Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

we're watching you
Hanna Ritter
PSYCHO GIRL
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Mer 24 Nov - 18:36

« Celle qui dormait éveillée. »

    Quand Hanna Ritter s’endormait, c’était comme si on changeait de session, il y avait un moment d’absence, où l’esprit se reposait, puis ce dernier arrivait dans un autre système, toujours dans le même corps, mais avec des informations différentes bien que certaines aient été liées.
    Ainsi, le support Mlle Ritter contenait deux sessions, la session Hanna et la session Némésis. L’une fonctionnait de jour, l’autre de nuit. Cependant, elles n’étaient pas sur un pied d’égalité, car, dans tout ordinateur, il y avait une session administrateur et dans ce cas ci, c’était la session Némésis qui tenait le rôle de Big Brother, elle avait donc accès à toutes les données de l’autre session sans que celle-ci ne soit au courant.
    La nuit était fort avancée lorsque Némésis enfourcha une moto, accompagnée d’un homme de main –on était jamais trop prudent quand on trainait dans des affaires douteuses- armé d’une arme de poing discrète et maniable. Deux individus lui ouvrirent le portail d’entrée du repaire, le moteur vrombit et Némésis et son accompagnateur partirent à travers les décombres. Il fallait faire preuve de sang froid dans la zone, car on entendait régulièrement des bruits divers et variés par ci par là, mais ils n’étaient dus, en général, qu’à des petits animaux errants à la recherche de nourriture ou intrigués par le bruit moteur.
    C’était Hanna qui conduisait, elle seule connaissait le chemin pour le moment. Ils étaient en route pour le Downtown, afin de se faire une place parmi les trafiquants de l’Uros et de s’informer sur la concurrence. Il y a peu de temps, elle avait déjà entendu parler d’un réseau de dealeurs de drogue connu sous le doux sobriquet de « Zion », qui vendait quelque chose de technologique, mais d’après ce qu’elle avait entendu, ce n’était pas la drogue du Xion.
    A mesure que l’engin progressait vers le Downtown, les odeurs se faisaient plus nombreuses, plus diversifiées, et on sentait une légère brise, arrière-goût d’un des géants générateurs à vent de l’Uros. Puis, comme disait si bien quelqu’un, la lumière fut. Quelques lampadaires éclairaient timidement des ruelles où il n’était pas bon de circuler à des heures tardives. C’était comme un trou à araignée, si on s’en approchait, on risquait de se faire « dévorer ».
    La moto finie par s’arrêter à côté d’un night club peu recommandable, c’était le genre de lieu que fréquentait Némésis, là où on faisait du business sans trop de soucis. Hanna accrocha sa moto avec un système sophistiquée, c’était une habituée des lieux mal fréquentés et elle ne se faisait pas d’illusions sur la durée de stationnement d’un engin.
    Elle était habillée d’un pantalon de cuir noir surmonté de longues bottes blanches et vêtue d’un petit haut de la même couleur couvrant seulement la poitrine et ornée d’un large collier noir lui ceinturant la gorge en partie cachée par ses cheveux laissés en bataille. Il allait sans dire qu’elle n’avait pas peur d’attirer les regards.
    Elle poussait le battant de la porte ainsi parée. L’intérieur était tout juste un peu plus lumineux que l’extérieur, cependant il y régnait une atmosphère bien plus festive et joyeuse. L’homme de main, que Némésis nommait S1P1 –ce qui voulait dire Soldat n°1 de la 1ère Promotion, car Némésis avait décidé qu’ils ne devaient pas s’appeler par leur prénom, pour pouvoir mieux manipuler Hanna–, suivi les instructions que lui avait donné sa chef durant l’après-midi, c’est-à-dire qu’il s’attabla au bar de façon à pouvoir surveiller ce qui se passait autour d’elle.
    Quant à Hanna, elle marcha d’un air badin jusqu’à une table entourée de banquettes vides et commanda un verre d’alcool fort qu’elle buvait calmement en attendant que quelqu’un se décida à se lancer. Son but n’était pas de donner l’impression qu’elle cherchait à soutirer des informations, mais plutôt de faire comme si elle s’intéressait à l’individu qui se présenterait à elle. La banquette était située dos au bar dans un coin plus calme du Rêves –c’était là le nom du night club- et donc moins peuplé, afin d’attirer l’attention, mais cela ne l'empêchait pas d'observer ce qu'il se passait dans le Rêves.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Trystan Brosca
Nss Rrenagate
Messages : 104



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Lun 29 Nov - 2:54

Ce n’était pas une grande nouvelle…Trystan faisait partit de ce groupe restreint au Nss et plus particulièrement au sein de l’AT qui disposaient d’un jeu d’identité leur permettant de s’introduire dans les milieux les plus défavorisés. Ils avaient toutes latitudes pour les utiliser et Trystan lui en avait conservé une ou deux qu’il ne voulait pas voir être grillé suite à une opération. Il les utilisait régulièrement pour conclure quelques arrangements, conservant sa couverture tout en récupérant des informations au passage. Ce soir, il était ce marchand d’objets exotiques en tout genre. Cela consistait à faire la plupart du temps de faire de la contrebande venant du Xion ou du Constantine. Pas simple tout les jours mais les clients étaient heureusement conscient de la rareté de ses produits ainsi que de leurs prix exorbitants…Venant allimenter plusieurs caisses noires au passage : Sayeh, Nss, Basha et quelques politiques…

Un minimum quand on savait que ces objets provenaient des cargaisons saisit chez de véritables contrebandiers et destinés normalement à être incinéré. Pourquoi le détruire quand on peut en tirer un petit bénéfice qui servirait la communauté ? La traque des rebelles pouvaient être à ce prix et Trystan n’y voyait aucun mal tant qu’il retirait des informations intéressantes.

