des bouteilles, des couples ici et là profitant de leurs soirées en amoureux parmi les monstres, des enfants qui s’amusent à se faire peur. Trystan se sentait l’âme d’une cinquième roue de carrosse…Voir d’un rabat joie quand on savait qu’il allait devoir sermonner les ivrognes, mettre un terme aux bagarres qui éclaterait et…

‘‘Ici Contrôle. Pour ceux qui veulent rire, on a deux boulets qui ont joués les fugueurs sans escorte. Le palais demande ‘gentiment’ au NSS d’ouvrir l’œil même si ce n’est pas leur rôle de protéger la famille impériale…Z’auriez du voir la tronche du commandant de la garde. Je la mettrais sur le réseaux interne tiens.’’

…C’était quoi cette soirée pourrie ?

[Bizz]

Le temps d’ouvrir l’Inomad, le message lui retourna l’estomac. Il y avait des jours comme ça où l’on se sentait l’incarnation de la loi de Murphy. Léger soupire…Envie de prendre la tangente et d’aller vider le bar. Bien sûr, il ne pourrait pas. Aucune envie de terminer alcoolo à moins de trente ans et encore moins après. Se réfugier dans l’alcool n’avait jamais aidé à résoudre les problèmes. Par contre une pause clope était toujours possible. Ca ne lui remonterait pas le moral d’une nuit solitaire où l’on se sentait malchanceux et mal aimé…

…Attend…

…En sortant le paquet de cigarette, le sourcil de l’agent se haussa. Ne me contacte plus…C’était pas logique. Trystan avait promit de lui dénicher certaines informations. Des informations qui l’intéressaient au plus haut plan…C’était carrément louche. Il se doutait que ce n’était pas elle qui avait envoyé ce message. Mais qui et pourquoi ? Encore un client trop jaloux ? Elle l’aurait laissé manipuler son téléphone ? Il regarda en direction de l’autre côté de la fête en se demandant s’il devait pas faire demi tour histoire de lui mettre la trempe de sa vie.

Mais si Cherry bossait…Cela allait lui attirer des ennuis avec son patron. D’un autre côté, elle n’était pas en sucre non plus et si elle avait vraiment besoin d’aide, elle savait ce qu’elle pouvait compter sur lui contre vent et marée. Le blondin rumina sous son masque, sa mâchoire s’agitait et ce n’était pas l’envie qui lui manquait d’aller se défouler sur l’idiot qui se croyait tout permit. Il imagina sans difficulté un fils à papa de la lux qui comptait éternellement sur le nom de son père pour se protéger des ennuis. Dommage que ce ne soit pas ce genre de détail qui irait l’arrêter. Il ne tenait pas plus que cela a son job et il avait assez de ressource pour aller voir la concurrence s’il fallait en arriver là. Enfin a moins d’agresser un prince, il doutait d’arriver à ces extrémités…Mais bon ca ne serait pas pour lui déplaire de coller une balle dans l’un de ces idiots qui se baladait sans escorte…

Nouveau soupire.

Le voilà qui devenait aigri maintenant. Décidément, cette soirée avait du mal à passer. Il secoua le paquet pour sortir une cigarette quand il vit qu’il avait du faire quelque chose de franchement horrible dans une vie antérieur pour être affligé d’un Karma aussi pourrit. Un gamin semblait seul, perdu et proche des larmes…Ca sentait la mission de prestige…A se demander pourquoi l’aspirine n’était pas une dotation standard des services de sécurité dans ce genre d’évènement. Il attendit encore un peu et quand il fut certain qu’il était bien seul, Trystan commença à se rapprocher en lui montrant sa plaque du NSS.

‘‘Ca va aller petit. Tu as perdu ta maman ?’’

Le petit ne décrocha pas un mot. Trystan eut peur de comprendre…

‘‘Ta maman t’a dit de pas parler aux inconnus hein ?’’

Le petit hocha la tête, laissant l’agent anti terroriste soupirer. On dit qu’on laisse s’échapper un morceau de bonheur à chaque fois qu’on soupire. Au point où il en était, Trystan se disait qu’il ne serait peut être plus jamais heureux de sa vie au train où allait cette soirée. Pour une fois qu’il tombait sur des parents responsables. Sûr que cela n’allait pas l’aider dans sa mission. Mais il ne fallait pas sous estimer les moyens du NSS et ces milliers de caméra ! Il décrocha son Inomad pour faire une photo du petit et faire une demande de recherche.

‘‘On va aller au poste de sécurité. Mes collègues vont trouver ta maman et tu va passer une bonne soirée’’

A croire aussi que qu’il n’avait aucune compétence pour rassurer un gamin de 8 ans. Et on allait encore dire que la formation du NSS laissait vraiment à désirer. Il se frotta l’arrière du crâne, oubliant qu’il avait toujours sa capuche. Ah oui ! Le masque ! Pas étonnant qu’il est la frousse ce gamin. Il ôta son masque, otant ses lentilles pour l’occasion, s’essuyant le visage d’un revers de la manche. Il avait beaucoup plus de l’humain désormais même s’il devait pas ressembler a grand-chose en vérité.

Le gamin en revanche avait toujours l’air aussi dubitatif. Le blondin baissa la tête.

‘‘Ok…Le poste de sécurité et je t’offre une confiserie.’’

Le gamin regarda de côté.

‘‘Ok… Une confiserie et un jouet…De toute manière c’est les impôts de ta mère qui finance.’’

Un nouveau masque, un paquet de bonbon, un bracelet fluoresçant plus tard, le gamin était sur les épaules, commentant allégrement la fête au point que Trystan regrettait le temps où il ne décrochait pas un mot…Et où il n’était pas prit pour un cheval vu qu’il lui avait prit deux poignées de cheveux en guise de rênes. Bien obligé de remettre son masque pour éviter de perdre le peu de crédibilité qu’il avait encore, il se dirigeait tant bien que mal vers le centre de la fête pour rejoindre le pc mobile du NSS. Avec la foule, c’était de plus en plus difficile de circuler.