En sortant de la voiture, il réajusta ses vêtements : Ensemble noir, chemise de la même couleur sortit de son pantalon lui donnant un air nonchalant, cravate blanche mal desserrée sur son col légèrement ouvert, barbe de trois jours. Il pénétra dans le rêve suivit d’un autre agent censé jouer son garde du corps, tenant une petite mallette. Ils entrèrent ensemble dans le rêve sous des avalanches de musique assourdissantes et de lumières colorées. Il fit signe au barman qui lui indiqua d’un signe deux hommes à la mine patibulaire. Ils se jaugèrent un instant avant d’ouvrir la marche vers les étages supérieurs du rêves et surtout les salons VIP. En montant les marches, il remarqua l’espace d’un instant une jeune femme à l’allure peu commune. Il resta un moment à la regarder, plissant des yeux…Cherchant à sonder son âme avant qu’un geste de son pseudo garde du corps ne le ramène a la réalité.

Son instinct l’avait titillé mais peut être c’était il fait des idées ? Il haussa des épaules montant les marches à la suite des deux gorilles. Ils entrèrent tous ensemble dans la pièce vide…Trystan se laissa tomber sur l’une des banquettes avec un air ravi. Il jouait sans peine les types arrogants et un peu faible d’esprit…Cela mettait toujours en confiance quand on paraissait incapable de contrôler ses instincts. Il posa ses pieds sur la table basse et se fendit d’un large sourire.

‘‘ Détendez vous. Même si on venait à se flinguer on peut le faire avec un sourire aux lèvres. Décoincez-vous et commandez un truc. C’est la maison qui régale.’’

Pour toute réponse, l’un des gorilles composa un numéro sur son inomad pendant que Trystan allumait une cigarette. Son collègue resta stoïquement devant la porte, mallette à la main. Dans une volute de fumée, il s’empara de l’appareil dont une voix masculine ne tarda pas à se faire entendre.

‘‘Monsieur Caem je suppose ? Je regrette de ne pas avoir entendu parler de vous plus tôt.
Les gens comme moi n’aiment pas beaucoup la publicité…Cela dit, cela ne gêne en rien notre partenariat que j’espère mutuellement profitable. Est-ce que votre balade dans les entrepôts vous plait Monsieur Nevarian ?
Oh je suis parfaitement enchanté par votre prestation. Vos hommes font preuve d’un professionnalisme rare. Vous ne savez pas combien c’est rafraichissant de travailler avec des gens comme vous.’’

Trystan laissa s’échapper un léger rire. Les hommes faisant partit du Basha, triés sur le volet pour participer à ce genre d’opération non conventionnelle.

‘‘ La flatterie ne vous obtiendra pas un rabais sur nos produits. Cependant, maintenant que nous sommes plus intime vous et moi, j’aimerais que nous discutions de la transaction.
Bien sûr…J’avoue que votre demande est tout à fait étrange...Peu de personne agisse comme vous le faite.
Comprenez que mon affaire tourne grâce à tout un réseau...D’amis…Je suis toujours à l’affut d’une personne capable de m’aider ou d’informations. C’est ainsi qu’on raisonne avec un coup d’avance. Dans un métier comme le mien, c’est une chose importante…Et les informations sont une source de revenue comme une autre.
Je comprends parfaitement. Vous aurez rapidement votre information mais pour le moment veuillez agréer mes sincères salutations. J’espère que nous referons rapidement affaire.’’

La communication se termina et Trystan rendit l’appareil. Le garde le regarda un moment recevant la confirmation. L’agent de l’AT fit un signe a son collègue qui déposa la mallette sur la table basse qui s’ouvrit sur un petit écran portable qui s’alluma sur des données financières. Le garde entra quelques codes et la transaction s’afficha. Une longue file de zéro qui iraient bientôt alimenter des sociétés écrans pour être présentement blanchit. Dès que tout fut confirmé, les gorilles quittèrent la pièce sans un adieu.

Trystan soupira et fit signe a son collègue qu’il pouvait se retirer lui aussi. Ce genre d’exercice au-delà de l’éthique lui laissait parfois ce sentiment d’inachevé. On ne changeait pas les hommes, on pouvait tout juste catalyser leurs désirs. C’était une autre manière de faire les choses, plus pragmatique…Il soupira, se renfonçant dans sa banquette. Il regarda en contre bas, faisant signe au barman de lui faire monter quelque chose. Il plongea son regard dans la salle en contre bas…Faire des affaires ici lui permettait de voir venir les choses…C’était appréciable.

Son regard croisa une nouvelle fois celui de la jeune femme qu’il avait vu tout à l’heure. Il aspira sur sa cigarette, la toisant du regard, se demandant ce qu’elle avait de plus pour attirer ainsi son attention…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Hanna Ritter
PSYCHO GIRL
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Lun 29 Nov - 23:26

    Il se passait souvent des choses louches au Rêves et cette nuit là n’échappait pas à la règle. Un homme vêtu élégamment de noir était entré dans le night-club accompagné de ce qui semblait être un garde du corps. C’était le genre d’individu à faire partie de la tête de file d’un réseau, le type de gros poisson que tout pêcheur devait à tout prix pêcher s’il avait un minimum d’amour propre. Némésis était une pêcheuse. Elle analysa rapidement l’individu. Cravate mal desserrée, chemise sortie du pantalon, barbe qui semblait dater de quelques jours, escorté par une seule personne. C’était donc quelqu’un qui avait l’habitude de faire affaire, il avait très certainement du métier et savait ce qu’il faisait. D’ailleurs, elle ne tarda pas à voir qu’il avait un rendez-vous organisé. Le barman semblait connaitre l’individu, car il signala à l’homme vêtu de noir, deux hommes de main peu commodes à l’air sinistre. Une fois le groupe rassemblé, ils se jaugèrent comme pour savoir lequel aurait une chance de voler l’autre, avant de se diriger vers les parties privées du Rêves. Manifestement, ces hommes n’étaient pas n’importe qui. Némésis tenait une piste. Elle prit rapidement, et aussi discrètement que possible, quelques photos du groupe avec son PDA, afin d’avoir des traces de ces hommes au cas où il partirait par une porte dérobée. A priori, Némésis n’était pas passé totalement inaperçu, car elle croisa les yeux de l’homme vêtu de noir de le temps d’une fraction d’une seconde. Par réflexe, elle avait dévié son regard vers le bar et plus précisément vers son garde du corps, à qui elle fit signe de consulter son PDA. S1P1 avait reçu le message bref suivant : « Je vais tenter une approche de l’homme à la cravate blanche visible sur la photo, je te ferai signe le moment venu. Réseau influent. Reste sur tes gardes, hostiles potentiels dans la salle. La discrétion est de mise. »

    Le groupe d’individu s’était dirigé vers une pièce qui donnait une grande vue sur le rez-de-chaussée du night-club, ce qui rendait une approche discrète difficile. Il valait mieux aller s’informer conventionnellement plutôt que d’essayer un voyeurisme hasardeux. C’est pourquoi Némésis se leva et se dirigea d’un air désinvolte vers le bar où elle s’assit face au barman qui était complice du réseau.