A quelques pas du final, une voix se fit entendre dans son oreillette. Jess…

‘‘Bon, on sèche un peu pour le gamin. On décide de sortir le grand jeu.’’

Les hauts parleurs de la place commencèrent à crachoter puis la voix du second du NSS commença à vibrer alors que sur un écran géant, une photo de Trystan entrain de se changer dans les vestiaires du NSS était affichée.

:Le petit Trystan est attendu à l’accueil par son tuteur ! Le petit Trystan fait un bon mètre quatre-vingt, il est blond, il n’a jamais l’air content et il est tout triste ! Si vous le voyez, faite lui un gros câlin d’halloween et ramenez le au poste de...Hey…Hey…Non Trystan c’était une blague ! Je plaisantais ! Non tu va pas faire ça ??? Lache cette chaise ! Je suis désolé ! Eh merde planquez vous [bruit divers et varié suivit de cri de détresse puis un long silence]]

Trystan se frottait douloureusement les phalanges avant de prendre le dossier de recherche et d’envoyer un message sur le nomad de la mère pour lui dire de récupérer son gamin. Il sortit en enjambant les pauvres types qui avaient voulut lui faire cette petite blague sans conséquence et ressortit en écrasant les cheveux du gamin au passage. Il ne fit que quelques pas en dehors pour aller prendre une bière et mettre au rencart quand une bande de mec commença a mimer des calins en passant devant lui.

L’agent du NSS sentit la grosse veine sur son front battre dangereusement. Il balança sa bière pour passer à un alcool plus fort qu’il vida d’un trait avant de s’assoir et griller une cigarette…Quelle soirée pourrie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Lester Mansfield

Messages : 25



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Ven 29 Oct - 0:45

La bêtise frappe les individus avec une perfidie finement manœuvrée. Un sentiment éternel de mal aise et de honte l’envahissait à chaque fois que des situations aussi absurdes que celle-là, cela se produisaient. En parfait idiot, les remords narguaient inlassablement sa conscience, histoire, qu’il cherche à tout pris à s’enterrer et échapper aux regards particulièrement indiscrets allant à son encontre. Et quoi de mieux que les morts ressurgissant de leur cercueil pour inspirer la fête d’Halloween ? Accompagnant joyeusement et en cœur, les esprits frappeurs, les personnages légendaires de cette mythique occasion de s’effrayer entre proches. Cet événement revenait de beaucoup trop loin, -quelle belle époque révolue- pour qu’il puisse en savourer les quelques souvenirs flous remontant imperceptiblement à la surface. La seule et unique conclusion que le pilote du Basha estima juste pour critiquer l’ensemble des festivités, fut que les adultes ne savaient vraiment plus quoi inventer pour se distraire au point que leur triste imagination, démontre la maigreur de leur originalité en récurant des thèmes archaïques.

Ce n’était pas le fait que Lester détestait s’amuser en bonne compagnie, cependant, tout rompait brutalement avec sa routine ennuyeuse qu’il s’en trouvait à présent perturbé, pas à sa place parmi les fêtards. Ce cher oncle qui l’avait poussé à participer à l’événement, comptait ardemment sur la présence de son neveu favori, dans l’espoir de lui arranger une liaison avec une personne du sexe opposée. Sérieusement, quand ce vieux fouineur ne laissait pas trainer son nez dans les affaires d’autrui, voilà qu’il s’ennuyait ferme. A estimer son attitude comme de l’acharnement, au point d’inciter le jeune homme à fréquenter maintes lieux propices à élucider des belles rencontres, et peut être dénicher la perle rare. Seulement sa bonne volonté et ses actions se voulant fructueuses perdaient en crédibilité devant l’attitude désinvolte de la cible accablée par autant de dévouement provenant de son cher ainé. Lester ? Un seul mot pour le décrire : Irrécupérable. Mais Blaise gardait espoir. Entre ces deux là, difficile d’estimer lequel pouvait se voir décerner le caractère le plus têtu de la famille.

Aujourd’hui, l’heure des représailles avait sonnée. Alors que son mécène, discutait avec quelques organisateurs de la fête dans le parc d’Arkmeen, lui le pilote du Basha, abordait une posture accablée sur sa chaise entourée de tables fraichement décorées, où les spectateurs pouvaient admirer le travail minutieux et la complexité de la décoration dans l’unique but de rendre cette délicieuse soirée, inoubliable. La moue boudeuse du brun laissait entendre qu’il n’avait pas échappé à la demande oppressante et aux manigances de « son complice ». Bien entendu pour rendre le jeu encore plus amusant voir distrayant ce dernier avait cédé, à l’envie irrésistible de déguiser notre grand timide. A ce stade, alors que tout débutait dans une atmosphère détendue et rieuse, la pauvre victime s’était vue affubler d’un déguisement cherchant querelle à toute forme d’esthétisme recherché. Ridicule, le seul mot qui franchit le seuil de sa bouche quand outré, il avait enfilé cette immondice. Porter plainte contre le styliste de ce costume repoussant aurait très bien pu lui traverser l’esprit, crier à la machination en supplément, mais au moins, d’une certaine manière, il ne s’imaginait pas détenir la tenue la plus ostentatoire de la soirée. Pour l’instant tout ce qu’il obtiendrait de la conséquence de ses actes serait l’amusement des plus jeunes, en leur décrochant des sourires moqueurs devant son attitude désespérée. Lui qui aimait tant passer inaperçu, honnêtement, le résultat équivalait à un craquage monumentale. En attendant que son oncle ne se précipite sur les boissons et finisse par l’occulter totalement, le militaire devrait endurer ce supplice. Ce n’était qu’une question de temps avant de pouvoir s’éclipser hors de cette cohue qui s’agrandissait rapidement.

Son regard se posa sur l’objet coupable de son ridicule. Une tête cherchant à imiter -à priori- celle d’un loup-garou ou bien d’un ours ou autre animal se voulant effrayant. Quoi que, ours avec une assemblée de gamins autour, c’était risqué ( les pedobears sont nos amis /VLAN/…). Peut être que ce costume de mascotte, bon à jeter au beau milieu d’une fête foraine, -une petite photo en souvenir ?- cherchait à être plus convainquant au vue de son réalisme pour le moins déroutant. D’un côté, il se sentait plus alourdit par cette tenue couverte de poils synthétiques qui lui donnait l’impression, lorsqu’il marchait de peser vingt kilos supplémentaires. Les idées saugrenues de son oncle ne vaincraient pas le courage (*tousse*) de Lester. Mais rester enfermé dans une salle de bain ne l’avait pas particulièrement enchanté et céder à la demande, lui arracha des complaintes sourdes et douloureuses. Mâchonnant son mécontentement, le solitaire réussit à s’extraire de sa chaise pour se mêler aux autres créatures fantastiques d’Halloween. Cela en gardant la tête monstrueuse sous son bras et en aucun cas sur sa tête.

L’animation battait son plein et Lester qui ne voyait aucun trace de son partenaire, se décida à mettre les voiles. Une voix provenant des haut-parleurs l’interpella. Le contenu du message lui décrocha un sourire amusé et il continua à se glisser entre les personnes qui s’étaient arrêtées pour écouter le charivari surgit des enceintes. Ainsi quelques membres du Basha se voyaient décerner l’honneur de surveiller l’événement ? Difficile de les reconnaitre à vue d’œil. Cela n’intéressait pas vraiment le loup-garou qui espérait à ce propos ne pas croiser un ou deux collègues, qui tenterait accidentellement de provoquer sa pétrification éternelle dans ce parc. L’animal sur ses deux grandes jambes, passa à côté d’un petit rassemblement qui paraissait épier impunément, un individu pour le moins insolite. Et pour cause, cela incita Lester à s’arrêter à son tour pour reconnaitre très furtivement, le détenteur d'un tel déguisement, imprimant sur ses traits une expression de stupeur. Quoi ?! Pincez le, il rêve ! L’empereur de l’Uros ici ?! La bonne blague. A une minute prêt, il y croyait réellement, mais la réalité le rattrapa plus vite que ses pensées volatiles. A proximité, Blaise campait en compagnie de deux jolies jeunes femmes déguisées en momie. Mince de mince, il devait fuir, derechef ! Baissant la tête, il se faufila en hâte prêt du buffet, à la limite, essayant de ramper sur le sol tellement son corps se courbait pour devenir invisible aux yeux de son bourreau.

Malheureusement la chance ne sourit pas toujours aux innocents…
Un gamin plus malin que les autres venait d’attraper la queue remuante à l’arrière de son costume. Lester ne s’y attendant pas le moins du monde, s’entremêla les jambes et démarra une chute sensationnelle. Afin de se rattraper, il agrippa la première chose qui lui tomba sous la main. On entendit, la complainte latente d’un tissu déchiré par sa deuxième main gauche. Lorsqu’il releva les yeux, le personnage maladroit croisa le regard d’une jeune femme aux yeux gris…
Profondément gêné, il ne réussit pas à articuler le moindre mots concrets, sa bouche laissa passer l’air comme à son habitude, tandis qu’une rouge pourpre s’accroissait brutalement au niveau de ses joues. Le pire dans tout ça, c’est que le gamin venait de lui dérober sa tête, en s’éclipsant comme un voleur expérimenté. Le pilote avait l’air fin maintenant. La seule pensée qui le traversa fut de se dire que probablement même en économisant sur une quarantaine d’années, il serait incapable de rembourser une robe d’une personne de la Lux.

(Narrateur : Ce fut une joie de te connaitre Lester. Adieu !)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Alben Van Aalbrück

Messages : 78



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Sam 6 Nov - 23:02

La soirée était vraiment de mauvais goût. Quelle idée de se déguiser en monstres. Il n'y avait strictement aucun intérêt mais bon, il fallait bien que le peuple s'amuse. Alben s'amuserait sans doute plus devant un piano ou avec un bon livre. Mais il avait tenu à venir se morfondre dans la foule, histoire de voir comment aller son peuple, de voir quelles étaient leurs attentes. Si Nicholas avait en sainte horreur ces gens, le jeune homme au contraire éprouvait de l'intérêt. Il se sentait un peu comme redevant envers eux et à la fois, il se sentait supérieur à eux, non pas dans le sens mégalo-maniaque mais plus dans le sens paternaliste. C'était son peuple, c'était lui qui le dirigerait un jour, lui qui gérera et améliora leur quotidien.
Alben avait mené durant ces quelques minutes parmi la foule une brève et simpliste analyse sociologique. Le peuple avait besoin de s'amuser. Il avait besoin de divertissements pour se changer les idées. Un peuple heureux est un peuple confiant, productif et soudé. L'Empereur ne programmait guère de festivités (hormis au sein de la Lux) et c'était sans doute cela qui aurait pu contrebalancer son régime totalitaire. Tant pis pour lui et tant mieux pour Alben.

Le prince se délecta de la surprise de Reese. Ce sombre idiot. Enfin... pas autant qu'il n'y paraissait. Mais sa connerie était malheureusement bien supérieure à son intelligence. Il savait être brillant, mais seulement tous les dix ans. Il était accompagné d'une... hum... prostituée ? Une de plus en somme. Et ce soir, s'ils se droguaient et s'amuseraient à divers amusements peu recommandables, c'était encore le grand frère qui allait recoller les pots cassés.
- La joie de me voir illumine ton visage. Tu imagines bien, je suis tout sourire sous ce splendide masque.

Il s'en alla, bougon. Alben était à présent seul avec Phoebe.

- Viens, il faut qu'on parle.

Il enleva son masque pour laisser place... à une autre masque. Plus simple cette fois-ci, juste un noir qui lui cachait les yeux. Ses cheveux étaient lâchés et ébouriffés par le casque de l'Empereur.