    « Salut mon beau, depuis tout à l’heure je te regarde et je me suis dis que tu pourrais m’informer sur quelque chose. Je compte sur toi pour me répondre précisément, j’aime pas la fioriture. Les mecs dans ton genre, ça me fait monter au rideau, tu sais. Elle illustra ses paroles par un clin d’œil aguicheur.
    - Et bien ma jolie, dis toujours, on pourra voir comment s’arranger ensuite. Tu veux que je te serve à boire ?
    - Si tu sais parler et servir en même temps, vas-y. Donnes moi ta spécialité maison, sans somnifère, je suis bien plus efficace quand je suis réveillée.
    - Hum, d’accord, tiens, tu règles avec ton PDA ? »

    En signe de réponse, Némésis sortie son PDA, le tapota avec désinvolture, puis le rangea. Pendant ce temps, le serveur hocha la tête et la servit tandis qu’elle lui posa sa question.

    « Je voulais donc te demander une petite chose. Tu sais, le mec à qui t’as fais signe de monter tout à l’heure, tu pourrais me dire qui c’était? Ce serait vraiment très charmant de ta part.
    - Qui ? L’homme qui était avec la cravate blanche ? Connais pas, désolé miss.
    - Mon petit doigt me dit qu’il aurait pu convaincre ma main de t’astiquer le robinet si tu ne venais pas de me mentir. Je vois dans tes yeux que tu mens de façon peu convaincante, tu as peur que le père noël vienne te tuer ? Je peux t’assurer que la mère noël est bien plus féroce et bien moins pudique.
    - Qu’est-ce que tu lui veux ?
    - Puisque c’est si gentiment demandé… J’aimerais que tu me dises comment il s’appelle et dans quoi il traine.
    - J’sais pas grand-chose sur lui, juste qu’il se fait surnommer Caem et qu’il vient souvent ici pour voir des gars. J’traine pas dans leurs magouilles, non pas que j’ai peur de ce qui pourrait m’arriver hein, j’suis pas une mauviette. Juste qu’à ta place j’me frotterais pas à lui, c’est pas quelqu’un de recommandable. »

    Suite à ce discours, Némésis se pencha et l’embrassa langoureusement, laissant des traces noires sur les lèvres de l’homme, marques de son noir à lèvres . Le barman paraissait quelque peu désorienté par le geste inattendu.

    « C’est gentil de te soucier de ma santé, mais tu es certain que tu n’en sais pas un tout p’tit peu plus ? Genre pourquoi il voit des hommes de main…
    - Heu, bah, heu… vraiment pas désolé, je devais juste leur signaler où trouver les deux types louches.
    - Hum, dommage… Puisque c’est ça, ton robinet devra attendre.
    - Ah, ils ont fini. »

    En effet, quand Némésis se retourna, elle vit les deux gorilles descendre les escaliers. Elle les reprit rapidement en photo afin d’avoir des images plus claires des visages, puis elle attendit la suite. Le garde du corps descendit très peu de temps après, mais pas Caem. Ses yeux partirent instinctivement vers le ‘balcon’ de la pièce, où elle croisa le regard de l’homme après qu’il ait fait signe au barman de lui faire monter quelque chose. Elle retira son regard de l’homme pour saisir le coup de chance qui s’offrait à elle.

    « Mon beau, tu as une chance de te racheter. Ce cher Caem veut quelque chose c’est bien ça ?
    - Oui, il veut de quoi boire, je crois savoir où tu veux en venir, c’est d’accord à condition que tu me promettes de tenir ta parole.
    - Et bien, si tu me laisses lui amener à boire et discuter tranquillement avec lui, tu auras même le droit de m’l’enfoncer. T’as juste à m'laisser ton numéro. Marché conclu ?
    - Marché conclu. Tu pourras m’appeler au 77.241. T’as pas intérêt à me rouler.
    - C’est noté, allez fais pas ta couille molle, passe moi un deuxième verre. On est d’accord, je t’ai juste demandé à boire. Ah, faudra vraiment que j’te la durcisse.
    - Tu m’as juste demandé à boire. A bientôt ma jolie. »

    Un whisky pour Mr.Caem dans la main droite, son autre verre dans la main gauche, elle fit signe à S1P1 de la suivre tandis que le serveur rêvait déjà des plaisirs qu’elle allait lui donner ultérieurement, avant de se diriger vers les escaliers où elle s’arrêta avant de franchir la porte.

    « Tu restes devant la porte et tu laisses personne entrer. Tu ne pars pas tant que j’suis pas revenue. »

    La porte débouchait dans une pièce vide ornée de banquettes de tables. Caem se trouvait là, confortablement installé, entrain de fumer. Clientèle potentielle. Némésis referma la porte et s’approcha de lui en balançant ses hanches, féline, et en lui faisant signe de se taire.
    Arrivée à la table, elle déposa les deux verres et s’installa à côté de Caem, avant de s’allumer une cigarette qu’elle commença à fumer à l’aide de son porte-cigarette. Après avoir soufflé quelques cercles de fumée, elle engagea la discussion.