- J'ai réfléchi à notre dernier rendez-vous qui, tu l'as sans doute remarqué, s'est plutôt fini de manière très agréable. Je t'ai évité depuis, parce que je n'avais pas envie de te parler. Non pas que je faisais la gueule mais que je ne savais pas comment je réagirais. Ce soir, je sais comment je vais réagir. Du moins, je ne le sais qu'à moitié, tout dépendra de ce que tu vas me répondre.

De sa poche, il sortit une bague en or blanc, surmontée d'un diamant discret et rayonnant.

- Bon, j'espère que tu vas répondre oui parce que ça va me foutre le cafard sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Phoebe Johansen

Messages : 80



MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Lun 8 Nov - 1:44

Le voile qui passa devant les yeux de Melissa n’échappa pas à l’examen de Phoebe, le silence quant à son nom non plus. Au moins la jeune métisse n’avait pas donné un faux nom comme Phoebe l’aurait sans doute fait. La jeune femme ne resta d’ailleurs que quelques secondes avant de s’enfuir. Ce qui fut plus étonnant c’était le comportement de Reese, il appréciait visiblement et sans se cacher la jeune femme. Phoebe ne lui avait jamais vu un regard aussi convaincant envers la métisse. Sans doute avait-il appris à mieux mentir …

« – Vous vous trompez de personne, je ne suis pas prince. »

La jeune femme ne pouvait plus lui en vouloir autant qu’elle le souhaitait. Cette phrase était sans ironie, il n’y avait que .l’horrible vérité : Phoebe en avait vu des gens qui auraient rêvé d’être prince, elle en avait vu des doux rêveurs, des assoiffés de caprices ; mais pour les princes il n’y a que peu de jours où ils ne rêvent pas d’être un simple inconnu d’une quelconque loge. Phoebe resta muette, un peu paralysée par la présence d’Alben à ses côtés. Ses yeux verts suivirent Reese, s’étonnèrent de le voir rejoindre la femme. Elle n’eut le temps de l’observer d’avantage, le monstre qui lui servait d’ami l’amena plus loin d’un ‘il faut qu’on parle’ qui la glaça soudain.

-D'accord, si tu veux... Tu es sûr que c'est l'endroit approprié?

Certes elle était habillée en amazone et lui en en empereur et personne ne risquait de les reconnaître, mais elle ne savait pas ce qu'il allait lui dire et qu'elle allait être sa réaction. Phoebe se savait parfois imprévisible et si monter Sang lui avait redonné retenue et force, elle se sentait néamoins en danger. S'il y avait bien un chose que la femme n'aimait pas donner en public, c'était bien son coeur en patûre.

Impossible de lire dans les yeux du jeune homme encore caché par le second masque noir qui laissait son visage et ses cheveux très pâles. Alors qu’il commença à parler, elle laissa ses yeux dériver au loin. Il l'avait éloigné de l'agitation et maintenant elle redoutait d'entendre ce qu'il avait à lui dire.


- J'ai réfléchi à notre dernier rendez-vous qui, tu l'as sans doute remarqué, s'est plutôt fini de manière très agréable.
Les souvenirs de ces derniers jours revinrent à son esprit, en détail, sans pitié. Devant leur invasion la jeune femme resta sans souffle quelques secondes.
Je t'ai évité depuis, parce que je n'avais pas envie de te parler.
Ah, que répondre à cela, sans doute rien. Qu’est-ce qu’Alben était en train de lui dire au juste ? Rompait-il leur amitié ? Il était étonnant de l’entendre lui dire au revoir sans pouvoir rien faire, en tentant en vain de se dégager de lui et de son influence sur elle. Pour peu la jeune femme échangerait sa place avec la chose ressemblant vaguement à un loup garou qui venait de tomber sur une femme. La compassion est un puissant remède contre le malaise, la rougeur qui embrasa ses joues ne devait pas égaliser l’écarlate que devais cacher le masque du jeune homme.
Non pas que je faisais la gueule mais que je ne savais pas comment je réagirais.
Phoebe ne savait pas non plus comment il réagirait. Elle avait attendu, patienté. La jeune femme avait tenté de rester calme, elle avait fait la petite dame parfaite engloutie par son quotidien.
Ce soir, je sais comment je vais réagir. Du moins, je ne le sais qu'à moitié, tout dépendra de ce que tu vas me répondre.
En une fraction de seconde Phoebe fut là de nouveau, rassurée soudain, un peu effrayé par les réactions possibles du prince. Elle était prête à tout, tout accepter, tout subir, accepter toutes les négociations possibles. Elle ne comptait pas le perdre et ferait tout pour le lui montrer.
La jeune femme le regarda sortir une bague dans une incompréhension totale.


- Bon, j'espère que tu vas répondre oui parce que ça va me foutre le cafard sinon.
Oui ? Pourquoi oui ? Une lucidité vive la transperça comme une lame : il la demandait en mariage. Elle ouvrit la bouche de surprise, tentant vaguement de respirer. Son visage reflétait son étonnement et son incompréhension : quelque secondes auparavant elle était persuadée qu’il allait lui dire adieu. Le soulagement balaya son visage, suivi du doute, de la peur et enfin d’un calme étonnant. Elle avait imaginé ce moment des milliers de fois. Tout d’abord quand elle était petite, elle s’imaginait toujours dans le manoir Impérial habillé d’une longue robe de princesse, puis ensuite dans un joli restaurant ou même simplement après une soirée agréable. Oui la jeune femme y avait songé de nombreuses fois, puis, peu à peu, le temps avait effacé son imagination de petite fille.

Ainsi c’était le jour d’aujourd’hui et elle ne serait pas en robe mais en guerrière violente et sans pitié. Ce ne serait pas après une soirée sympathique mais après la pire soirée qu’ils aient vécu. Alben ne jouerait pas de son ironie mordante ou de son humour affectueux mais se mettrait à genoux de la pire manière qu’il soit. A la façon qu’à l’homme fort d’ouvrir les rideaux de son âme et de son cœur pour laisser à l’autre le droit de regard. Sans ironie pour se cacher, sans mascarade, sans faux semblant, sans le théâtre d’une demande qui serait pour l’heure bien ridicule.

Après la surprise, Phoebe ferma enfin sa bouche et s’approcha d’Alben. Rassurée jusque dans les extrêmes limites qu’avait pu prendre son doute, elle prit la bague et la mit à son doigt, celle-ci était parfaitement ajustée. L’amazone releva sa main pour mieux la voir, bougeant le bout de ses doigts pour faire briller le bijou avant de l’approcher du visage d’Alben.


-Elle est sublime.


Sa voix était gorgée d’une émotion qui n’avait rien à voir avec le plaisir d’obtenir un objet de valeur. Le compliment lui-même n’était pas à la somme qu’il avait du dépenser, il revenait au choix. Et à son choix à elle. Elle le choisissait lui, il était sublime. A Alben qui avait laissé un morceau de lui sur son doigt, un cœur discret et rayonnant, une lumière que seuls les matins d’hiver possèdent et qui nous laisse toujours souriant et comblé.

Les lèvres de Phoebe se posèrent sur celles d’Alben, d’abord chastement puis prises de fougue. Sur les orteils, la jeune femme se laissait reposer sur Alben, usant de ses bras pour se retenir contre lui. Quand le baiser pris fin, elle posa sa tête contre sa clavicule. Pour la première fois, Phoebe se laissa aller à un relâchement complet sans la moindre retenue.

La bague n’avait pas d’importance, les fiançailles renouvelées non plus, non, rien n’avait d’importance. Phoebe se sentait bien, une sensation qui lui venait rarement en Phoebe de jour. Elle n'était dû qu'à cette affirmation sûre et certaine, qu'à ette sabilité sur laquelle elle s'appuyait désormais. Maintenant c’était dit, elle lui appartenait.

Bien sûr il restait des points obscurs, certaines choses que la jeune femme devait apprendre à dire, à lui dire. Mais il avait choisi d'accepter ses petites imperfections, d'accepter ce qu'elle cachaient aussi. Phoebe n'était pas très douée pour se confier, elel aurait du mal sans doute et certaine choses resteraient dans l'ombre encore. Mais à cet instant précis, elle se promit de s'engager dans la voix étrange et effrayante des confidences.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Melissa Zwölle
Mi wanna stamina daddy. Or naa ?
Messages : 87



MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Mer 10 Nov - 0:33

Un soupir agacé lui échappa alors que Reese s'empara de son iNomad. Depuis quand lisait-il ses messages ? Depuis quand se mêlait-il de sa vie ? La raison de son comportement lui échappait. Ils avaient beau avoir développer une certaine proximité, Melissa savait parfaitement que ça restait physique. Elle ne s'était jamais bercée d'illusion, enfin si un peu, mais jamais au point de rêver qu'une relation se développe entre eux. Il était Prince et se fiancerait sûrement avec une magnifique jeune femme de la Lux. Fin de l'histoire. L'heure de jouer arriverait. Ses yeux bleu en observeraient une autre. Et alors qu'elle le fixait se moquant de la colère, son coeur se serra. Sam avait-il eu raison en se montrant hostile à son égard ? L'écouter les auraient-ils sauver ? Comme si Reese se perdait... Ce fut son ton qui le lui rappela. Pour qu'il se prenait ? Tendant la main, la jeune femme se retint de le griffer pour récupérer son bien. Il agissait en sale gamin possessif. Mais son monde ne tournait pas autour de lui. Encore moins quand le brun avait pas réclamé sa présence. Ses mains se posèrent sur ses hanches. Ses yeux l'observèrent avec insistance et mépris. Ses sentiments n'étaient nullement dissimulés.

  - Et tu t'y connais en matière de bouffon, monsieur-toutes-les-femmes-que-j'embrasse-sont-les-mêmes, n'est-ce pas ? Et puis tu te crois tellement parfait que ça te donne le droit d'insulter les autres ?  

Melissa ne supportait pas ce genre d'attitude. Trystan avait été gentil avec elle, on ne pouvait pas en dire de même avec Reese. Elle espérait que son comportement enfantin lui passerait vite mais en le voyant se mettre à écrire un message, Mel écarquilla les yeux. Qu'il ne soit pas content, c'était une chose. Qu'il se mette à détruire tout ce qui ne lui plaisait pas, en était une autre. Tirant sur le bras du jeune homme pour le reprendre, la sorcière fulminait. Pourvu qu'il n'ait rien écrit, qu'il se soit contenté d'inspecter. Pourvu qu'elle se soit trompée. Lorsque le brun lui rendit l'appareil, Melissa s'empressa de consulter les messages envoyés. Son expression se figea à la lecture du dernier. Trystan allait lui en vouloir à coup sur. Tout ça à cause de l'autre vampire stupide. Son visage se relevant vers Reese, elle le fixa ne sachant plus quoi penser. Pourquoi jouait-il autant ce rôle prévenant ? Pourquoi n'avait-il pas son vrai visage ? Ils savaient tous deux, ce qu'il pensait, non ? Qu'ils étaient dépareillés. Mais lorsqu'il se pencha, elle se sentit faiblir. Cette tendresse était toute nouvelle. Ce Reese-là lui semblait inconnu, étranger. Un frisson anima sa peau sous sa caresse. Cette sensation de faiblesse lui déplaisait. Son besoin de lui tenir tête disparaissait pour laisser place à la douceur.