    « Et bien monsieur Caem, il est bien impoli de dévisager une femme. Mais je veux bien vous pardonner à condition que vous me disiez ce que vous faisiez avec ces hommes de main. » Tout en parlant, Némésis croisa les jambes et plongea ses yeux dans ceux de Caem.
    « Voyez vous, je viens d’arriver dans le coin et j’aimerais bien connaitre mes voisins. Qu’en dites-vous ? Nous pourrions même aller plus profondément dans les présentations si cela peut vous convaincre de mes bonnes intentions. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Trystan Brosca
Nss Rrenagate
Messages : 104



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Mer 1 Déc - 2:24

Trystan n’avait aucune raison de rester…Pourtant il n’était pas prêt à se retirer immédiatement. Entre deux eaux, il ne savait s’il voulait se reposer ou surveiller cette femme qui avait évitée son regard. S’il avait été en uniforme, cela aurait été tellement simple a interpréter. Mais cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas eut ce privilège. Il était un spécialiste de l’infiltration et devait raser les murs quand il revenait de mission pour passer au bureau. Toujours être vigilent, être a l’affut…Il avait l’impression de perdre de plus en plus ses repères. Différencier ce qui était dangereux de ce qui ne l’était pas.

Il se frotta l’arrête du nez alors que cette citation du poète lui revenait à l’esprit.

Ni le pavot, ni la mandragore, ni tout les sirop narcotiques du monde ne te rendront ce doux sommeil que tu avais hier

Il croisa les jambes en repensant a ses jeunes années à l’institut. Le monde était tellement plus simple…Parfois il aurait tellement aimé voir le monde en une dichotomie de blanc et de noir. Malheureusement, rien n’était aussi simple. Le cœur des hommes étaient trop complexe pour être jugé…C’était pourtant ce qu’il faisait…Ne serait ce que pour se donner des certitudes et avancer malgré tout dans le chaos qu’était cette vie.

La porte s’ouvrit sans crier gare sur la jeune femme qu’il avait entraperçue.

« Et bien monsieur Caem, il est bien impoli de dévisager une femme. Mais je veux bien vous pardonner à condition que vous me disiez ce que vous faisiez avec ces hommes de main. »


Trystan ne laissa rien paraitre sur son visage. Il l’avait laissé s’installer, observant en silence…

« Voyez vous, je viens d’arriver dans le coin et j’aimerais bien connaitre mes voisins. Qu’en dites-vous ? Nous pourrions même aller plus profondément dans les présentations si cela peut vous convaincre de mes bonnes intentions. »

…Ainsi donc c’était cela. Cette chose qu’il avait ressentit le poussant dans cette direction alors que rien ne s’y prêtait. Son âme lui avait murmuré le danger qu’elle représentait. Elle venait ouvertement à lui. Sans masque. Sans prendre la peine de dissimuler ce qu’elle faisait. Elle bravait la prudence et dédaignait la modération. Une lame à double tranchant au dessus de sa tête, voilà ce qu’elle était et ce qu’elle deviendrait s’il décidait d’engager la conversation.

Il garda le silence un moment, la considérant de son œil bleu. Devait il aller plus loin ? Il ne voulait pas impliquer Caem dans une affaire, ni faire remonter une information par son biais. Mais il pouvait peut être trouver un outil utile dans les bas fonds ? Il prit son verre entre deux doigts, laissant le liquide ambrée lui brûler le gosier, répandant sa douce chaleur dans ses entrailles.

‘‘Mon père me disait toujours que lorsqu’une serveuse vous donnait une attention imméritée, il valait mieux se garder de sa bourse.’’

Sourire en coin en reposant le verre sur la table basse.

‘‘C’était un homme d’une grande sagesse dont les conseils me sont toujours autant utile. Surtout quand une femme que je ne connais pas m’appelle par mon prénom et me sert un verre…’’

Il frappa sa cigarette de son pouce pour faire tomber la cendre, soutenant le regard de la jeune femme sans faillir.

‘‘Quand a vous révéler tout mes petits travers au premier rendez vous…’’

Trystan frissonna dans un léger sourire charmeur.

‘‘Je suis un gentleman…Je suis d’une pudeur et d’une timidité a toute épreuve. J’aime prendre le temps de connaître mes partenaires. Un prénom par exemple ? Nous pourrions envisager par la suite une conversation avant d’entamer une approche plus intime ? ’’

Le rôle de Caem était simple a jouer. Une once de paranoïa enrobée de belle parole…S’il avait du le définir, il aurait dit qu’il avait une langue acérée…Et dans tout les sens du terme possible. Il plia l’une de ses jambes dont le pied vient occuper son canapé.

‘‘Ceci dit…J’espère que vous ne nourrissez pas de folles ambitions à mon égard. Je ne suis qu’un humble marchand du temple pour reprendre l’expression. Ce que je fais n’est pas aussi exaltant que vous semblez l’espérer. Ceci dit, je sentirais coupable de vous laisser en si fâcheuse posture. Je connais bien le Downtown et j’ai eu l’occasion de faire une balade enrichissante au-delà…En simple touriste bien entendu. Vous seriez étonné de voir combien peut dépenser un noble en manque de sensation forte pour quelques minutes d’adrénaline. ’’

Mensonge, demi vérité et miel…Voyons comment elle réagissait et ce qu’elle voulait savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Hanna Ritter
PSYCHO GIRL
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Mer 1 Déc - 20:54

    Il réfléchissait beaucoup, un peu trop même… Cela se lisait dans son silence et son air méditatif, ce qui l’opposait à Némésis, dont la philosophie était d’agir sans se poser de questions inutiles. Il allait de soit que le pragmatisme était son plus fidèle conseiller, en étroite collaboration avec l’entreprenant. Caem, lui, semblait avoir pour conseiller l’esprit de son père. Il n’était pas bien sage de se reposer sur de vieilles bases, car un petit séisme suffisait à détruire de telles constructions. Cependant il montrait ouvertement cette confiance qu’il avait dans le jugement de son père, ce que Némésis considérait comme une faiblesse. Son père était à priori déjà mort, dommage. Peut-être lui restait-il sa mère ? Il n’y avait qu’à demander, mais plus tard.