Ne plus s'enfuir ? Facile à dire. Il n'avait jamais connu de problèmes de statut. Elle baissa les yeux aux mots suivants. Etait-il sincère ? Une part de son coeur l'espérait, alors que l'autre lui criait de ne pas accepter le piège. Les belles paroles n'étaient pas toujours suivies de gestes allant dans le même sens. Son regard glissa sur ses lèvres. Son coeur se mit à cogner contre sa poitrine. Pourtant la soirée n'avait rien de romantique. Comme toutes les autres, d'ailleurs. Il y avait eu les orgies ou encore la période où Sam était en vie. Ou encore lorsqu'il l'avait caché dans une voiture en souhaitant que personne ne remarque sa présence. Sa haine reprit le dessus petit à petit. Elle voulait lui rendre sa monnaie de sa pièce, le voir se tourmenter. Entendre qu'elle lui avait manqué n'était pas suffisant. Ses traits se durcirent. Aucune réponse au geste tendre. Bien décidée à ne pas céder, Melissa ne cilla pas. Besoin d'elle hein ? Quand avait-il appelé ? Pas une seule fois ! Ils ne s'étaient pas vus, une seule fois, depuis son anniversaire. Mais passer du temps avec les filles pour Ewald, ça, il savait faire. Serrant les dents, Melissa cherchait à appuyer là où il aurait mal. Elle n'était pas un animal. Il n'y avait pas que l'attraction physique qui l'animait. Apparemment Reese n'avait pas intégré ce fait.

Même le baiser, qui en temps normal aurait fait son effet, la laissa de marbre. Cependant l'opportunité était belle et sans attendre, elle repoussa doucement le prince pour et le mordit à la lèvre inférieure pour ne s'arrêter qu'en sentant le goût du sang dans sa bouche. Une sensation déplaisante la secoua. Ses deux mains se posèrent sur le torse du jeune homme comme pour maintenir avec soin la distance alors que sa tête se baissa.

  - Je n'ai pas besoin d'un homme qui passe son temps à me rendre folle ou d'une lâcheté sans borne. Je sais très bien ce qui arrivera plus tard alors arrête de... Arrête ça...  

À quoi se servait hein ? À se faire un peu plus de mal ? À se briser davantage ? Ses doigts s'agrippèrent au tissu. Elle était perdue, oscillait entre le désir de le pousser dans la foule et celui de lui dire de rester. Rien était simple comme d'habitude. Son nez se fronça sous le mécontentement éprouvé. Mais une annonce résonna et Melissa redressa la tête. Trystan ? Elle devait commencer par aller le voir, présenter ses excuses, arranger la situation. Ou plutôt Reese allait le faire.

  - Tu veux te racheter ? Alors soit... Tu vas commencer par réparer tes bêtises...  

Il voyait ce qu'elle voulait dire par là, n'est-ce pas ? Un sourire presque cruel se dessina sur ses lèvres. Elle croisa les bras et le toisa du regard. Reese avait voulu faire malin, lui montrer qu'il tenait à elle. Alors soit. Ses yeux se plantèrent dans les siens. La provocation arrivait à grand pas même si y céder ne lui convenait pas. Ils feraient la paix plus tard. En attendant, Melissa avait bien l'intention de rappeler au prince qu'être prostituée ne signifiait pas être une fille facile. Juste une piqûre de rappel au cas où.

- Tu veux que je te tienne la main peut-être ?  

Peste ? Elle ? Mais non, jamais. Ce n'était qu'un test. Celui qui lui permettrait d'envisager la tournure de la soirée. Certes, elle demandait quelque chose d'humiliant, du moins Mel songea que Reese voyait la situation ainsi, mais il était incognito ici. Ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Reese Van Aalbrück
charming BADboy
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Jeu 11 Nov - 20:48

Une morsure, voilà une chose à laquelle Reese ne c’était pas réellement attendue de la part de la belle Melissa, d’autant plus que c’était lui le vampire ce soir non ? Bon bien sur, il n’avait pas eu la prétention de croire que ses beaux sentiments suffiraient à la convaincre de lui pardonner mais l’idée lui avait quand même effleuré l’esprit. Son petit cours privé avec Phoebe n’avait-il pas porté sur le sentiment qu’il tentait de faire naître chez la sorcière ? Elle devait se sentir la femme la plus importante au monde, ce qui n’était pas gagné visiblement. La lèvre en sang, il regarda la métisse qui le repoussait et se lécha simplement la lèvre pour se nettoyer.

« – Arrêter quoi ? C’est toi qui vient de me mordre je te rappel. »

Un petit sourire aux lèvres, il redressa les mains en signe de paix alors que toutes les émotions de la jeune femme passaient sur son visage. Elle lui en voulait, ça au moins c’était clair mais qu’y pouvait-il ? Mel savait déjà la vérité et il n’était pas prêt à lui mentir, pas à elle. Leur histoire n’aurait jamais du débuter, c’était la pure vérité, ils n’étaient tout simplement pas du même monde. Ça ils le savaient tous les deux mais bien sur, c’est lui qui recevait tous les reproches. Tout ça parce que c’était lui qui avait le meilleur rôle dans leur situation respective, ce qui était assez injuste à son avis oui. Il n’avait pas demandé à être prince, ni à être riche ou beau, il était ce qu’il était point. Elle aimait tout de même le résultat alors pourquoi devait-elle le considéré comme fautif hein ? Il soupira lentement et nullement démonté par l’attitude de sa compagne, suivit la ligne délicate de son nez du bout de son index. Il ne connaissait qu’un moyen de détendre une femme en colère mais étonnement, cette fois il pensait réellement les paroles qui quittèrent ses lèvres alors qu’une annonce était faite sur les écrans du parc.

« – Tsk, ce petit nez froncé est adorable tu sais. »

Sauf que l’annonce captivait l’attention de Mel et qu’il accepta, à contre cœur cela dit, de redresser la tête. La photo ne lui fit redresser qu’un sourcil, le NSS avait du temps à perdre ce soir semblait-il. Son attention revint donc aussitôt à la sorcière qui se tenait devant lui, elle non plus n’adressant pas plus de trois secondes de son attention à l’image, avant de ne la lui rendre. Il ne pouvait pas nier, Reese était satisfait que la belle métisse ne ressente pas l’envie de mater un autre type, ce que les femmes autour d’eux ne se gênaient visiblement pas à faire. Et ils osent raconter que les mecs sont des pervers ? C’est ça oui. Bientôt pourtant, le prince déchantait. Melissa lui tendait une perche, ce que Reese considérait comme un peu tardif mais miraculeux, sauf qu’elle ne comptait pas l’aider réellement, bah voyons. Les femmes sont souvent plus cruelle qu’on ne le croit et même les princes, aussi beaux et charmants soient-ils, n’y échappent pas.

Ce fut à son tour de retrousser le nez sous sa proposition. Reese Van Aalbrück se racheter ? Réparer ses bêtises ? Bon dieu, elle n’était pas réellement sérieuse hein ?! Visiblement oui et de mauvais poil en plus. Il n’était pas même certain de se rappeler s’être sérieusement excusé à quelqu’un, en dehors de Phoebe il y avait deux jours et en fait ça ne comptait pas réellement puisqu’il l’avait fait en y mettant un petit effort. Merde oui ! Bien entendu, ce n’était pas suffisant et elle devait sourire avec ce petit air dominant qu’il aurait aimé détester mais qu’il trouva encore une fois, terriblement sexy. Maudite soit les femmes ! Il ne souriait plus du tout à ce stade mais chercha tout de même à le retrouver, avec un effort non dissimulé. Sa voix se fit plus douce, plus caressante alors qu’il tentait de contourner l’offre empoisonné. Il était un Van Aalbrück après tout !

« – Tu n’es pas sérieu- »

Eh si, la sorcière se fichait bien de ce qu’il pensait de son petit plan et elle attaquait déjà à nouveau, coupant court à sa petite question. Elle était bel et bien sérieuse, il fallait qu’il répare ses bêtises et bien sur, elle ne pouvait parler que du message qu’il avait envoyé, sans une once de regret, à un pauvre type. Grognant en signe de mauvaise foi, il lui reprit avec agacement son iNomad, pour ne pas dire qu’il manqua de le lui arracher des mains.

« – Tu n’es qu’une sale peste Melissa Zwölle. »

Marmonnant quelque chose, il se remit à taper sur le téléphone de la jeune femme, ses doigts bombardant le clavier avec colère. Une voix dans sa tête lui répétait en boucle qu’il n’était qu’un idiot, il ne devait rien à une pute et encore moins la chance de l’humilier mais une autre lui rappelait que s’il comptait sincèrement passer la soirée avec la belle, il fallait s’abaisser à ce niveau. Il pourrait pleurer son orgueil blessé plus tard, pour le moment il devait faire ce qu’elle réclamait mais les deux voix s’entendaient sur une chose ; ce serait la seule chose humiliante qu’il accepterait de faire. Après ça, si Melissa n’était pas satisfaite ce serait son problème, il n’avait pas besoin d’une femme s’amusant à le piétiner. Le message fut donc envoyé au fameux ‘spectre’ et à nouveau de mauvais poil, ne le dissimulant qu’à moitié, Reese rendit son appareil à la jeune femme pour qu’elle inspecte son message alors qu’il serrait les dents. Il gronda.

« – Mademoiselle est satisfaite ? »

Son expression était un ne peut plus clair; elle avait tout intérêt à l’être. Son orgueil saignait en ce moment et il se demandait s’il y survivrait. Il repoussait toutefois toujours l’évidence que cette blessure avait mis à jour; il c’était attaché à la belle sorcière, beaucoup plus qu’il n’était prêt à se l’avouer. Pas ce soir du moins et pourtant, il c’était sentit prêt à se l’avouer plus tôt, il en était presque certain. Bah, elle était la seule coupable et il était maintenant hors de question qu’il se montre aussi prévenant que convenu. Il redressa donc le menton, la mâchoire crispée et observa la foule autour d’eux avant de ne parler avec un meilleur contrôle de ses émotions, qui vibrait pourtant toujours dans des teintes de rouge.

« – Maintenant que tu t’es bien vengée, il est possible que tu apprécie ma compagnie ou bien tu préfère continuer à jouer ce petit jeu ? »

Il se posait sérieusement la question en ce moment. D’accord, il n’avait pas rappelé Melissa mais vu comment leur dernière rencontre c’était déroulé, comment la femme avait filée sans le laisser lui expliquer quoi que ce soit et sa façon d’interpréter ce qu’il avait dit aux médias sans prendre en compte l’intégralité de l’entrevu cité, il avait eu toutes les raisons de le faire non ? Il aurait appelé et puis quoi ? Elle aurait raccrochée sans lui laisser une chance ou encore, aurait demandée la protection d’Ewald. Reese n’avait aucune envie de devenir un homme aussi pathétique, c’était au dessus de ses forces. Courir derrière une femme, il pouvait encore le faire mais se battre pour ne recevoir qu’un minimum d’intérêt, ça non. Il avait une fierté en béton mais devant Melissa, le béton avait peur de n’être que de la porcelaine.

« – Bah, je m’en fiche. Je suis là pour rester chérie alors même si tu n’as aucune envie de faire un effort, ne compte pas sur moi pour te laisser filer ce soir. »

Il lui offrit un minuscule sourire et sa main happa l’une de ses siennes pour l’attirer plus loin dans la foule. À son anniversaire, elle avait trouvé le moyen de s’enfuir mais ce soir il s’assurerait que non. Tant pis si il lui faisait mal en lui broyant la main, Melissa récoltait ce qu’elle avait semé. Sur la piste de danse, il ne s'arrêtât pas et brusqua même quelques danseurs, puis en ressortant de la dite piste ce fut un jeune homme avec une tête de loup tout près qu'il bouscula. Sans un mot d'excuse, il continua son chemin en direction de la sortie du parc. Il avait bien reconnut l'armure de son père pas très loin, sous les arbres et ce fut une raison de plus pour accélérer le pas. Ce ne fut qu'une fois à l'entrée du parc que Reese arrêta sa course folle pour tirer Melissa plus près, un bras s'enroulant tout naturellement autour de sa taille. Il fit signe à un taxi, le chauffeur approchant aussitôt puis se tourna vers sa compagne.