    « Mon petit doigt me dit toujours que l’habit ne fait pas le moine. » disait-elle tout en pliant et dépliant son index droit de façon désinvolte.

    « C’est un doigt d’une grande sagesse, dont les conseils me sont toujours autant utiles. Surtout quand un homme intimidé ne me connait pas, mais consomme quand même ce que je lui apporte, paradoxal me direz-vous, ce qui m’amène à vous traiter de paradoxe vivant. Et je peux même vous assurer qu’il sait très bien diriger ma main pour les travaux manuels. Question d’expérience. »

    Puis elle prit une grande bouffée de fumée de sa cigarette avant de la souffler précisément vers le visage de Caem, un petit sourire malicieux sur les lèvres.

    « Je n’ai jamais parlé de ‘travers’. Je parle de vos affaires privées. Un salon VIP n’est-il pas le lieu le plus favorable pour dévoiler ce genre de chose ? Ne soyez pas si pressé au point de vouloir un deuxième rendez-vous, alors que vous ne connaissez même pas mon nom. Voyez-vous, je suis une libertine… d’une impudeur et d’une extravagance à toute épreuve. Une libre-penseuse qui a depuis longtemps oublié tout lien familial, se libérant de bornes inutiles, qui limitent encore le champ de vision de vos pensées. Sans cela, vous auriez peut-être constaté que ce ne sont pas les hommes qui me charment, mais plutôt l’inverse. »

    Paroles qu’elle illustra par un sourire vicieux.

    « J’aime aussi prendre le temps de connaître mes partenaires, c’est pourquoi je suis là. Mais vous savez, il y a bien des manières de se découvrir… »

    Elle se mit alors à califourchon sur les jambes de l’homme avec agilité, caressant le visage de Caem de la main gauche tandis qu’elle fumait avec la droite, rejetant la fumée vers lui.

    « Vous savez Caem, j’ai lu un jour, qu’avoir le nom de quelqu’un, c’est le posséder. Ainsi, vous pouvez aisément comprendre que, comme Ulysse, je vous dise que je m’appelle Personne. Mais sachez que comme Poséidon, j’ai le pouvoir d’éveiller la tempête. Cependant, comme nous sommes déjà intimes, vous n’avez qu’à m’appeler Vénus. »

    A la suite de ces paroles, Némésis déposa un tendre baiser sur les lèvres de Caem.

    « Votre espérance se trompe de voie, car je nourris plus de la curiosité à votre égard que de l’ambition, et bien des choses m’amènent à penser que vous n’êtes pas cet humble marchand du temple que vous pensez être. De plus, vous ne niez pas que vos affaires possèdent un brin d’exaltation et pour moi l’exaltation est l’or de l’esprit, c’est pourquoi j’en convoite chaque pépite, si petite soit-elle. »

    Némésis fini de parler tout en éteignant sa cigarette, après quoi elle embrassa à nouveau l’homme, mais cette fois-ci, plus longuement, après quoi elle déposa son fameux petit doigt sur les lèvres de Caem, lui intimant de la laisser continuer à parler.

    « Il serait surtout sot de votre part de me laisser dans cette posture et vous me voyez bien aise d’apprendre que vous connaissez bien le Downtown et les décombres… Je suis certaine que ce que vous appelez ‘touriste’ correspondrait plutôt à ‘homme d’affaire’, petit cachottier que vous êtes. Sachez que si vous cherchez de l’adrénaline, vous êtes tombé sur la bonne personne. Cependant, avant d’y avoir accès, il faudra que j’aie pleine confiance en vous, ah ah, et ce n’est pas aussi aisé que ça en a l’air. »

    Elle se plaqua contre lui, les mains reliées contre sa nuque et lui souffla à l’oreille :

    « Alors, qu’en dis tu mon beau ? »

    Les lèvres de Némésis frôlaient celles de Caem, tandis qu’elle laissait échapper son souffle chaud dont la senteur était un mélange d’alcool et de cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Trystan Brosca
Nss Rrenagate
Messages : 104



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Jeu 2 Déc - 14:31

Trystan manqua de soupirer...Il avait laissé la jeune femme comme elle désirait...Elle voulait parler à coeur ouvert, s'amusant à détruire le secret et les sous entendus qu'il semait autour de lui pour protéger les secrets de ces commerces illicites. C'était d'un pragmatisme mais aussi d'un dangereux. Cette femme se foutait bien des conventions, du pouvoir du Nss et peut être bien de la vie en générale. Il était plus que probable que cette femme soit tout simplement une anarchiste plus désireuse de mettre le bazar que de gagner sa vie.

C'était une prédatrice...

Le genre de proie qu'on abat à vue...

Qu'on ne manipule pas impunément...

Mais Trystan savait bien que si on ne peut manipuler, on peut toujours canaliser. Montrer les bonnes proies et regarder faire. Il jouait avec le feu mais comme tout pari, plus c'était risqué et plus les gains étaient élevés. Il devait encore sonder cette Venus pour décider si l'enjeu valait vraiment la peine. Il était resté de glace devant ces avances même si son corps était plus honnête que lui. Il s'autorisa néanmoins un sourire amusé presque hautain laissant entendre qu'il se sentait insulté.

''Ce que j'en dis ? Beaucoup de chose...Par quoi devrais je commencer ?''

Il gloussa sans vraiment le vouloir alors qu'il coinçait sa cigarette entre ses lèvres, prenant le verre entre deux doigts.

''Vous m'amusez beaucoup...Mes limites ne sont pas des bornes comme vous semblez le penser. Chaque courant de pensée nourrit mon esprit et m'aide a comprendre le coeur des autres pour mieux leur apporter ce dont ils ont besoin. Je considère qu'il s'agit plus de corde que j'ajoute à mon arc...Ma vision est plus limpide que pourrais l'être la votre car voyez vous... ''

Son sourire prit une teinte plus sombre...Proche de la cruauté alors que son regard pétillant devenait plus glaciale.

''...Les gens qui se disent libre penseur ont cette tendance a toujours suivre les même préceptes...S'habille de la même façon...Et sont tout aussi prévisible que les autres quand on prend le temps de les connaître. C'est un peu comme un adolescent qui se dit rebelle mais ressemble a tout les autres de son groupe, désireux de choquer son monde. Je trouve ça amusant...Quand a moi...''

Il expira un torrent de fumée par ses narines

''...J'ai toujours fais en sorte de développer harmonieusement mes affaires. Je laisse des miettes confortables à mes concurrents qui se vautrent dans le contentement tandis que les plus ambitieux, je leur propose des partenariats profitable en les orientant vers d'autres directions plus...Complémentaire. Si bien que je n'ai pratiquement que des amis. Qui me voudrait du mal ? Je veux dire...Qui de vivant... ''

Son oeil bleu toujours aussi glacial n'avait pas quitté le regard de son interlocutrice.

''...Quand à mes affaires...Je maintiens ce que j'ai dis. Je suis un marchant du temple...Le sous entendu était que je profite de toute situation financièrement rentable en abusant bien souvent de la faiblesse des gens. Ce que font la plupart des entreprises parfois en créant elle même ce besoin...Mais je suis peut être de nature trop tendre pour aller jusque là. J'offre simplement ce qu'une personne désire et qu'elle ne peut avoir par des voies plus légale...Parler plus amplement de mes affaires me vaudrait des ennuis juridiques or je suis bien trop prudent pour tenter le diable. Quand à vos hommes d'affaires...J'ignore de qui vous voulez parler. J'ai tout simplement des amis qui aiment voyager. Parfois pour me remercier, ils me font des cadeaux. C'est presque...Comment dire cela...Devenu une habitude ? ''

Un de ses euphémismes qui baignait d'ironie avec un brin d'humour noir. Il écrasa sa cigarette en expirant la nicotine une dernière fois.

''...Et maintenant ? Oh si vous voulez de l'excitation je vous en donnerais...Mais vous êtes tout aussi paradoxale. Pour une libertine, je pensais que la confiance n'était jamais de mise car c'est la voie qui mène à un coeur et à l'attachement...Plutôt contradictoire ce qui m'amène a penser que vous prenez pour un simple d'esprit...Un peu comme ce barman...Maintenant si on en vient à mes préférences, les travaux manuels c'est pas mon truc, je préfère de loin les langues acérées pour commencer. ''

Sa main libre caressa le flanc de la jeune femme.

''...Voulez vous vos informations maintenant ou après avoir prit ce que vous voulez ? Que voulez vous savoir sur le Downtown ?''

Il ne lui avait pas dit qu'il ne s'appellait pas Caem. Cela il le gardait pour lui...Il c'était montré intelligent, fier, glacial pour exciter la prédatrice tout en lui laissant croire qu'elle avait une once d'emprise sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Hanna Ritter
PSYCHO GIRL
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Lun 6 Déc - 0:02

    Caem était un homme habile qui avait du répondant. Némésis devait se méfier de cet homme, car le dicton « Tel est prit qui croyait prendre » pouvait très bien s’appliquer à elle si elle ne faisait pas attention. Fort heureusement, elle n’était pas dupe, ce n’était pas le genre de personne dont la crédulité les rendait complètement manipulables, car étant une manipulatrice, elle savait détecter ce talent chez les autres, de plus son charme avait l’air d’opérer, car il lui avait caressé le flanc. Pour ce qui était de la canaliser… C’était comme vouloir contrôler le vent… Difficile, car il fallait vraiment qu’elle soit persuadée que rien ne nécessitait son attention, mis à part un seul objectif. Or, ses projets partaient en tout sens. Vu sous cet angle, cela pouvait paraitre indomptable, cependant, il suffisait de connaitre ses motivations pour savoir comment réagir : elle voulait dominer et détruire.

    « A avoir trop de cordes à son arc, on ne peut plus tirer convenablement, car il y aura toujours une corde qui gênera. Il est bien plus futé d’avoir une seule corde à son arc, bien solide, et de savoir tirer plusieurs flèches à la fois. Ainsi, tu n’as à te préoccuper que d’une seule chose, ta corde, les flèches allant sans broncher vers ta cible. Et entre nous, il est également bien pratique de savoir ajouter quelques accessoires aux flèches, afin d’augmenter leur efficacité. Ainsi, une flèche peut en cacher une autre, si tu vois ce que je veux dire. »

    L’homme lui opposait une façade dure, glaciale, ce qui avait pour conséquence d’exciter encore plus Némésis : elle aimait le challenge.

    « Soit tu côtoies des gens bien fades, soit tu ne connais pas de véritable libre-penseur. Aucun précepte ne me domine, je suis celle qui donne les règles de conduite. Ne te base pas sur des adolescents, ils agissent et parlent inutilement, juste par volonté d’être connu, apprécié ; il n’y a pas plus bercé de belles illusions. »

    Elle continuait à fixer l’homme de ses yeux noirs aussi longtemps qu’il le faisait : elle aimait pousser la provocation.

    « Ton système a une faille… Tes amitiés sont alimentées par l’argent… Le jour où tu auras des soucis financier, tu n’auras personne chez qui pleurer. De mon côté, les relations que j’ai avec mon réseau sont bien plus solides, l’argent n’y est qu’un plus qui ne sert qu’à rendre les choses encore plus vives. »

    Némésis descendit des jambes de Caem, retournant sur la banquette où elle retira ses bottes, les jetant négligemment. Elle continuait à parler comme si de rien n’était.

    « En fin de compte, toi et moi on fait un peu la même chose, à la différence que tu es un escroc. Nous sommes tous les deux fournisseurs, mais, contrairement à toi, je réponds seulement à une demande, sans abus. Moralement je suis donc bien plus louable que toi, alors au diable ta ligne de conduite et tes « mon papa me disait toujours », il va falloir que je t’apprenne à grandir, cher Tanguy, cela fait bien longtemps que j’ai arrêté de forcer les gens à me faire des cadeaux, quelle attitude puérile. »

    Elle enleva ensuite son pantalon qu’elle rejeta sur la banquette, laissant voir une culotte en dentelles noires et sa jambe gauche métallique, à l’éclat argenté scintillant.

    « Ce n’est pas toi qui fournit l’excitation, mais moi, ne te méprend pas là-dessus. Je récolte seulement du plaisir à travers ça. Je vais également t’apprendre que ma confiance se fie à mon cerveau, non à mon cœur, je ne suis pas une fausse libertine et détrompe toi, je ne te prends pas pour un simple d’esprit, loin de là. Pour ce qui est de ce barman… A mon avis il ne serait pas très content d’apprendre que tu le traites d’idiot, je dis ça, je dis rien. Bon, si tu veux commencer par une mise en bouche, pas de soucis, ma langue se débrouille très bien aussi. »

    Elle retira ensuite son haut, découvrant une poitrine modeste et ferme, après quoi elle se remit à califourchon sur les jambes de Caem.

    « Je ne veux pas te prendre de chose en particulier, si je suis si proche de toi, c’est seulement pour me procurer du plaisir. Pour ce qui est du Downtown, j’aimerais connaitre les trafiques qui s’y déroulent… Je suis certaine que tu traines dans de ce genre d’affaires, ne t’inquiètes pas, moi aussi. »

    Puis elle défit le pantalon de Caem où elle glissa sa main, après lui avoir pris la cigarette qu’elle écrasa sur la table. Le cavalier était déjà sur le branle-bas de combat prêt à s’élancer, il n’y avait plus qu’à le saisir.

    « Et bien, ton corps te trahit mon cher. Si on le satisfaisait, tu serais peut-être un peu plus favorable à la transparence des affaires. »

    Némésis se saisit alors du cavalier, attend le feu vert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Trystan Brosca
Nss Rrenagate
Messages : 104



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Mar 7 Déc - 20:50

Trystan était resté pareil à lui-même…Du moins comme devait réagir Caem. Avec flegme, distance et intelligence…Dans ce cas précis, cela consistait tout simplement à ne rien dire et à laisser faire. Il trouvait ces propos pour le moins instables, illogiques, cherchant à comparer le soleil à la lune…Il en avait presque du mal à comprendre le raisonnement de la jeune femme. Néanmoins, il ne tarda pas à la classer comme une anarchiste pure et dure. Il n’y avait que deux manières de traiter avec ce genre de personne à son sens : Soit les laisser s’autodétruire, soit frapper vite et fort là où cela faisait mal avant qu’ils ne mettent l’étincelle à la poudrière qu’était les décombres ou le downtown.

Comment aurais agit Caem ?

Probablement de la même manière. Le commerce avait besoin de stabilité, même si ce dernier était illégal par nature. Les gens n’achètent rien quand ils ont peur…Mis à part assez d’arme et de nourriture pour tenir un siège de plusieurs mois derrière les murs de leurs appartements. Mais Caem n’a pas tendance a surestimer les gens, ni à les sous estimer…Il n’attaque le mal à la racine uniquement s’il est vraiment trop instable pour être utilisé d’une manière ou d’une autre. Et puis un autre élément venait d’entrer en jeu…La jambe en métal de la jeune femme prouvait qu’elle faisait partie du Xion.

S’il pouvait récupérer quelques noms de personnes intéressantes ou d’intermédiaires sur le Xion, cela valait bien quelques efforts venant de sa part…Quand a l’utilisation de ce nouveau réseau…Il n’était pas difficile pour qu’une information se trouve au bon moment, au bon endroit et entre les mains d’une personne qui pourrait trouver ça très instructif…Même s’il préférait un conflit plus localisé et non déclencher une guerre des gangs par mégarde.

*So bothersome*

Il se laissa aller un peu plus dans son canapé, soupirant devant le discourt de la jeune femme.

‘‘J’espère que tu relève les incohérences de ton discours…N’avoir pas de précepte mais une ligne de conduite…C’est plutôt intéressant comme détour pour dire la même chose. Quand à dire que je suis un escroc, je crois que tu m’a mal comprit. Je n’escroque personne…Je fournis simplement un bien par des canaux illégaux…Un bien difficile a trouver d’ordinaire contre une somme qui ne l’ai pas...Parce que si vous ne l’aviez toujours pas deviné, les cadeaux dont je parle ne sont rien de moins que de la contrebande que me ramène mes divers associés…Que j’appelle avec une certaine ironie mes amis ’’

Il haussa les épaules

‘‘ Maintenant, je ne vois pas l’intérêt de dire qu’il y a une conduite plus honorable qu’une autre quand on décide de violer la loi. Je ne suis pas du genre a faire deux poids de mesure. Un criminel reste un criminel…Qu’il le fasse par choix ou par fatalité ne changera rien devant un juge ou une quelconque divinité. Je ne me voile pas la face, je ne suis pas un innocent et si un quelconque enfer existe, une place m’y est certainement réservée. En soit je considère que ce n’est pas une fin en soit…Il a toujours été plus simple de conclure un pacte avec le Diable qu’avec une Divinité distante et anonyme. ’’

Il pencha la tête sur le côté. Il avait vendu la mèche sur son commerce…Mais ce n’était qu’un aveu de peu de valeur. Beaucoup de trafiquant connaissaient le fond de commerce de celui qu’on nommait Caem. Cela se serait sut d’une manière ou d’une autre. Autant la laisser croire que la confiance s’établissait au fut et à mesure. Cependant, il commençait a la soupçonner de jouer la provocation pour prêcher le faux et obtenir des informations…

‘‘Mais si vous voulez penser que vous m’êtes supérieur en tout point, libre à vous de le penser. Je ne cherche pas à être le meilleur…Si je cherchais à briller, je n’aurais pas choisi ce métier. Si je cherchais à dominer, ma vie ne serais pas aussi tranquille mais jonché de cadavre…Pas que cela me déplaise mais cela attire beaucoup trop l’attention. Encore que je viens de trouver une manière lucrative de recycler mes ennemis. Vous seriez surprise de voir combien peut coûter un œil au marché noir…Même s’il n’est plus de première fraicheur. ’’

Trystan eut un sourire mauvais…C’était déjà arrivé par le passé avec la complicité de petites cliniques…

‘‘Ma seule fierté c’est d’être resté en vie toutes ces années. Et d’avoir amassé pas mal d’argent…Et si j’ai réussi a aller aussi loin, c’est parce que je ne crois ni au concept d’amitié…Ni a la loyauté…Encore moins à la confiance…Je ne crois qu’au vice…A l’avidité…A la luxure. Ce sont les seules valeurs auxquelles je me fie. Vous pouvez trouver cela idiot…Mais cela ne m’a jamais été défavorable. Quelle importance si on me trahit…Tant qu’il y aura quelqu’un prêt a m’aider pour quelques billets ou une fille, je pourrais toujours m’en sortir. C’est pour cela que j’apprécie autant des endroits comme celui là. ’’

Il posa sa main sur la nuque de la jeune femme la ramenant vers son membre…

‘‘Maintenant...Je me contente de ma branche d’activité dans les bas fonds. Mais je connais la situation là bas. Je te dirais tout ce que tu veux savoir. Drogue…Arme…Information…Traffics d’humains…Prostitution…Gangs…J’en connais quelques uns. En échange, je veux quelques informations sur le Xion. Des noms de personnes utiles…Nous commencerons ainsi sur de bonnes bases.’’
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

we're watching you
Hanna Ritter
PSYCHO GIRL
Messages : 19



Misc.
Relations:
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   Mer 8 Déc - 18:19

    Caem avait l’air de considérer Némésis comme quelqu’un d’instable, de complètement absurde et d’un côté il n’avait pas tord. C’était un des défauts de la schizophrénie, tout se mélangeait. Cependant, ce qui à l’extérieur paraissait totalement confus, était totalement clair à l’intérieur, mais Némésis jugea préférable ne pas lui faire part de cette information et elle s’orienta plutôt dans le sens du vent.

    « Ahah, tous les inconnus me disent ça, mais tout oubliera bien vite, une fois que tu m’auras exploré plus en profondeur, c’est toujours comme ça. Après tu pourras m’ajouter à ta liste ‘d’amis’ et je pense fortement que nous nous reverrons, vu le nombre de liens stables que t’as. »

    Puis elle commença à sucer le membre de Caem tout en le tortillant de la main droite. Au bout de quelques instants elle releva la tête et continua à parler.

    « Tu devrais arrêter tes discours de grand penseur, on croirait plus entendre un flic qu’un contrebandier. Ah, les criminels c’est plus ce que c’étaient, heureusement que j’ai bien élevé les miens. Si tu envies tant que ça l’enfer, je peux te dire que je suis la femme du diable et que mon mari est entrain de se faire une place sur l’Uros, plus besoin de mourir. Ahah, attend encore quelques jours et tu verras que ne je dis pas des conneries. Les soldats de Satan vont bientôt sortir des ténèbres et ils vont te la gober sans prévenir, comme ça ! »

    Elle saisit voracement le membre de Caem qu’elle goba d’un seul coup, le provoquant avec sa langue, puis elle se redressa.

    « Bien sûr que je te suis supérieure, nul doute là-dessus. C’est en partie pour ça que je suis méfiante, la convoitise est très répandue. N’est pas Némésis qui veut, je suis d’ailleurs quelqu’un d’influente sur le Xion, tu apprendras à me craindre et à m’aimer, toi aussi. »

    Tout en pompant calmement ce qui se trouvait dans sa main droite, Némésis continua.

    « La contrebande n’est effectivement pas l’idéal pour dominer, au contraire, elle alimente la domination de personnes comme moi, ahah. Je peux te dire que ma vie n’est pas si jonchée de cadavre, il suffit de savoir y faire. Tu serais surpris du nombre d’œil que j’ai remplacé et qui provenait du marché noir, pour ce qui est du prix, il est largement justifié, faut voir où est-ce que les fournisseurs vont chercher ça aussi. Un cul en métal leur est fort utile, je peux te le dire. »

    Elle fit un petit sourire quand elle réfléchit aux raisons de la réussite de Caem…

    « La loyauté ça peut très bien s’acquérir mon gars, suffit de savoir comment s’y prendre. Les fidèles sont bien plus efficaces que des mercenaires à la noix et je te parle d’expérience. Et je vais certainement peu te surprendre, mais nous avons les mêmes valeurs, la luxure c’est mieux qu’un tremplin, c’est une fusée qui te fait atteindre des sommets ; ceux qui se limitent au septième ciel sont des petits joueurs, on peut aller bien plus haut. Pour ce qui est de l’avidité… c’est un côté primitif de l’humain qui fait avancer les ambitieux et je peux te dire que je suis bien primitive à ce niveau là, ahah. Par contre, ce n’est pas l’argent qui m’attire, mais autre chose que je ne dévoilerai jamais. »

    Ces paroles furent ponctuées par un sourire de plus en plus sombre, laissant présager rien de très joyeux.

    « Tu tombes bien, c’est les bas fonds qui m’intéressent et tu me vois très heureuse d’apprendre que tes connaissances sont grandes sur ce sujet. Je me doutais que tu allais me demander des informations sur le Xion une fois que tu aurais vu ma jambe, ahah, monsieur comprend vite. Tu n’as pas de soucis à te faire, j’ai traité plusieurs fois avec des grands du Xion face auxquels ton réseau fait très certainement pâle figure, ahah. Aller, trêve de bavardage et place aux réjouissances ! »

    Elle s’arrêta net de parler, écartant sa culotte pour mieux jouer aux lego avec le membre de Caem. S’en suivit alors une série de va et vient rapides, volontaires et plein de frénésie où Némésis retrouvait l’univers où s’épanouissaient ses sens. C’était quand les accents graves tournaient à l’aigu que les sourcils devenaient des accents circonflexes. Son projet allait bientôt pouvoir se mettre en marche, grâce aux informations de Caem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


we're watching you
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Celle qui dormait éveillée. [Trystan Brosca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIENVENUE À BORD :: WELCOME TO RAIMYO :: Downtown :: Rêves-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Science-Fiction