« – Puisque tu fais la fine bouche devant les autres, nous rentrons. Nous verrons si une fois en intimité, tu trouveras encore de quoi redire à ma personne. »

Cette fois, son sourire fut plus convainquant, un tantinet espiègle mais bel et bien moqueur. Le prince avait reprit le dessus, il se sentait fort, puissant et il comprenait pourquoi son père aimait tant cette sensation. Le vampire se baissa et baisa le coin des lèvres de sa sorcière avant de ne la faire avancer et de la forcer à entrer dans le taxi. Son corps la suivit et bientôt la voiture démarrait, abandonnant la fête dans leurs dos. La destination fut donné dès que l'homme retira son masque pour sourire au chauffeur, détachant le haut de ses cheveux. Le manoir impérial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Melissa Zwölle
Mi wanna stamina daddy. Or naa ?
Messages : 87



MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    Lun 22 Nov - 21:17

Oui, elle était une peste. Oh, il pouvait bien râler, l'entendre prononcer cette phrase avait quelque chose d'admirablement jouissif. C'était la victoire de la petite fille sur le mauvais garçon dans la cour d'école. Elle avait gagné. Il avait perdu. Ce n'était que partie remise évidemment mais Melissa éprouvait une certaine fierté à faire plier Reese. La vengeance arriverait, toutefois ce n'était pas le peine d'y penser maintenant. Ses mains se posèrent sur ses hanches. Un air triomphant flottait sur son visage. Qu'il répète sa phrase. Encore une fois. Elle l'écoutait avec délectation. Cependant le vampire d'un soir semblait absorbé par l'écriture de son message. Une petite moue se dessina sur les lèvres de la jeune femme. S'inquiétant sans plus de l'état de l'égo du jeune homme, la sorcière vérifia ce qui avait été écrit en espérant que ça clarifie la situation auprès de Trystan. Quelques mots l'étonnèrent mais c'était déjà mieux. Beaucoup plus clair. Sauf... que... depuis quand était-il son petit ami ? Son iNomad manqua de lui glisser des mains. Si Reese se moquait, ce n'était vraiment pas drôle. Mais son coeur s'emballa à la possibilité que ce soit vrai. Répondant par un hochement de tête, la métisse rangea l'appareil sous sa robe et redressa le visage. La magie d'un instant s'était évanoui. Ses yeux se plissèrent. Quelle malédiction l'avait frappé pour qu'elle le trouve attirant ? Ses yeux bleu ? Son côté intrépide ? Sur de lui ? Peu important la raison, au fond, elle montrerait juste son masochisme.

 - Hm, c'est... possible... 

Sa voix traina comme pour agacer son interlocuteur. Elle aurait bien voulu jouer mais elle n'était pas certaine d'être psychologiquement prête pour une guerre des nerfs avec le prince. Les entrainements par-ci par-là ne servaient pas tellement ou pas assez. Dans la vie, il fallait se contenter de plaisirs simples et savourer ces moments de victoire. Pas pousser la chance pour finir écrasée. Sage, presque trop, elle attendait le verdict de Reese. C'était important de ne pas l'interrompre, de le laisser avoir le dernier mot. Il aurait la sensation d'occuper sa place de mâle, d'homme fort et tout le monde serait content. La psychologie 'Reesienne' était au fond très simple. Et se gardant bien de sourire à cette pensée, Melissa planta ses yeux dans les siens avant de fondre lamentablement devant son expression. Sa main serra doucement la sienne comme pour lui dire de ne pas la lâcher. Ce soir, elle ne fuirait pas. Elle resterait avec lui jusqu'à l'aube, jusqu'à ce qu'il lui dise de partir. Son corps blotti contre le sien, la jeune femme se surprit à oublier ce qui les entourait. Les gens. Les voix. Plus rien existait. Ils étaient juste tous les deux. Tous les sentiments lui revenaient à l'esprit. La peur, la haine, la folie, l'amour. Elle se revoyait avec cette envie de l'étrangler à l'Astrid. Elle se revoyait à l'attendre presque avec désespoir le jour de la mort de Sam. Elle se revoyait trembler à son anniversaire. Et virer le prince de sa vie lui paraissait impensable. Qu'allait-elle devenir ? Cependant, Mel n'eut guère l'occasion de s'interroger davantage. Le brun la tirait en-dehors de la piste. Que se passait-il ?

Silencieuse, Melissa le suivait. Ses yeux fixaient sa petite queue de cheval. Elle avait du mal à s'y faire. Cette coupe de cheveux quitta son esprit quand il passa son bras autour de sa taille. Timidement, la jeune femme appuya son visage contre son épaule. Ses paupières se baissèrent. Sa tête se frotta doucement. La sorcière reprenait son petit côté animal mignon. Malheureusement le brun parla. Relevant la tête, elle fronça le nez sous son air moqueur. Sa main droite se posa sur la sienne. Sans hésiter, ses doigts pincèrent la peau. Il fallait vraiment qu'elle surveille cet excès de confiance. Mais ça pouvait attendre encore un peu. Tournant la tête pour lui voler un baiser, Melissa sentait l'excitation montée. Être avec lui, se blottir dans ses bras. Son corps s'engouffra dans le véhicule et, à l'intérieur, elle frotta son nez contre la joue de Reese. Elle aurait pu demander leur destination. Ce qu'il avait prévu. Mais dans l'habitacle feutré, Melissa voulait juste profiter de leur intimité. De ce moment si fragile où personne ne pouvait les déranger. De ce moment où ils ne se tiraient pas dans les pattes. Son souffle venait chatouiller le cou de l'homme. Ses cheveux caressaient son menton. Un sourire presque tendre se dessina sur ses lèvres. La fête était loin derrière eux. Elle avait pris la forme d'un lointain souvenir duquel deux petits mots subsistaient. Deux mots chers à son coeur. Deux mots que le prince ne dirait peut-être même plus. Elle passait enfin la soirée avec un seul homme. Ce n'était pas le meilleur, pas le pire. Juste son petit ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


we're watching you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: C'est l'heure de trembler...    

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est l'heure de trembler...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIENVENUE À BORD :: WELCOME TO ARKMEEN :: Le parc des étoiles rouges-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit